Abby relève les nouveaux défis
© Getty Images

Si, pour Abby Wambach, 2011 avait été l'année des occasions manquées, on peut sans risque considérer 2012 comme l'une des années les plus fastes de sa carrière. La victoire des États-Unis face au Japon, en finale du Tournoi Olympique de Football Féminin, Londres 2012 a marqué un premier tournant positif. Quelques mois plus tard, la joueuse de 32 ans a connu un nouveau triomphe personnel, en s'adjugeant le titre de Joueuse de l'Année.

"Cette année a été meilleure que celle où j'ai collectionné les secondes places", confirme Wambach au micro de FIFA.com. "Quand on gagne quelque chose, on le vit comme une récompense par rapport à tout le travail accompli, aux sacrifices qu'on a faits et aux larmes qu'on a versées. On se sent bien et ça nous prouve que ce qu'on fait a du sens."

Cette force de caractère et cette volonté de ne jamais ont fait de Wambach une des meilleures footballeuses du monde, dans l'une des meilleures sélections du monde. Après leur échec en finale de la Coupe du Monde féminine de la FIFA 2011, les Américaines ont su se remettre en question. "À chaque début d'année, on se fixe un objectif", détaille Wambach. "En 2012, tout était axé sur la victoire. Il ne s'agissait pas de réparer une erreur, il s'agissait d'un objectif que nous avions en tête et qu'il fallait atteindre. La Coupe du Monde 2011 a fait naître en nous un désir qui ne nous a pas quittées. Je ne pourrais pas être plus heureuse et plus fière de mon équipe car rien ne nous a été donné aux Jeux Olympiques. Nous avons dû donner le meilleur de nous-mêmes à chaque match, même si nous avons bénéficié d'un petit coup de chance à la fin."

Refaire ses preuves
Mais Wambach sait aussi qu'il faut rapidement se projeter sur la compétition suivante, même après une victoire importante. "Nous avons été médaillées d'or, mais l'ironie, quand on est au sommet de la hiérarchie, c'est qu'il faut travailler encore plus dur", soutient-elle. "On se fixe immédiatement de nouveaux objectifs. On n'a pas le temps de descendre de la plus haute marche du podium qu'il faut déjà commencer à préparer le championnat du monde suivant ! On fête rapidement son titre et on passe à autre chose. Moi, je fonctionne comme ça."

Avant que la buteuse ne se lance à l'assaut d'un nouveau titre mondial en 2015 au Canada, de nombreux défis l'attendent en 2013. Dans le tout nouveau championnat professionnel récemment créé aux États-Unis, Abby Wambach va repartir à la chasse aux buts sous les couleurs des Western New York Flash, après deux années sans club. "Je me réjouis du lancement de cette nouvelle compétition. Je suis sûre qu'elle peut connaître le succès", espère la Joueuse Mondiale de la FIFA 2012. "Il faut juste s'y prendre de la bonne façon. On a beaucoup appris ces dernières semaines et on essaie de suivre l'exemple des autres championnats. J'espère avoir la chance de contribuer au lancement d'une nouvelle compétition, qui a de belles et longues années devant elle."

De nouveautés, il en sera également question en équipe nationale pour Wambach. À peine trois semaines après le sacre olympique de Londres, Pia Sundhage a annoncé son départ de la sélection américaine. En janvier 2013, Tom Sermanni a repris le poste laissé vacant par la technicienne suédoise. "Je pense qu'il va être génial", annonce l'internationale aux 198 sélections. "Quand une nouvelle personne arrive, c'est toujours intéressant. J'aime le changement et me lancer sans cesse de nouveaux défis. Parfois, quand on travaille trop longtemps avec un entraîneur ou une coéquipière, on tombe dans une certaine routine. Je trouve que c'est bien de faire bouger un peu les choses. Avec un nouvel entraîneur, on est moins dans le confort et on doit refaire ses preuves. Ce sera intéressant de voir ce qui va se passer."