Fan inconditionnel de Manchester United, Greg Rutherford a vécu une année mémorable. Si ses Red Devils n’ont pas toujours été à la hauteur de leurs standards habituels sur le terrain, le sauteur en longueur ne risque pas d’oublier 2012.

Les Jeux Olympiques de Londres allaient forcément avoir une saveur spéciale pour l’athlète anglais. Quand il a décroché l’or pour la Grande-Bretagne dans un Olympic Stadium plein à craquer, il en a fait le plus grand moment de sa carrière.

Fan de ballon rond, il s’est longuement entretenu avec FIFA.com au sujet de son amour pour le football, de ses sensations lorsqu’il a pénétré sur le terrain d’un Old Trafford affichant complet et de ses pronostics pour le FIFA Ballon d’Or.

Quand avez-vous commencé à supporter Manchester United ?
Mon père est supporter lui aussi donc quand j’ai grandi, c’est devenu automatique : je disais que j’étais supporter de Manchester car mon père l’était. Je suis né à Milton Keynes, à 80 km de Londres, et certains membres de ma famille sont de Londres et sont nombreux à supporter Tottenham. Du coup, il existe une espèce de rivalité au sein de la famille. En fait, quand on est supporter de MU, il faut être prêt à recevoir pas mal d’insultes. J’essaie d’aller voir autant de matches que je peux. Entre les entraînements et les compétitions, ce n'est pas forcément évident, mais j'essaie de faire du mieux que je peux.

Vous souvenez-vous de votre premier match ?
Pas exactement, mais je suis pratiquement sûr que c’était un match entre United et Everton, en 1995. Je devais avoir 8 ou 9 ans. Je me souviens juste avoir été plongé dans un environnement totalement différent de ce à quoi j'avais été habitué. J’ai carrément adoré, à tel point que je me suis mis en tête de devenir professionnel, comme la plupart des garçons de mon âge. Ça me fascinait, c’était assez extraordinaire.

Quel est votre meilleur souvenir avec Manchester United ?
Mon premier souvenir, c’est probablement le but de Ryan Giggs en demi-finale de la FA Cup contre Arsenal. Il avait passé tout le monde en revue pour aller marquer. Mais mon meilleur souvenir à Old Trafford, c’est probablement d’avoir pénétré sur le terrain cette année, un moment absolument extraordinaire. On se dit : "Si je pratiquais un autre sport à un niveau professionnel, qu'est-ce que je ressentirais en allant jouer dans un endroit comme Old Trafford". Le fait d'avoir tout le public derrière moi, c'était vraiment une sensation très particulière.

Qui étaient les joueurs qui sortaient du lot à vos yeux ?
J'ai beaucoup joué au foot et je suis roux, comme Paul Scholes, donc j'ai eu l'habitude qu'on m'appelle "Little Scholes". Je jouais avant-centre, à un poste différent donc, ce qui était assez marrant. Mais les joueurs qui m'ont marqué quand j'étais jeune, c'était Giggs, Scholes, Nicky Butt, Gary Neville et les joueurs de cette époque. Faire le triplé en 1999, avec l'ossature de cette équipe, a été absolument extraordinaire.

Vous avez 26 ans donc vous n'avez pas connu un autre manager à Manchester que Sir Alex Ferguson...
Il est arrivé en 1986 et je suis né au mois de novembre de cette année-là donc pour moi, ç'a toujours été "Fergie" ; et il a fait des choses extraordinaires. Pour moi, il doit être considéré comme le plus grand entraîneur de l'histoire de United, sans pour autant oublier Matt Busby et tout ce qu'il a fait. Il a dû reconstruire une équipe après la tragédie connue par le club, ce qui était tout simplement incroyable.

Parlons de vos exploits cet été. Qu'avez-vous ressenti en décrochant l'or devant les tribunes pleines de l'Olympic Stadium ?
Franchement, il n'y a pas de mot qui puisse exprimer l'émotion que j'ai ressentie à ce moment-là. J'ai toujours couru après ça et maintenant, j'ai atteint l'un de ces immenses objectifs. C'est comme gagner la Coupe du Monde et marquer le but de la victoire à Wembley. Tout a été parfait, tout s'est parfaitement passé et le seul fait d'en parler me donne encore la chair de poule. Franchement, c'est la sensation la plus extraordinaire, la plus spéciale qui soit. Et quand un nouveau mot sortira pour définir ça, je serai capable de décrire cette sensation.

Échangeriez-vous votre médaille d'or contre le but de la victoire dans un derby mancunien ?
Je ne crois pas que je pourrais échanger ma médaille d'or avec quoi que ce soit, mais si le club devait avoir un jour besoin de moi pour jouer, je serais content d'apporter ma contribution ! (Rires) Quand on me faisait visiter le stade, j'ai bien fait savoir que s'ils avaient besoin de moi, ça ne serait pas un problème pour moi de venir.

Le FIFA Ballon d’Or va bientôt être attribué. Qui seront les lauréats selon vous ?
Cristiano Ronaldo et Lionel Messi sont toujours là et ce sont deux joueurs fantastiques. Pour le moment, je ne vois personne capable de les déloger. Ça va être serré et je crois que ça ne va pas échapper aux favoris. Pour ce qui est de l'entraîneur, c'est toujours délicat. Chelsea a remporté la Ligue des champions et ça a été une surprise car tout le monde voyait le FC Barcelone. Et puis avec toutes les secousses qu'il a dû gérer, je crois que Roberto Di Matteo est un candidat sérieux pour le titre de meilleur entraîneur.