Les années ne semblent pas avoir de prise sur Alan et, à la manière du Porto, l'international lusitanien se bonifie avec l'âge. À 40 ans, il a été décisif dans la qualification du Portugal pour les quarts de finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA.

Les statistiques sont là pour le prouver. Depuis le coup d'envoi du Mondial, il inscrit le plus grand nombre de buts de l'équipe des Quinas, à égalité avec Madjer. Les deux hommes ont marqué quatre buts en trois matches et l'ailier totalise trois passes décisives. "C'est quelque chose dont je suis fier. J'aime travailler pour l'équipe et je suis heureux quand je fais une passe décisive. Marquer un but est toujours bon, mais je suis très exigeant dans le domaine des passes et j'espère en faire encore plusieurs pour que le Portugal continue de gagner", affirme Alan au micro de FIFA.com. "J'aime vraiment beaucoup donner des ballons décisifs, mais j'aime autant les deux. Je dis souvent à mes coéquipiers qu'à 40 ans, j'ai déjà marqué beaucoup de buts et que maintenant, c'est au tour des jeunes de le faire. Je leur garantis de bonnes passes", poursuit-il en avec humour.

Les jambes légères
Quel est le secret de sa longévité ? "C'est simple : travailler, prendre du plaisir à ce que l'on fait, et être complètement dévoué à ce sport. Si un athlète se consacre vraiment à ce qu'il aime et travaille dans ce sens, alors il pourra jouer longtemps. C'est ce que j'ai fait, et ça a marché", assure-t-il, la fin de sa carrière internationale ne semblant pas être d'actualité. "Les gens me demandent souvent pourquoi je n'arrête pas à cause de mon âge, mais c'est comme ça : tant que les jambes suivront, je continuerai. Quand je n'arriverai plus à jouer au même rythme que les autres, je serai le premier à dire 'stop'. Mais ce n'est pas pour tout de suite. J'ai les jambes pour trois matches encore. Et puis, avec un tel public, les jambes deviennent plus légères. Je pourrais encore jouer pas mal de matches dans ce tournoi", ajoute Alan, dont l'importance sur le terrain n'a d'égale que celle qu'il a dans le vestiaire.

"Nous parlons beaucoup, en essayant de leur faire comprendre ce qu'ils font bien, et ce qu'ils font moins bien. Comme nous sommes tous amis, ça ne pose aucun problème. Les plus expérimentés parlent librement et après, les jeunes écoutent s'ils veulent", dit-il avant de conclure sur un message spécial pour un public qui l'est autant."Le fait de jouer à la maison est merveilleux pour le Portugal. Les supporters sont à fond dernière nous. Ils croient en nous et c'est pour ça que nous voulons aller en finale et gagner ce tournoi à la maison. Pour qu'Alan, toute la sélection et tout le pays puissent faire la fête."