Tim Kee mise sur l'espoir et la passion
© FIFA.com

La Fédération trinidadienne de football (TTFF) a dû faire face à de nombreuses difficultés ces dernières années. Fraîchement élu à la tête de la TTFF, Raymond Tim Kee s'est fixé pour objectif de remettre de l'ordre dans la maison et de poser les bases des succès à venir. 

Cet homme d'affaires spécialisé dans l'assurance fait partie des personnalités qui comptent dans le monde du football trinidadien. En poste depuis novembre 2012, Raymond Tim Kee s'est rendu ce mardi 15 janvier au Siège de la FIFA, pour y rencontrer le Président Joseph S. Blatter.   

"Notre association doit faire face à de nombreux défis. Je suis très heureux d'avoir pu rencontrer le Président de la FIFA pour lui expliquer notre situation. J'espère que nous parviendrons à résoudre nos problèmes", a confié Tim Kee au micro de FIFA.com à l'issue de cette entrevue.

"La TTFF doit se moderniser. Nous sommes actuellement au cœur d'un processus de réorganisation de nos structures internes. Le football doit être l'affaire de tous car il appartient à tout le monde. La passion des Trinidadiens pour le football est énorme. Il reste le sport le plus populaire du pays, chez les jeunes comme chez les moins jeunes. Si nous venons à nous qualifier pour une grande compétition, cette passion éclatera à nouveau aux yeux du monde. Toutefois, les difficultés que nous avons rencontrées ont quelque peu émoussé cet intérêt. C'est dommage. L'un de mes objectifs consiste donc à remettre le football sur le devant de la scène."

La TTFF doit se moderniser. Nous sommes actuellement au cœur d'un processus de réorganisation de nos structures internes. Le football doit être l'affaire de tous car il appartient à tout le monde.
Raymond Tim Kee, président de la Fédération trinidadienne de football

Le plus grand succès de cette nation insulaire de 1,3 million d'habitants remonte à sept ans. En 2006, les Soca Warriors ont fêté leur première et unique qualification pour une phase finale de Coupe du Monde de la FIFA™. Malgré leur élimination au premier tour, les Trinidadiens ont laissé une excellente impression au public allemand. Toutefois, les supporters de Trinité-et-Tobago devront encore patienter avant de revoir leur équipe à ce niveau, puisque leur sélection a connu une élimination précoce lors des préliminaires de Brésil 2014. "Les désaccords et les incertitudes au sein de la fédération ont fini par affecter les joueurs", constate Tim Kee avec amertume, lorsqu'on l'interroge sur le sujet.

Pour renouer au plus vite avec le succès, les dirigeants ont décidé de concentrer leurs efforts sur la formation, afin de trouver au plus vite les successeurs des grands noms du football trinidadien comme Kenwyne Jones et Dwight Yorke. "Ces joueurs sont considérés comme des modèles à suivre par la nouvelle génération", précise Tim Kee. "Ils viennent de milieux modestes et se sont totalement consacrés au sport qu'ils aiment. Leurs efforts ont été récompensés par des carrières jalonnées de succès. Il est important pour les plus jeunes de s'inspirer de ces exemples. Ils se disent : moi aussi, je peux y arriver."  

Organisation et structures
Cet espoir joue un grand rôle dans les plans ambitieux mis en place par le président de la TTFF. "C'est exactement ça ! En nous appuyant sur une stratégie éprouvée, une organisation rigoureuse et un plan de développement rationnel, nous obtiendrons forcément des résultats. De ce point de vue, Jones et Yorke sont aussi de très bons exemples. Ils ont franchi toutes les étapes de la formation, jusqu'à intégrer l'équipe nationale."

Les projets soutenus par la FIFA sont également appelés à tenir une place importante dans le développement du football à Trinité-et-Tobago. Grâce au Projet Goal, les habitants de Port-d'Espagne bénéficient désormais d'une pelouse artificielle et d'une grande salle réservée à la pratique du futsal. "C'est fantastique", se réjouit Tim Kee. "Pour moi, il s'agit davantage de processus que de simples projets. Le terme projet évoque une action limitée dans le temps. Nous, nous pensons sur le long terme. Le Président Blatter a déjà eu l'occasion de souligner qu'il fallait encourager la pratique du football sous toutes ses formes. Nous avons donc investi dans le futsal et nous avons remporté le Championnat des Caraïbes. Seul le Mexique a réussi à nous barrer la route de la qualification pour la Coupe du Monde. À ma demande, nous avons sollicité l'aide des instructeurs de futsal de la FIFA pour former nos entraîneurs. Ils ont effectué un excellent travail."

L'équipe nationale est une source d'inspiration pour nos concitoyens et chaque victoire leur apporte un peu de bonheur et de joie.
Raymond Tim Kee, président de la Fédération trinidadienne de football

Tim Kee semble donc bien décidé à s'engager sur tous les fronts : "La FIFA nous a également soutenus dans le domaine de l'arbitrage. Nous avons mis en place une structure pour le beach soccer, qui a reçu un accueil enthousiaste. Notre équipe nationale féminine collectionne les bons résultats. Elle jouit d'une grande popularité et d'un soutien total de notre part. Nous avons récemment réformé notre comité pour le football féminin, afin de devenir encore plus compétitifs".

La route qui mène au succès est encore longue mais les premiers signes sont encourageants. L'édition de décembre du Classement Mondial FIFA/Coca-Cola marque ainsi une progression de 11 rangs pour Trinité-et-Tobago, qui occupe désormais la 68ème place. Le nouveau président de la TTFF a évidemment œuvré pour cette remontée : "J'ai beaucoup discuté avec les joueurs et le sélectionneur. Je leur ai fait comprendre qu'ils avaient des responsabilités. Ce n'est pas seulement une question de résultats. Ils représentent leur pays et ils doivent donc veiller à ce que notre football gagne en crédibilité et en visibilité. L'équipe nationale est une source d'inspiration pour nos concitoyens et chaque victoire leur apporte un peu de bonheur et de joie".

Avec le courage et la détermination qui le caractérisent, Tim Kee se prépare désormais à faire face à son plus grand défi : "Il nous faut désormais séparer clairement le sport et la politique. Nous voulons réorganiser notre association, en nous concentrant uniquement sur l'aspect sportif".