Prise de position de la FIFA vis-à-vis du rapport du Conseil fédéral suisse sur le thème "Lutte contre la corruption et les matches truqués"
© Getty Images

La FIFA a pris connaissance du rapport du Conseil fédéral suisse concernant la lutte contre la corruption et les matches truqués dans le sport. Les efforts du Conseil fédéral - qui visent à soutenir les organisations et associations sportives dans la lutte contre la corruption et les paris frauduleux grâce à des mesures gouvernementales appropriées - constituent aux yeux de la FIFA un signal positif dans l’optique de préserver l’intégrité du sport et de son environnement.

La complexité des problèmes que sont la corruption et le trucage de matches nécessite une règlementation interne adéquate, mais également des mesures gouvernementales. La FIFA reconnaît ce besoin d’agir au niveau gouvernemental et est heureuse de constater que les mesures mises en places dans le cadre de son processus de réformes sont mentionnées dans le rapport comme une étape majeure*.

Il en va de même des mesures prises par la FIFA dans la lutte contre les paris frauduleux. La dimension internationale du sport exige la plus grande détermination ainsi qu’une étroite coopération entre les associations et organisations sportives d’un côté, et les instances gouvernementales nationales et internationales de l’autre. Eu égard au thème de la "corruption privée", qui a fait l’objet de nombreuses discussions, la FIFA considère qu’il est positif que ce problème soit résolu de manière générale, entre autres au niveau des ONG.

La FIFA a aussi pris note que, selon le rapport, "des interventions ciblées du législateur suisse notamment en matière de droit fiscal ou de droit des associations pour mettre en œuvre une norme de gouvernance à définir n’iraient pas dans le sens souhaité, tant d’un point de vue politique que juridique." (page 30).

"Je me réjouis que le Conseil fédéral ait approuvé les mesures mises en place dans le cadre de notre processus de réformes. Cette reconnaissance, ainsi que le rapport de la commission du Conseil des États, montrent que nous sommes sur la bonne voie. Cela renforce notre motivation et nous continuerons à mener ce processus jusqu’à son terme, lors du Congrès de la FIFA 2013. Aussi bien la FIFA en tant qu’institution que moi-même en tant que Président de cette dernière, sommes résolus à poursuivre ce processus de réformes", a déclaré le Président de la FIFA, Joseph S. Blatter.

Et d’ajouter : "La FIFA est convaincue qu’avec le soutien des autorités et instances compétentes nationales et internationales, le combat contre la corruption et les matches truqués dans le sport pourra être gagné."

*cités en ces termes dans le rapport : "Le comité exécutif de la FIFA a pris une décision historique pour la FIFA le 17 juillet 2012 en décidant de nommer des personnalités de renom international aux postes de président de la chambre d’instruction et de président de la chambre de jugement de la nouvelle commission d’éthique. Dans le contexte de ces élections, le comité exécutif a décidé une nouvelle révision du Code d’éthique (en vigueur depuis le 25 juillet 2012).
De nouvelles élections des membres de la commission d’éthique et d’autres modifications des statuts sont annoncées pour 2013." (page 30)