Ce Congrès de la FIFA de 2003 à Doha ne fut pas seulement le tout premier à se tenir au Moyen-Orient, il fut également le premier à accueillir l’ensemble des associations membres, à savoir 204 représentants à l’époque. L’élément le plus important de l’ordre du jour fut la ratification des nouveaux Statuts qui, au même titre que la nouvelle constitution de la FIFA, devaient prendre effet le 1er janvier 2004.

Un groupe de spécialistes chargé par le Comité Exécutif de revoir les Statuts en automne 2002 présenta la nouvelle version au Congrès. Le but n’était pas de réécrire complètement les Statuts, mais plutôt d’adapter les dispositions existantes pour répondre aux besoins d’un environnement sportif et social en perpétuelle évolution.

Parmi les principales innovations : la reformulation des objectifs de la FIFA dans le but d’insister sur sa mission, à savoir d’améliorer constamment le football en tant que sport et le promouvoir dans son ensemble, l’approbation d’un Code d’éthique, la redéfinition précise du rôle, des devoirs et des responsabilités qui incombent au Président de la FIFA, en comparaison avec ceux du Comité Exécutif et du Secrétaire Général. En outre, l’élection du Président a été reprogrammée de manière à ce qu’elle ait lieu après la Coupe du Monde de la FIFA. De plus, les dispositions concernant l’éligibilité en équipe nationale ont été assouplies, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a été reconnu, et le besoin d’harmoniser le calendrier des matches internationaux a été également établi dans un article séparé.

Les nouveaux Statuts ont été ratifiés à l’unanimité par les associations membres de la FIFA.