Ces dernières années, le Sri Lanka a été ravagé par un conflit interne et une catastrophe naturelle. En 2004, le tsunami de l'océan Indien a fait plus de 35 000 victimes dans le pays et la guerre civile qui a duré pendant une trentaine d'années a finalement cessé en 2009.

Naturellement, ces événements ont eu un impact négatif sur le football sri-lankais, avec la destruction de plusieurs centres techniques et stades. La FIFA a ainsi décidé d'apporter un soutien financier, à hauteur d'un montant de 3.5 millions de dollars US, qui alimentera directement la reconstruction du centre technique régional de Colombo, ainsi que l'ensemble des régions affectées par le tsunami. Aujourd'hui, le beau jeu a une nouvelle raison de se réjouir et de se montrer optimiste, avec la nomination le mois dernier de Ranjith Rodrigo au poste de Président de la Fédération sri-lankaise de football (FFSL).

Ancien footballeur amateur, Rodrigo a occupé plusieurs fonctions à la FFSL depuis 1996. Son ambition et son dynamisme à toute épreuve dans son nouveau rôle ont déjà commencé à avoir un impact positif sur le football sri-lankais. Il a notamment nommé à la tête de l'équipe nationale un Brésilien prometteur en la personne de Claudio Roberto, avec comme objectif de donner les moyens au Sri Lanka de remporter le Championnat SAFF en septembre prochain. Respectivement finalistes puis vainqueurs des deux premières éditions du tournoi en 1993 et 1995, les Sri-Lankais ont depuis éprouvé des difficultés à rivaliser avec l'élite du football asiatique.

Rodrigo supervise également le remaniement en profondeur du football au Sri Lanka dans l'objectif, entre autres, d'améliorer le niveau des joueurs et des officiels, d'augmenter les affluences dans les stades et de développer le football féminin.

"Nous avons une population de 21 millions d'habitants qui, dans leur grande majorité, aiment vraiment le football", confie Rodrigo à FIFA.com au Siège de la FIFA, où il a rendu visite au Président de la FIFA Joseph S. Blatter. "Nos clubs comptent beaucoup de fans. Maintenant que la guerre est finie, toute la zone est et nord du pays, à commencer par les écoliers, doit se mettre à jouer au football. Nous devons développer le football sri-lankais car il n'a pas progressé au cours des dernières années. La Fédération et les écoles doivent unir leurs forces pour faire progresser le football aussi bien dans les écoles qu'au plus haut niveau."

Merci"au projet GOAL
Rodrigo est convaincu que cela sera possible grâce au soutien fourni par la FIFA durant les 15 dernières années. "Heureusement, grâce à l'aide de la FIFA, nous avons les infrastructures nécessaires pour aller de l'avant. En 1998, le Président Blatter a lancé le Programme d'assistance financière de la FIFA et le projet GOAL. Ce dernier nous a permis de construire un excellent siège pour le football ainsi qu'un centre d'entraînement. Après le tsunami, nous avons reçu l'aide des fonds spéciaux du projet GOAL pour le tsunami."

"Sous la supervision du projet GOAL, nous avons lancé et achevé de nombreux projets, comme le centre technique de Jaffna", détaille encore Rodrigo. "Nous avons invité le Président de la FIFA à venir l'inaugurer. Les écoliers ont commencé à apprendre dans ces centres techniques."

Rodrigo veut également voir l'équipe nationale rivaliser avec les meilleures sélections du continent. Il souhaite également introduire le beach soccer et le futsal au Sri Lanka. "Nous vivons sur une île magnifique, très appropriée au beach soccer", ajoute-t-il. "Nous sommes en train de travailler sur des centres spéciaux pour le beach soccer et le futsal. Concernant l'équipe nationale, nous avons mis en place un programme de détection dans le nord-est et le sud du pays. Nous progressons, aussi bien chez les U-17 que chez les U-19, les U-21 et les U-23. Nous devons travailler avec ces sélections de jeunes. J'ai beaucoup insisté pour que nous élaborions un projet non pas à court terme, mais à long terme. D'ici dix ans, j'aimerais voir le Sri Lanka prendre part à la Coupe d'Asie de l'AFC. J'espère que ce rêve deviendra réalité."