Hiérarchie bousculée en Amérique du Sud

Difficile de parler de surprises dans un tournoi où les deux favoris ont atteint leur objectif. Mais ces qualifications attendues cachent peut-être l'avènement d'un nouvel ordre continental…

L'heure est venue de décortiquer la cinquième édition du tournoi qualificatif de Beach Soccer de la CONMEBOL. Pour la première fois, l'Argentine a raflé le titre continental, alors que le Brésil a subi sa première défaite dans l'histoire de la compétition et que le Paraguay a décroché son premier ticket pour la phase finale, qui se déroulera à Tahiti en septembre 2013.

À l'instar du Japon, l'Albiceleste et la Verdeamarelha ont la particularité de s'être qualifiées pour chaque phase finale depuis la naissance de l'épreuve reine de la spécialité. FIFA.com revient sur les moments forts de ce tournoi qualificatif, entièrement organisé dans la ville de Merlo, dans la province de San Luis en Argentine.

Les qualifiés
Malgré sa régularité et le fait de jouer devant son public, l'Argentine n'était pas favorite pour remporter le titre, et ce pour une bonne raison : la présence de sa bête noire, le Brésil. L'Albiceleste a bataillé pour s'extirper de son groupe, n'hésitant pas à jouer la carte de la défense pour empocher des succès étriqués. Les Argentins ont fini par lâcher les chevaux face à la Colombie, alors qu'ils étaient assurés de terminer en tête du Groupe A et d'éviter l'épouvantail auriverde en demi-finale.

Dans le dernier carré, les locaux retrouvaient l'Équateur, alors que le Brésil, battu à la surprise générale par le Paraguay, restait en lice pour la troisième place, synonyme de qualification. Mais les hommes d'Héctor Petrasso ne flanchaient pas, faisant valoir leur expérience pour s'imposer 5:3. Libérés, ils déployaient enfin toutes leurs qualités en finale devant l'Albirroja pour l'emporter sans discussion 6:2. Pour ne rien gâcher, Luciano Franceschini était désigné meilleur joueur du tournoi et Marcelo Salgueiro meilleur gardien.

La défaite en finale n'enlève rien à la performance historique du Paraguay, qui a joué aux montagnes russes en première phase avant de se qualifier in extremis aux dépens du Chili, en s'imposant 9:6 dans l'ultime match de poule. L'Albirroja, qui s'était inclinée deux fois en prolongation récemment face au Brésil, a fini par vaincre le signe indien au moment opportun, dominant la Canarinha 1:0 (6:6) aux tirs au but et infligeant aux vice-champions du monde leur première défaite en 31 rencontres dans le tournoi continental.

Épuisés mentalement, les Guarani n'ont pas réussi à tenir la distance face à l'Argentine, malgré leur ouverture du score en finale. Mais la mission était d'ores et déjà accomplie. Le Paraguay a ainsi confirmé ses bonnes dispositions entrevues fin 2012 avec son triomphe lors de la première édition de l'épreuve de beach soccer aux Jeux bolivariens. L'Albirroja avait alors disposé en finale du Salvador, quatrième de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2011.

Le Brésil n'a pas rencontré d'obstacle majeur en phase de groupes, hormis une entrée en lice serrée face à l'Équateur (6:4). Mais son bilan de trois victoires assorti de 24 buts ne lui a été d'aucune utilité en demi-finale, où il s'est cassé les dents sur un Paraguay survolté. Tout s'est donc joué dans la petite finale devant l'Équateur pour le quadruple champion du monde, qui courait le risque de manquer pour la première fois de son histoire la grand-messe de la discipline. Cette éventualité s'est dissipée lorsque Bruno Xavier et consorts sont passés de 5:4 à 11:5 au tableau d'affichage, épargnant ainsi une débâcle mémorable au beach soccer brésilien.

"On possède un groupe de qualité et on l'a démontré en se remobilisant après cette défaite douloureuse face au Paraguay. Nous nous sommes préparés pendant un mois et demi pour pouvoir décrocher la qualification pour la phase finale. Nous avons rempli notre contrat et nous allons fêter ça. Nous méritons de porter ce maillot", estimait Bruno Xavier après la victoire dans la petite finale. L'attaquant, malheureux pendant la séance de tirs au but face aux Guarani, s'est offert un quintuplé contre l'Équateur pour terminer meilleur artilleur de la compétition, avec 13 unités.

Les autres participants
Comme en 2009, l'Équateur a rivalisé avec les cadors de la spécialité en développant un jeu équilibré et bien organisé. Mais une fois de plus, les Andins ont échoué aux portes de la phase finale et peuvent s'en mordre les doigts. Toutefois, l'avenir leur appartient, comme au Chili, qui a failli battre l'Argentine et a vu la porte du dernier carré se refermer au profit du Paraguay en raison d'une différence de buts inférieure. La cinquième place apparaît donc comme un résultat encourageant pour la Roja.

Le grand perdant de ce tournoi qualificatif est sans doute l'Uruguay (6ème), qui, pour la deuxième fois de son histoire, devra suivre la phase finale en tant que spectateur. Mais la pilule est tout aussi dure à avaler pour le Venezuela. Présente à la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Ravenne 2011, la Vinotinto a forcément le sentiment d'avoir fait un pas en arrière.

Enfin, la Colombie (7ème) et le Pérou (8ème) ont obtenu quelques résultats intéressants qui leur permettent de rêver à des jours meilleurs.

Classement final
Argentine *
Paraguay *
Brésil *
4° Equateur
5° Chili
Uruguay
7° Colombie
8° Pérou
9° Venezuela
 
* Qualifiés pour Tahití 2013

Prix du meilleur joueur
Luciano Franceschini (ARG)
 
Prix du meilleur gardien
 
Prix du fair-play
Pérou
 
Classement des buteurs :
Bruno Xavier (BRA), 13 buts
Benjamín (BRA), 8
Castro (PER), 7
Carrasco (CHI), 6
Medero (ARG), 5
Valenzuela (CHI), 5
Moshamer (COL), 5
Rojas (COL), 5
López (PAR), 5
Matías (URU), 5

Moyenne de buts : 8,41 (202 en 24 matches)