Farina applaudit la collaboration entre la FIFA et INTERPOL
© Getty Images

La semaine dernière, Simone Farina, ambassadeur de la FIFA pour le fair-play, est intervenu sur le thème de l'intégrité dans le sport, au cours d’une réunion d’universitaires organisée par INTERPOL.

Les 28 et 29 novembre derniers, 50 spécialistes du monde entier ont abordé la manière dont le monde universitaire pourrait influer sur la corruption dans le football à travers l’éducation. Simone Farina a salué les liens qui unissent la FIFA et INTERPOL en matière d’entraînement, d’éducation et de prévention dans la lutte contre le trucage de matches et les paris illégaux dans le football.

En 2011, ce footballeur italien s’est vu offrir 200 000 euros pour contribuer à la défaite de son équipe en Coupe d'Italie par un minimum de trois buts. Devant l’assistance réunie, Simone Farina a confié qu'il espérait, par son geste, avoir incité d’autres joueurs à prendre la parole pour révéler les tentatives de trucage.

Le sport n’est pas juste une affaire de ballon et de but, c'est aussi un moyen de devenir un homme ou une femme honorable et intègre
Simone Farina, ambassadeur de la FIFA pour le fair-play

"On me demande souvent si je referais la même chose aujourd’hui, à savoir refuser cette offre et dénoncer un coéquipier aux autorités ? Pour être très franc, les choses n’ont pas été faciles pour moi et ma famille. Je me suis souvent senti seul et j’ai parfois douté de ma décision," avoue-t-il. "Cependant, quand près de 20 personnes, dont certains joueurs connus, ont été arrêtées le mois suivant, j’ai aussitôt compris la portée de ce que j'avais fait. Je n’aurais jamais imaginé que ma déclaration aurait pareil impact."

FIFA et INTERPOL main dans la main
L’unité Intégrité du Sport d’INTERPOL a été créée l’an dernier, dans le cadre d’une collaboration de 10 ans avec la FIFA, afin d’endiguer la corruption dans le football. Simone Farina a rappelé que tous ceux qui rejettent une proposition de trucage peuvent bénéficier de l'appui d’une structure, encore renforcée par la dernière initiative d’INTERPOL et de la FIFA.

"Aujourd’hui, à travers ma participation au programme de l’unité Intégrité du Sport d’INTERPOL et mon rôle d’ambassadeur de la FIFA pour le fair-play, je contribue à faire passer ce message auprès de tous les sportifs, à leur dire qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils n’ont rien à craindre," souligne Farina et d'ajouter : "Une structure, qui inclut notamment INTERPOL et la FIFA, est là pour soutenir tous les joueurs qui disent 'non' et dénoncent une tentative de trucage de matches ou de corruption. Si je suis fier d'être là où je suis, j’espère néanmoins qu’un jour, ma décision ne relèvera plus de l’exception mais de la règle."

Le joueur transalpin a aussi exprimé son espoir de voir son travail auprès de la FIFA et du club anglais d’Aston Villa aider les générations futures à combattre la corruption. "Quand j’étais enfant, on m’a enseigné que le sport n’était pas juste une affaire de ballon et de but, mais aussi un moyen de devenir un homme ou une femme honorable et intègre."

"La prévention commence avec les sportifs de demain, c'est-à-dire les enfants. Dans les programmes en cours, je m’efforce de leur enseigner le respect, le courage, la détermination et l’esprit d’équipe, tout ce que le football m’a inculqué quand j’avais leur âge. Toutes ces valeurs qui m’ont aidé à dire 'non' il y a un an et qui les aideront, je l'espère, à dire 'non' un jour futur," conclut Farina.