Marta, entre Gala et Canada

Marta n'est pas seulement une des footballeuses les plus connues de la planète, elle compte aussi parmi les plus talentueuses. Ceux qui ont eu la chance de la voir évoluer sur un terrain ont depuis longtemps compris pourquoi l'internationale brésilienne figure depuis neuf ans au nombre des nominées pour le titre de Joueuse Mondiale de la FIFA, pour cinq récompenses consécutives.  

"Il se passe toujours des choses extraordinaires à Zurich", explique la jeune femme au micro de FIFA.com à propos du Gala FIFA Ballon d'Or. "Tous les sportifs professionnels rêvent de pouvoir remporter un grand trophée, après une saison longue et difficile."

L'attaquante du Tyresö FF sait de quoi elle parle. Le championnat de Suède a lui-même connu un dénouement riche en émotions. Alors que le titre semblait promis à Malmö, Marta et ses coéquipières ont trouvé les ressources nécessaires pour devancer leurs rivales sur le fil. Tyresö est en effet sorti vainqueur du duel qui a opposé les deux équipes lors de l'ultime journée de la saison.

En terrain conquis
"Je suis très heureuse d'avoir retrouvé la Damallsvenskan au sein d'une équipe qui a elle-même accédé à l'élite en 2009", rappelle la joueuse de 27 ans. "Ce dernier match était incroyablement intense. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vécu de telles émotions. Je ne suis pas près d'oublier la joie des supporters, ni la façon dont nous avons fêté ce succès. À titre personnel, cette victoire restera le temps fort de l'année 2012."  

Comme elle le souligne elle-même, Marta est en terrain conquis en Suède. De 2004 à 2008, la Brésilienne a collectionné les titres sous les couleurs d'Umea, avant de traverser l'océan pour tenter sa chance aux États-Unis. "La différence entre les deux championnats n'est pas si grande. Le niveau de jeu est bon en Suède et les matches sont généralement très disputés", analyse l'intéressée. "Au niveau du style, les ressemblances sont par contre frappantes : les duels et le physique sont prépondérants. Mais il faut également savoir faire preuve d'audace !" 

Malgré son talent, la native de Dois Riachos court toujours après un premier grand titre en équipe nationale. Le Brésil reste sur deux échecs en quart de finale, aussi bien en Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Allemagne 2011™ que lors du Tournoi Olympique de Football Féminin, Londres 2012.

Cap sur le Canada
Bien entendu, la quintuple Joueuse mondiale de la FIFA ne peut se satisfaire de tels résultats. "Je ne suis pas du tout contente de nos performances. Cela vaut pour moi, pour mes coéquipières et pour le sélectionneur. Nous avions vraiment à cœur d'aller le plus loin possible et de lutter pour une place sur le podium mais la chance ne nous a pas souri", souligne-t-elle. "Heureusement, nous possédons une équipe pleine de talent et nous aurons d'autres occasions de prendre notre revanche. Maintenant, nous devons nous remettre au travail. La prochaine Coupe du Monde aura lieu dans deux ans au Canada. Nous serons mieux préparées qu'à Londres."

Toutefois, Marta se montre plus réservée lorsqu'on évoque l'avenir du football féminin au Brésil. "C'est une question difficile. Le Brésil ne s'intéresse au football féminin qu'à l'approche d'un grand tournoi. Dès que les projecteurs se sont éteints, nous retournons dans l'ombre. Nous sommes sur la bonne voie mais nous progressons trop lentement à mon goût."

Ce mélange d'ambition et de talent a fait de la Brésilienne la grande championne qu'elle est aujourd'hui. Beaucoup de jeunes femmes l'ont prise comme modèle et aspirent à marcher sur ses traces. De son côté, Marta entend se montrer digne de leur admiration. "Je veux travailler dur, jouer dans un championnat compétitif et livrer de grands matches, afin d'être à nouveau invitée à Zurich l'année prochaine !"