Onze ans après la création de la FIFA, le Président Woolfall se penchait déjà sur les premiers succès accomplis. Dans son allocution de bienvenue, il ne manqua pas de souligner que la FIFA avait largement œuvré en faveur de la compréhension entre les différentes associations et qu’elle apparaissait ainsi désormais unie.

Woolfall rendit également hommage au défunt roi Édouard VII, qui était un grand sportif et un grand défenseur du football sous l’égide de la FA. Le Congrès de Milan s’inscrivit sous le signe de l’expansion mondiale et du renforcement de la fédération internationale de football en constante évolution. Les décisions suivantes furent prises :

• Accueil de l’Afrique du Sud au sein de la FIFA en tant que première association non-européenne. Après avoir été suspendue pendant le régime de l’apartheid, l’association redevient membre de la FIFA en 1992 (cf. le chapitre « Football en Afrique du Sud »).

• La FIFA décide qu’une seule association par pays soit reconnue comme association membre et qu’elle soit considérée comme instance faîtière. Le monopole du football est ainsi explicitement accordé à toutes les associations membres des pays respectifs.

• Les délégués souhaitent explicitement qu’après l’Angleterre, les trois autres fédérations britanniques du Pays de Galles, de l’Écosse et de l’Irlande du Nord rejoignent la FIFA.