Valcke : "Lutter ensemble contre les matches truqués"
© AFP

Le Secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, s'est exprimé sur la question des matches truqués lors d'une conférence internationale réunissant des représentants des mondes du football et de l'application des lois, avec comme objectif de remédier à cette pratique par le biais d'un effort commun historique.

Quelque 200 délégués de 50 pays se sont réunis à Rome pour discuter des menaces que les matches truqués font peser sur le football et des moyens d'améliorer la prévention et l'investigation dans ce domaine. Intitulée "Matches truqués : le côté laid du beau jeu", cette conférence marque une étape significative dans la lutte contre la manipulation des rencontres, qui génère des milliards dans les paris illégaux aux quatre coins du globe.

Réunissant M. Valcke et ses homologues d'INTERPOL et de l'UEFA, Ronald K. Noble et Gianni Infantino, ainsi que Giancarlo Abete, Président de la Fédération Italienne de Football, la conférence a comme objectif d'aider les mondes du football et de l'application des lois à collaborer pour remédier au problème des matches truqués à l'échelle nationale, continentale et mondiale.

Parmi les délégués présents, figurent des responsables de l'intégrité au sein de fédérations nationales, des joueurs, des arbitres et des représentants d'organisations internationales comme FIFPro ou Sportaccord, d'associations de football nationales, d'organisations de paris, d'autorités de régulation de paris et d'organismes d'application des lois.

Popularité et responsabilité
"Aujourd'hui, près de 300 millions de personnes pratiquent le football dans le monde. Cette popularité extraordinaire donne des responsabilités à la FIFA. L'un des objectifs statutaires de la FIFA est précisément de protéger l'intégrité du jeu. Par conséquent, la lutte contre la manipulation des matches est une priorité de premier ordre pour la FIFA", a déclaré M. Valcke. "Nous devons faire en sorte d'avoir des règles appropriées, de toujours agir de façon transparente, de prendre des décisions bénéfiques pour notre sport et de sanctionner tous ceux qui ne respectent pas les règles."

"Mais même avec la meilleure volonté du monde, la FIFA ne peut pas mener et gagner seule la bataille contre la corruption dans le football", a reconnu le Secrétaire Général de la FIFA. "La clé de la lutte contre la corruption dans le football est d'impliquer et de réunir toutes les parties concernées. Notre rencontre à Rome marque une reconnaissance de cette réalité. C'est seulement en unissant nos efforts que nous pouvons envoyer un signal fort d'engagement immuable, de progrès et de réussite dans la lutte contre le crime organisé."

La FIFA s'est engagée dans une coopération de dix ans avec INTERPOL pour lutter ensemble contre cette pratique. L'initiative visera à lutter contre la corruption dans le sport par le biais de la sensibilisation et la formation de personnes clés, et de la mise en place de stratégies destinées à détecter et à neutraliser les méthodes utilisées par le crime organisé."

"Les matches truqués existent pour faire de l'argent", juge le Chef d'INTERPOL, M. Noble, soulignant que cette première conférence européenne a réuni les Secrétaires généraux d'INTERPOL, de la FIFA et de l'UEFA pour la première fois dans l'histoire. "Les paris illégaux qui entraînent le trucage des matches représentent un marché de l'ordre de centaines de milliards d'euros par an, ce qui signifie que les plus grands bookmakers ont des revenus comparables à ceux de la société Coca-Cola. Les organisations criminelles profitent des matches truqués à la fois par les revenus qu'ils génèrent et par la possibilité qu'ils offrent de blanchir des gains issus d'autres activités criminelles. Les matches truqués sont clairement une hydre qui doit être décapitée grâce à un effort national et international coordonné",

Education et prévention
Ces propos ont été corroborés par M. Infantino, qui a souligné les efforts de l'UEFA pour essayer de mettre fin à la pratique des matches truqués. "Nous allons continuer à nous battre contre ce cancer. Grâce à nos programmes d'éducation des joueurs, des officiels de match et des entraîneurs, grâce à nos systèmes de surveillance sophistiqués et grâce à nos liens étroits avec les agences d'application des lois et les autorités d'État, nous n'allons certainement pas céder à ceux qui truquent les matches."

En juin, l'ancien directeur d'INTERPOL et haut responsable du bureau de la Police criminelle d'Allemagne fédérale, Ralf Mutschke, a pris ses fonctions au poste nouvellement créé de Directeur de la Sécurité de la FIFA. Dans un entretien récent avec FIFA.com, il assure que la prévention visant à empêcher la manipulation des matches constitue sa première priorité. "Faire disparaître la pratique des matches truqués est notre première tâche. Il est important que toute la communauté de la FIFA soit impliquée dans la lutte contre le crime organisé", explique-t-il. "L'une des mesures les plus importantes est le programme de sensibilisation de la FIFA, qui prévoit entre autres la mise en place de séances d'information en amont des tournois de la FIFA et la sensibilisation au phénomène des hauts dirigeants en vue de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013 et de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014."

"Des ateliers régionaux et nationaux sont également organisés dans toutes les confédérations pour garantir une approche uniforme et systématique", annonce-il encore. "Mais plus encore, nous voulons démontrer que la FIFA, conjointement avec notre partenaire INTERPOL, place cette question au centre de ses priorités. En février, un service spécial sera mis en place afin de permettre à n'importe qui de dénoncer par e-mail ces mauvaises pratiques."

Au sujet de la création de la nouvelle division sécurité de Mutschke, Valcke indique "vouloir continuer sur le même chemin, intensifier nos efforts et les élargir. Le football fait partie de notre culture nationale et de nos vies quotidiennes. Il en va donc de notre devoir, en tant qu'organe directeur, d'avoir une politique de tolérance zéro et de protéger la communauté du football. Nous sommes déterminés à remplir et même à aller au-delà de ces responsabilités cruciales."

La conférence se déroule sous les auspices de l'unité "Intégrité dans le Sport" d'INTERPOL, dans le cadre de l'initiative conjointe INTERPOL/FIFA de Formation, d'Éducation et de Prévention, en partenariat également avec le Ministère italien de l'Intérieur et l'UEFA. "Nous sommes fiers d'accueillir cette première conférence européenne sur le trucage des matches, qui rassemble des acteurs incontournables de tous les secteurs impliqués dans cette lutte collective contre les réseaux de crime organisé qui essaient de profiter du beau jeu", a conclu le Préfet Antonio Manganelli, Chef de la Police nationale italienne. "La police italienne reste plus que jamais déterminée à protéger le football en particulier le sport en général contre la corruption."