En remportant le Championnat de Beach Soccer de la CONCACAF 2015, le Mexique a atteint haut la main son objectif de retrouver la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA. Après la déception liée à sa non participation à Tahiti 2013, El Tri s'apprête à disputer l'épreuve mondiale pour la quatrième fois de son histoire. L'autre sélection de la région également qualifiée pour Portugal 2015 est le Costa Rica. Les Ticos n'avaient plus participé à la phase finale de l'épreuve depuis leur baptême du feu, en 2009 à Dubaï.

Pour la première fois, le Championnat de Beach Soccer de la CONCACAF réunissait 16 participants, dont huit goûtaient à l'épreuve préliminaire pour la première fois. La compétition s'est déroulée au Salvador, candidat sérieux au titre régional, mais qui n'a pu faire mieux qu'une troisième place. C'est la première fois depuis 2007 que les Cuscatlecos échouent dans leur tentative de s'ouvrir les portes de la Coupe du Monde. Aucun des représentants de la zone présents il y a deux ans à Tahiti ne fouleront le sable d'Espinho, les États-Unis ayant bouclé ces qualifications à la quatrième place.

FIFA.com fait la rétrospective du Championnat de Beach Soccer de la CONCACAF 2015.

De bout en bout
Le Mexique ne comptait dans ses rangs que quatre joueurs ayant déjà disputé un tournoi qualificatif pour la Coupe du Monde, mais cela ne l'a pas empêché de conquérir une troisième couronne continentale sous la houlette de Ramón Raya. La sélection aztèque a dominé l'épreuve grâce à un jeu offensif très varié, qui lui a permis de terminer le tournoi avec la troisième meilleure attaque (33 buts marqués). Curieusement cependant, El Tri ne compte aucun joueur parmi les dix meilleurs buteurs de la compétition. En outre, le nouveau champion de la CONCACAF a présenté la défense la plus solide de ces qualifications, avec seulement neuf buts encaissés en six matches.

Trois de ces six buts ont été concédés dès la première sortie, conclue par une victoire (8:3) sur les îles Turks et Caicos, suivie de deux nouveaux succès, face à la Guadeloupe (8:1) et Trinité-et-Tobago (4:0). En quart de finale, El Tri a dominé le Guatemala (5:2), avant de s'imposer sur le fil (4:3) en demi-finale, contre le grand rival américain, validant ainsi son billet pour Portugal 2015.

En finale face au Costa Rica, le Mexique a fait valoir une autre de ses qualités, à savoir l'opportunisme : un but en fin de première période et un autre tôt dans la deuxième ont permis aux Aztèques de prendre leurs distances et de se mettre hors de portée de leur adversaire, finalement battu 4:0. Le Mexique reconquiert ainsi la couronne régionale, après avoir été écarté en demi-finales du tournoi qualificatif il y a deux ans, par le Salvador.

Solidité défensive et mentale
S'il faisait partie des prétendants les plus crédibles à un billet pour Portugal 2015, le Costa Rica n'en a pas moins été obligé de batailler dur pour parvenir à ses fins. La formation entraînée par Franklin Zúñiga a terminé première de son groupe grâce à des victoires sur les Îles Vierges (12:1), le Canada (9:5) et le Guatemala (4:3). C'est à partir des matches à élimination directe qu'elle a commencé à s'appuyer plus systématiquement sur sa marque de fabrique : la défense.

Les Ticos sont venus à bout (2:1) de Trinité-et-Tobago en quart de finale, puis du Salvador sur le même score en demi-finale, face à une équipe qui totalisait alors une moyenne de sept buts marqués par rencontre et évoluait devant son public. En finale, la défaite contre le Mexique n'a rien enlevé à la grande prestation du Costa Rica tout au long de la compétition, logiquement récompensée par un billet pour le Portugal.

Les joueurs-clés
Côté mexicain, deux rescapés de la finale de la Coupe du Monde 2007 ont joué un rôle crucial : Miguel Estrada, sacré meilleur gardien du tournoi, et le défenseur Francisco Cati. Sur le plan offensif, El Tri a bien été servi par un trio de joueurs relativement nouveaux dans l'équipe : les pivots Diego Rodríguez (25 ans et 7 buts) et Ramón Maldonado (27 et 6) et l'ailier David González (22 et 6), auteur à eux seuls de 19 des 33 réalisations mexicaines dans le tournoi. Maldonado a été élu meilleur joueur de la compétition.

Le Costa Rica doit son excellent parcours en bonne partie au pivot de 29 ans Greivin Pacheco, troisième meilleur buteur de ces qualifications avec 11 réalisations. Le gardien Bladimir Adanis, le défenseur Andrés Villegas, l'ailier Jason Campos et l'attaquant William León ont été les autres Ticos particulièrement en vue.

Parmi les joueurs que l'on regrettera de ne pas voir en action à Portugal 2015, on peut citer Frank Velásquez (Salvador), meilleur buteur de la compétition (15 réalisations), Lesly St. Fleur (Bahamas) et Kevon Woodly (Trinité-et-Tobago).

La stat
10 -
Les dix joueurs de champ du Costa Rica présents au Salvador ont inscrit au moins un but au cours de la compétition. Malgré cela, les vice-champions de la CONCACAF bouclent le tournoi avec la cinquième meilleure attaque seulement parmi les équipes ayant disputé six rencontres dans le tournoi, derrière le Salvador (43), le Guatemala (34), le Mexique (33) et la Jamaïque (32).