Le dixième Congrès de la FIFA, premier anniversaire de la jeune fédération, ne fut pas célébré en grandes pompes. Les membres se réjouirent davantage de fêter un an plus tard les dix ans d’existence de la FIFA et se concentrèrent sur les points controversés de l’ordre du jour.

Si certains points feraient sourire aujourd’hui, d’autres sont toujours d’actualité. Quelques exemples :

• Un délégué de la Fédération Allemande de Football demanda au Congrès que les matches de club disputés contre des équipes de marins soient, pour des raisons statistiques, signalés à l’association membre concernée. Une recommandation aux différentes associations est finalement décidée.

• Les délégués sont satisfaits que l’International Football Association Board (IFAB) accepte deux représentants de la FIFA dans ses rangs et accorde ainsi à la fédération internationale un droit de cogestion concernant les Lois du Jeu. Un vif débat a ensuite lieu sur le fait de savoir si la FIFA en constante évolution ne doit pas se voir accorder à l’avenir le plein contrôle des Lois du Jeu. Après un refus catégorique du représentant de l’association écossaise, les membres acceptent que l’IFAB soit reconnu comme organe légiférant sur les Lois du Jeu.

• Les Lois du Jeu sont elles aussi un sujet à part entière. Le secrétaire de l’association anglaise F.J. Wall a entendu dire qu’on avait eu recours à des arbitres de but lors de matches de championnat. Le Congrès se voit donc contraint d’adopter une déclaration et d’y indiquer clairement que seuls l’arbitre et les juges de ligne sont les officiels et que les arbitres de but sont expressément interdits.