Lord Ouseley : "Le football a un rôle capital à jouer"
© FIFA.com

Le pair britannique Lord Ouseley était au Siège de la FIFA le lundi 23 janvier pour rencontrer le Président de la FIFA, Joseph S. Blatter, afin de parler du combat permanent mené par le monde du football contre toutes les formes de discrimination.

Lord Ouseley est Président de Kick It Out, organisation basée au Royaume-Uni qui œuvre au niveau footballistique, éducatif et social pour lutter contre la discrimination dans le domaine du football, de l'éducation et du travail social, pour lutter contre la discrimination et l'exclusion et pour encourager l'adoption de pratiques positives. Kick It Out est l'un des grands acteurs du réseau Football Against Racism in Europe (FARE). Ses pratiques sont recommandées par la FIFA et ses campagnes pour l'égalité et contre l'exclusion sont connues dans le monde entier.

En 2011, FIFA.com a publié une série d'entretiens avec notamment Steffi Jones, Anthony Baffoe, Patrick Mboma ou Ali Al Habsi concernant les différents types de discrimination dans le football et les façons de les combattre. Cette série continue en 2012. La visite de Lord Ouseley au Siège de la FIFA constituait une belle occasion de relancer le débat.

Lord Ouseley, quel était votre programme aujourd'hui à la Maison de la FIFA ?

 Nous avons rencontré le Président de la FIFA, qui nous a assuré de son engagement à combattre le racisme et toutes les autres formes de discrimination. L'engagement de la FIFA sur cette question est bien connu et documenté. Les règlements de la FIFA stipulent clairement les différentes manières de lutter contre la discrimination, sur le terrain et en dehors.

Le football touche plus de 300 millions de personnes de par le monde. Par conséquent, vous pouvez imaginer l'ampleur de la tâche lorsque vous vous attaquez à un problème qui existe dans tous les pays sans exception. Le travail à réaliser est gigantesque, mais il existe aussi une volonté extraordinaire de relever les défis. C'est ça qui est le plus important. Ce que nous faisons n'a rien de symbolique. Nous essayons de voir comment nous pouvons tous travailler ensemble et avancer. C'était le message de notre visite aujourd'hui. Il y a encore à la fois beaucoup à bâtir sur des fondations certes positives, mais beaucoup à apprendre et à partager aussi, aussi bien en termes d'expérience, que d'information ou de savoir-faire.

Comment définiriez-vous la discrimination ?

La discrimination consiste tout simplement à traiter une personne moins équitablement qu'une autre personne sans aucune raison valable. Dans certains domaines, vous pouvez exercer une discrimination positive, par exemple en consacrant plus de moyens aux personnes handicapées qu'à celles qui ne le sont pas, pour des raisons assez évidentes.

La discrimination positive est-elle toujours souhaitable ?
Accorder un avantage à quelqu'un, c'est par définition créer un handicap pour quelqu'un d'autre. Si c'est ce que l'on entend par discrimination positive, alors je ne suis pas en faveur. Je pense que la bonne démarche consiste à supprimer toutes les barrières qui empêchent les gens d'être traités équitablement.

Pourquoi la discrimination existe-t-elle dans le football ?
Je pense que la discrimination dans le football est liée aux attitudes de certaines personnes par rapport à d'autres. Il y a d'abord la discrimination reposant sur la race et la couleur. Le sectarisme n'est pas quelque chose de rationnel. Certains êtres humains possèdent une haine et des préjugés qui déclenchent les comportements que l'on connaît. C'est le type de discrimination le plus répandu et le plus manifeste dans le football. Après, il y a d'autres genres de discrimination que l'on retrouve partout dans la société, contre les femmes, contre les personnes souffrant de handicaps, contre n'importe qui et pour toutes les raisons possibles et imaginables. Ce sont les personnes les plus avantagées, les plus influentes et les plus puissantes qui sont le plus susceptibles d'exercer une discrimination, car ce sont elles qui peuvent le faire le plus impunément. Elles peuvent le faire de façon assez subtile, dans les limites de la loi et des procédures.

Comment la FIFA peut-elle aider à combattre la discrimination ?
La FIFA possède de nombreux programmes destinés à combattre les inégalités et la discrimination et à attirer l'attention sur l'injustice là où elle existe. La FIFA peut soutenir les gens des pays qui essayent de faire quelque chose pour lutter contre la discrimination et l'exclusion. Elle a également un pouvoir de sanction disciplinaire. Je pense que l'un des éléments les plus importants, dans le travail de la FIFA, est justement cette action consistant à donner les moyens aux gens désavantagés de s'émanciper et de changer eux-mêmes leurs propres conditions.

Les règlements de la FIFA donnent le pouvoir à cette dernière de sanctionner les associations nationales qui ne respectent pas ou enfreignent les règles. La FIFA est également à même, par l'éducation et la formation, de faire en sorte que les officiels des matches soient capables de faire leur métier et d'assumer leurs responsabilités de manière à empêcher les discriminations, à garantir un traitement équitable pour tous, et de promouvoir les valeurs de la FIFA, à commencer par le respect de tous et le fair-play.

Par conséquent, la FIFA joue un rôle très important de sensibilisation, de promotion des valeurs les plus positives que le football peut propager dans le sport en particulier et la société en général, à l'échelle locale et mondiale à la fois. La FIFA a également la possibilité d'influencer les pratiques à la base, et ce à l'échelle mondiale. Il n'y a rien de tel pour permettre à tout un chacun, n'importe où dans le monde, de contribuer à la lutte contre toutes les formes de discrimination, et à progresser dans ce combat.

Pourquoi le football est-il si important dans la lutte contre la discrimination ?
Tout d'abord en raison du nombre élevé de joueurs à l'échelle mondiale. C'est un jeu facile, ce qui fait que si vous n'avez pas accès à des équipements, vous pouvez le pratiquer à peu près n'importe où. C'est ce qui fait la valeur du football. Après, on peut ajouter la compétition, la participation, la motivation, le plaisir. Il est certain que les préjugés, le sectarisme, la haine et l'ignorance n'ont pas été inventés par le football. Mais à partir du moment où ces sentiments sont présents à un certain degré chez chacun d'entre nous, il y a toujours un danger de contamination du football. Le football doit jouer un rôle dans le combat contre la discrimination, car le football non seulement touche directement les gens, mais en plus il les met en relation active les uns avec les autres. C'est pourquoi le football est un outil idéal pour la cohésion sociale et contre l'exclusion. Le ballon rond ne peut pas régler tous les problèmes, mais il peut avoir un impact incroyablement positif sur la vie de millions de gens.

Dans ce genre de combat, n'y a-t-il pas toujours un risque de suffisance ?
Je pense qu'il faut toujours rafraîchir ses messages. Kick It Out et les autres campagnes cherchent toujours de nouvelles solutions, comment faire plus ou faire autre chose. Il faut aussi exercer une veille sur les nouveaux problèmes qui peuvent se poser. Une fois que les progrès réalisés deviennent tangibles, c'est peut-être un signe qu'il faut changer de méthode. En Angleterre, il y a eu plusieurs cas très médiatisés récemment. En raison de ce large écho et parce que chacun s'intéresse à la question, on a l'impression qu'il y a un vrai problème. Je pense que c'est exagéré. Les problèmes qui existent aujourd'hui ont toujours été là, et je suis persuadé qu'ils sont moins profonds qu'il y a plusieurs années. Nous ne devons jamais laisser le négatif prendre le pas sur le positif car la situation s'est améliorée. Beaucoup de gens font un travail fantastique dans la lutte ininterrompue contre la discrimination.