Trois nouveaux supporters nationaux pour Tahiti 2013
© FIFA.com

Après son fameux but inscrit face au Nigeria en Coupe des Confédérations de la FIFA au Brésil, Tahiti a eu un autre excellent motif de réjouissance cet été, puisque trois nouvelles entreprises ont signé un accord de Supporters nationaux pour la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Tahiti 2013.

L’entreprise de télécommunications mobiles VINI, le fournisseur en électricité EDT et l’Institut de la jeunesse et des sports de Polynésie française (IJSPF) ont rejoint Tahiti Tourisme dans les rangs des affiliés commerciaux de la FIFA pour le tournoi, qui débutera en septembre.

Partenaire commercial de la Fédération Tahitienne de Football (FTF) depuis 2004, VINI est une filiale de l’entreprise publique postale et de télécommunications de Polynésie française, OPT. De son côté, EDT - qui appartient à GDF SUEZ, l’un des principaux fournisseurs énergétiques européens - soutient régulièrement des événements culturels à travers la Polynésie française.

Fondé en 1981, l’IJSPF est une organisation publique qui s’occupe de la gestion et de la promotion d’infrastructures sportives et destinées à la jeunesse à travers la Polynésie française et est responsable de la mise en œuvre du sport de haut niveau, ainsi que de la supervision médicale des athlètes de la région. VINI, EDT et l’IJSPF ont tous trois reçu un certificat de Supporter national lors d’une récente cérémonie de présentation officielle, rejoignant Tahiti Tourisme, qui s’était engagé en faveur de la compétition en janvier 2012.

 Après avoir reçu le certificat, le directeur de l’IJSPF, Antonio Arai, a entre autres évoqué la fierté de son organisation eu égard à son implication dans la compétition : "Nous sommes vraiment ravis de participer à un événement aussi prestigieux que la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Tahiti 2013. C’est une opportunité unique ! C’est l’aboutissement de trois années de travail avec le Comité Organisateur Local. Nous espérons de tout cœur que la FIFA choisira à nouveau la Polynésie française pour d’autres événements futurs."