La lutte contre le dopage dans le football
© FIFA.com

La FIFA a une vision claire : éradiquer le dopage dans le football. La FIFA a le devoir de protéger les joueurs et de faire en sorte qu'ils puissent concourir à armes égales. La FIFA sait que les footballeurs sont des personnes ambitieuses et indépendantes. Sa stratégie antidopage est donc basée sur l'éducation et la prévention. La FIFA respecte la dignité et la vie privée de chaque joueur soumis aux tests.

La FIFA base toutes ses décisions en matière de lutte contre le dopage sur les aspects spécifiques du football, sur des preuves scientifiques et sur l'analyse de statistiques avérées. La responsabilité de la FIFA dans la lutte contre le dopage est soutenue par une réglementation stricte de contrôle antidopage, par une collecte permanente de données et par une recherche factuelle. La FIFA est un partenaire fiable de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA), consciente de la nécessité d'une collaboration internationale pour préserver la santé des athlètes et l'égalité des chances.

Le nombre total d'échantillons recueillis et analysés chaque année dans le football (d'après les statistiques de l'AMA) permet de calculer l'incidence des échantillons positifs. Au total, l'incidence d'échantillons positifs dans le football est faible, bien au-dessous de 0,4 % au cours des dernières années (2004 : 0,34 %, 2005 : 0,33 %, 2006 : 0,32 %, 2007 : 0,36 %, 2008 : 0,23 %).

En 2009, 32 526 tests de dopage ont été effectués dans le football à l'échelle internationale. D'après la base de données de contrôle du dopage de la FIFA, 68 échantillons (0,21 %) se sont révélés positifs, dont 5 (0,02 %) pour les stéroïdes anabolisants. En général, le cannabis et la cocaïne représentent entre 70 et 80 % des résultats positifs de tests.

Tableau 1 : Nombre total d'échantillons, échantillons positifs et échantillons positifs pour les anabolisants dans le football par année

 


2004

2005

2006

2007

2008

2009

NOMBRE TOTAL D'ÉCHANTILLONS

22 329

23 478

25 727

28 313

33 445

32 526

ÉCHANTILLONS POSITIFS

76
(0,34%)

74
(0,32%)

89
(0,35%)

102
(0,36%)

78
(0,23%)

68
(0,21%)

ANABOLISANTS

9
(0,03%)

11
(0,05%)

10
(0,04%)

14
(0,05%)

6
(0,02%)

5
(0,02%)

 

Le calendrier des compétitions occupe la plus grande partie de l'année. Si l'on ajoute la préparation d'avant-saison, cela laisse aux joueurs seulement quelques semaines pour se reposer. Les joueurs de l'élite disputent des compétitions non seulement le week-end, mais aussi durant la semaine. En outre, ils évoluent dans différentes équipes et dans différentes compétitions au niveau national et international, ce qui réduit d'autant les périodes de repos.

Le football est le sport collectif qui possède le plus de licenciés au monde, ce qui rend absolument indispensable la mise en place de programmes de tests efficaces.

Au vu du nombre de joueurs, du calendrier et du pourcentage de tests positifs, le système de tests individuels n'est pas efficace. Les contrôles antidopage réalisés à l'improviste auprès des équipes de l'élite n'ont qu'un effet dissuasif. Dans les catégories inférieures du football, l'éducation et la prévention doivent être les principaux outils de la lutte antidopage.