La formidable résonance des Jeux olympiques vient ajouter au souhait de la FIFA d'organiser son propre championnat du monde. Des questionnaires sont envoyés aux associations affiliées, leur demandant si elles sont d'accord pour organiser un championnat du monde et si oui, sous quelles conditions. Une commission spéciale étudie le problème. Le Président Jules Rimet remue ciel et terre pour trouver les moyens de matérialiser son rêve. Ce faisant, il est épaulé par l'infatigable secrétaire de la fédération française de football, Henri Delaunay.

En réponse à une remarquable proposition du Comité Exécutif, le Congrès de la FIFA du 28 mai 1928 à Amsterdam décide d'introduire un championnat du monde organisé par la FIFA. Il s'agit à présent de sélectionner le pays organisateur. La Hongrie, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne et la Suède soumettent leurs candidatures. Dès le début, l'Uruguay est favori pour des raisons importantes. En effet, le double champion olympique (en 1924 et 1928) fête à grands frais le centenaire de l'indépendance en 1930.

En outre, la Football Association est prête à assumer toutes les dépenses occasionnées comme par exemple, le voyage et l'hébergement des participants. Tout bénéfice éventuel serait partagé, tandis que l'Uruguay prendrait à sa charge tout déficit potentiel. Ces arguments seront déterminants. Le Congrès de Barcelone en 1929 désigne l'Uruguay comme premier pays organisateur de la Coupe du Monde de la FIFA. Les autres candidats se sont retirés.

Cette décision ne fait pas l'unanimité. L'Europe est en pleine crise économique. La participation à cette Coupe du Monde de la FIFA ne suppose pas seulement un long voyage en mer pour les Européens. Cela exige aussi que les clubs renoncent à leurs meilleurs joueurs pour deux mois. De plus en plus d'associations manquent à la promesse qu'elles avaient faite de participer, mettant gravement en péril l'organisation de la Coupe du Monde de la FIFA.

A deux doigts d'atteindre son objectif, le Président Jules Rimet n'est plus près de se laisser impressionner. Ses efforts personnels font qu'au moins quatre équipes européennes entreprennent ce long voyage, à savoir la France, la Belgique, la Yougoslavie et la Roumanie. La première Coupe du Monde de la FIFA est ouverte le 18 juillet 1930 au Centenario de Montevideo. Une ère nouvelle s'ouvre pour le football mondial.

La Coupe du Monde de la FIFA à Montevideo remporte un immense succès, tant sur le plan sportif que financier. Bien sûr, les organisateurs sont déçus vu que seulement quatre équipes nationales européennes participent. La colère est si grande à Montevideo que quatre années plus tard, les Champions du Monde renonceront, pour la seule et unique fois, à défendre leur titre.

Le Congrès se réunit à Budapest en 1930 et remercie l'Uruguay d'avoir accepté d'accueillir la première édition de la Coupe du Monde de la FIFA malgré les conditions difficiles. Par contre, il regrette de voir un si petit nombre de participants européens.

Le football subit un nouveau revers en 1932. Juste avant les Jeux olympiques de Los Angeles, des divergences d'opinion ne sont toujours pas clarifiées par le Comité International Olympique concernant le statut amateur des joueurs de football. La FIFA décide alors de ne pas organiser de tournoi olympique. La Suède et l'Italie déposent leur candidature pour la deuxième édition de la Coupe du Monde de la FIFA lors du Congrès de 1932 à Stockholm. Le Comité Exécutif fait porter son choix sur l'Italie. Des matches de qualification doivent être joués pour déterminer les 16 finalistes. Le système de coupe est appliqué d'entrée de jeu et c'est ainsi que le Brésil et l'Argentine doivent plier bagages dès leur première défaite. Une fois de plus, l'équipe jouant à domicile domine les épreuves. L'Italie remporte la finale contre la Tchécoslovaquie en prolongation. C'est la première fois qu'une finale de Coupe du Monde de la FIFA est retransmise à la radio.

Quatre années plus tard, le "Père de la Coupe du Monde", Jules Rimet, voit s'exaucer son vœu lorsque la troisième Coupe du Monde de la FIFA a lieu en France, dans sa mère patrie. De nouveau, des ombres planent sur le tournoi : l'Autriche a disparu de la scène et la Suède n'a donc pas d'adversaire à rencontrer en huitièmes de finale. L'Uruguay refuse toujours de participer et l'Argentine se désiste. C'est pourquoi, les équipes nationales de Cuba et des Indes néerlandaises se rendent en France. Cette fois, pas de victoire à domicile mais une équipe italienne qui défend son titre avec succès. La Coupe du Monde de la FIFA aurait dû avoir lieu pour la quatrième fois en 1942. Mais le Congrès de Paris en 1938 renonce à désigner un pays organisateur. La Coupe du Monde de la FIFA 1942 n'aura jamais lieu. Il faudra attendre le 1er juillet 1946, date du Congrès suivant au Luxembourg. 34 associations y sont représentées. Elles font au Président Jules Rimet, qui dirige la FIFA depuis déjà 25 ans, un merveilleux cadeau. Dorénavant, la Coupe du Monde de la FIFA s'appellera la "Coupe Jules Rimet". Il n'y a qu'un seul candidat pour la Coupe du Monde de la FIFA 1949 (reportée à 1950 faute de temps). Le Brésil est désigné à l'unanimité, tandis que la Suisse se voit accorder l'option de 1954.