La FIFA étend 58 sanctions en RP Chine au niveau mondial
© Getty Images

La FIFA peut confirmer ce 25 février 2013 l’extension de sanctions disciplinaires infligées à 58 individus dans le cadre d’enquêtes menées en RP Chine depuis 2010 concernant des affaires de trucage de match et de corruption.

Les sanctions infligées par la commission de discipline de la Fédération Chinoise de Football (CFA) impliquent des joueurs et des officiels, 25 individus ayant écopé d’une suspension de cinq ans de toute activité liée au football tandis que les 33 autres ont été suspendus à vie.

Le président de la Commission de Discipline de la FIFA a étendu ces sanctions au niveau mondial conformément aux articles 78, al. 1c et 136ss du Code disciplinaire de la FIFA.

Cette décision fait suite à des enquêtes et procédure judiciaires menées par les autorités judiciaires chinoises entre 2010 et 2012 et dans le cadre desquelles la Fédération Chinoise de Football a pleinement coopéré. Ces affaires concernent des cas de trucage de matches survenus dans les années 1990 et au début des années 2000.

Les sentences imposées par les autorités judiciaires chinoises marquent le terme de la période suspensive de l’appel interjeté contre les sentences initialement imposées en juin 2012. 

Les sanctions de la CFA ont été prononcées le 18 février 2013.

En infligeant ces sanctions et en les notifiant à la FIFA, la CFA a mis en lumière sa détermination à combattre toute forme de trucage de match ou de corruption dans le football. La CFA a mis en place en mars 2012 une task force spéciale - composée de cinq membres de la commission de discipline de la CFA - afin d’émettre des recommandations basées sur les enquêtes qui avaient été menées.

La FIFA continue de travailler en étroite collaboration avec ses associations membres dans la lutte contre le trucage de match, notamment en organisant régulièrement des séminaires régionaux FIFA/INTERPOL, en faisant signer aux officiels une déclaration d’intégrité et en mettant en place une nouvelle Hotline Intégrité et une adresse électronique à cet égard ainsi qu’un guide didactique sur son Code d’éthique.