Blatter et Fahey ensemble contre le dopage
© Foto-net

Le Président de la FIFA Joseph S. Blatter et le Secrétaire Général de la FIFA Jérôme Valcke ont accueilli au Siège de la FIFA, ce jeudi 14 février 2013, le Président de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) John Fahey, ainsi que son secrétaire général David Howman, pour discuter de la lutte contre le dopage.

M. Fahey, qui achève la dernière année de son mandat, a tenu à "remercier la FIFA pour sa collaboration fructueuse avec l'AMA au fil des ans pour lutter contre le dopage." Le Président Blatter a quant à lui réaffirmé "l’engagement de la FIFA dans le combat contre ce fléau, main dans la main avec l'AMA".

L’un des principaux sujets de ce débat a été le recours au passeport biologique, considéré comme l’une des méthodes les plus sûres pour détecter l’utilisation de substances susceptibles d’améliorer les performances. La FIFA envisage de mettre en place ce nouvel outil, comprenant un profil sanguin et un profil stéroïdien obtenu à partir des urines, lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013 et de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™. Chaque joueur participant à ces tournois sera soumis à des tests en compétition et hors compétition.

Ceci représente une nouvelle étape suite au projet pilote initié en 2011, lequel consistait à prélever le profil stéroïdien de chaque joueur participant à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA lors de tests conduits en compétition et hors compétition. 178 tests hors compétition ont été effectués en 2011. L'année suivante, ce chiffre est passé à 184. En outre, la FIFA développe actuellement un projet de passeport hormonal, une nouvelle initiative menée avec le concours du laboratoire accrédité de l’AMA en Suisse.

L'AMA est très satisfaite de l'engagement de la FIFA de mettre en place ce dispositif non seulement pour la Coupe du Monde 2014, mais aussi dès la Coupe des Confédérations en juin prochain.
John Fahey, Président de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA)

"Nous tenons à poursuivre le travail sur les passeports biologiques. L'AMA est très satisfaite de l'engagement de la FIFA de mettre en place ce dispositif non seulement pour la Coupe du Monde 2014, mais aussi dès la Coupe des Confédérations en juin prochain", a déclaré John Fahey.

Pionnière en la matière
Le Docteur Michel D’Hooghe, Président de la Commission Médicale de la FIFA, était également présent à cette réunion. Il a expliqué que la FIFA effectuait ses propres contrôles en compétition et hors compétition lors des tournois qu’elle organise, qualifications comprises. En 2012, un total de 662 échantillons d’urine ont été prélevés au cours des compétitions FIFA - Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA™, Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Coupe du Monde de Futsal de la FIFA, Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, Tournoi Olympique de Football Masculin et Féminin. À ce jour, un seul cas de dopage a été décelé lors des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™, en octobre 2012.

"En 2014, année de la Coupe du Monde la FIFA dépensera 2,5 millions de dollars dans la lutte contre le dopage. La FIFA a été la première organisation internationale de sport collectif à mettre en place des profils longitudinaux", a rappelé le Docteur D’Hooghe. "Nous les avons testés à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA en 2011 et 2012, nous allons continuer à la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013 avec des tests sanguins à l'improviste, à l'entraînement comme en match. Et c'est sur notre initiative que tous les joueurs participant à la Coupe du Monde FIFA 2014 auront des profils biologiques".

On peut toujours en faire plus en matière de lutte contre le dopage, mais nous savons à quel point la FIFA a toujours été sérieuse dans ce domaine. 
John Fahey, Président de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA)

Lors des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™, les contrôles sont menés au hasard, par les agents de contrôle antidopage de la FIFA. Sur les 820 matches préliminaires de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, la FIFA réalisera des contrôles antidopage lors de 114 rencontres et recueillera un total de 456 échantillons. Au cours de ces matches, quatre joueurs seront soumis à un contrôle et l’un d’entre eux passera un contrôle EPO.

Le contrôle EPO a été testé pour la première fois par la FIFA pendant la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002™. Tous les participants ont été soumis à des prélèvements sanguins et d’urine. Dès qu’un contrôle révélait une anomalie, un test EPO était réalisé. Tous les contrôles se sont révélés négatifs. En 2012, 95 des 662 contrôles effectués en compétitions FIFA ont donné lieu à un contrôle EPO.

Toujours faire plus
En ce qui concerne les compétitions à l’échelon national et continental, il revient à chaque association, à chaque agence antidopage nationale et à chaque confédération de mener ces contrôles. L’unité antidopage de la FIFA peut apporter son expertise aux confédérations par le biais de stages et de séminaires. Le prochain séminaire, qui aura pour objet la formation des agents de contrôle antidopage brésiliens, aura lieu à Saõ Paulo en avril 2013.

D’après les données recueillies par ses laboratoires accrédités, l’AMA a enregistré en 2011 un total de 28 587 échantillons pour le football dans le monde entier, pour un total de 119 cas de dopage (0,4 %). Sur ces 119 échantillons positifs, 40 cas étaient dus à une consommation de cannabinoïdes et 19 (0,07 %) à des stéroïdes anabolisants. Cinq de ces 19 cas concernaient des joueuses de RDP Corée participant à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2011, qui avaient consommé des stéroïdes anabolisants provenant de la "médecine chinoise traditionnelle". L’AMA publiera bientôt l’intégralité des chiffres concernant le football en 2012.

"On peut toujours en faire plus en matière de lutte contre le dopage, mais nous savons à quel point la FIFA a toujours été sérieuse dans ce domaine", a conclu le Président de l'AMA. "Nous estimons que les fédérations peuvent avoir un rôle complémentaire de ce qu'a déjà accompli la FIFA. Mais nous sommes venus ici pour remercier la FIFA pour sa collaboration."