TMS : comment ça marche ?
© Foto-net

"Système de régulation des transferts" ou en Anglais abrégé "TMS". Le terme peut sembler barbare. Il s’agit simplement d’un moyen électronique de rendre plus transparents les transferts internationaux et de protéger les mineurs. Certes, mais comment ce système fonctionne, quels en sont les clefs ? A quelques heures de la mise en application obligatoire du système après deux années de tests et formation, FIFA.com répond aux questions cruciales sur cet outil.

Quelle est l’origine de cette initiative ?
L’idée date du Congrès de la FIFA 2007 où il avait été décidé de mettre en place une plateforme en ligne d’enregistrement des transferts pour remplacer l’ancien procédé basé sur des accords sur papier. Il a fallu ensuite trois années et demi pour "inventer" l’outil, le tester et former les Associations membres de la FIFA et les clubs. Ils sont désormais 3633 clubs des 208 associations à avoir été formés par les ingénieurs de TMS.

Qui est concerné ?
Le système tend à réguler les transferts internationaux de joueurs masculins professionnels. Il ne concerne pas les transferts dits "domestiques", entre clubs d’un même pays. Mais il n’est pas exclu que le système s’étende. Il ne concerne pas non plus les transferts de joueurs qui conservent leur statut amateur lors d’un passage d’un club à un autre. En revanche, le transfert d’un joueur d’un club amateur vers un club professionnel doit être enregistré dans le système.

Qui doit entrer les informations dans le système ?
Les deux clubs qui réalisent le transfert doivent entrer les informations sur la transaction pour valider l’opération. Quant aux Associations membres, elles doivent tenir à jour les informations relatives à leurs saisons, à leurs enregistrements, à leurs clubs  et à leurs agents.

Quelles informations doivent être données ?
Les informations qui doivent être délivrées sont les suivantes : nom des clubs, nom des associations, pédigrée du joueur (date de naissance, prénoms et nom), type de transfert (permanent, prêt, échange), éventuelles commissions, la somme totale de la transaction et les détails des éventuelles compensations de formation ou de solidarité, les échéances de paiements (en une ou plusieurs fois), l’agenda des paiements incluant les dates, sommes et récipiendaires, détails sur les paiements déjà effectués incluant des informations sur la banque d’origine, la banque des récipiendaires, la somme payée, la date du paiement et le récipiendaire.

Y’a-t-il d’autres garanties à apporter ?
En plus des informations évoquées, les clubs et Associations doivent également télécharger dans le système une batterie de documents : une preuve de la nationalité, l’âge du joueur et son nom correctement orthographié, une copie du nouveau contrat d’embauche du joueur, une copie du contrat de transfert et une preuve du paiement.

En quoi le système permet plus de transparence ?
La transparence est garantie par le fait qu’il est très difficile de tricher en ligne. Les clubs et les Associations membres de ces clubs sont responsables des informations qu’elles entreront dans le système et des actions à entreprendre. Les clubs, avant d’envoyer les informations, doivent de plus cocher une case et par cette action déclarent qu’aucune partie tierce n’est impliquée. Les équipes de TMS connaissent instantanément les informations délivrées ou non et peuvent identifier individuellement chaque partie impliquée, puisque chacun des clubs et associations ont un compte dans le système. Les irrégularités sont dès lors très rapidement identifiables.

Comment TMS peut contrôler les informations ?
TMS a une équipe de 'contrôle de conformité' aidé de nombreux outils électroniques qui observe chacun des transferts opérés.

Que se passe-t-il si un transfert n’est pas conclu de manière correcte ?
A partir du 1er octobre où TMS devient obligatoire, les clubs ou Associations qui n’appliqueront pas le système pourront être sanctionnés par la Commission de Discipline de la FIFA. L’éventail des sanctions est large et dépendra de la gravité des infractions. En voici la liste : blâme ou avertissement ; amende ; exclusion d’une compétition ; restitution de prix ; annulation de résultats de matches ; défaite par forfait ; retrait de points ; relégation à une division inférieure ; interdiction de transfert.

En quoi ce système aide à la protection des mineurs ?
Ces requêtes de transferts, après avoir été approuvées par une sous-commission de la Commission du Statut du Joueur de la FIFA, sont ensuite gérées par TMS. Les clubs doivent alors fournir de nombreux documents (entre quatre et neuf), par exemple sur les contrats de travail des parents.