LE FILM DE LA JOURNÉE - Les deux premiers quarts de finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA sont connus. En battant l’Argentine, le Portugal s’est assuré la pole position dans le Groupe A, avant d'affronter la Suisse. Dans le Groupe B, l'Italie termine en tête et s'offre un duel face au Japon. FIFA.com revient sur les grands enseignements de ce lundi 13 juillet.

Après le succès d’Oman sur le Costa Rica, les deux seules équipes qui comptaient deux défaites en autant de rencontres, Espinho a assisté à son premier match décisif. Le vainqueur se qualifiait pour la suite et c’est ce qu’a fait le Portugal grâce au soutien des 3 500 fans présents au Estádio da Baía. En face, l’Argentine n’a rien pu faire face à l’appétit des Lusitaniens, victorieux 7:2.

Le match suivant obéissait au même scénario et c’est le Japon qui l’a pris par le bon bout. Mais alors qu’ils menaient 4:0, les Nippons se sont fait peur en laissant le Sénégal revenir à 4:3. Solide, le Pays du Soleil Levant a su néanmoins conserver sa maigre avance. Il ne lui restait plus qu’à découvrir l’identité de son adversaire.

Déjà qualifiés pour les quarts, Italiens et Suisses en étaient réduits à se partager les places d’honneur du Groupe B. Le succès de la Squadra Azzurra lui permet de se mesurer au Japon tandis que les Suisses s’en iront défier les hôtes le 16 juillet.

Résultats
Groupe A
Portugal 7:2 Argentine
Japon 4:3 Sénégal

Groupe B
Oman 7:2 Costa Rica
Suisse 4:6 Italie

Les moments-clefs
Séance de cadeaux : Oman et le Costa Rica ont fait leurs valises, mais non sans avoir remercié les fans portugais. Les Asiatiques ont lancé des maillots officiels en direction des gradins tandis que les Ticos ont abreuvé le public de bracelets portant la devise du pays : "Pura Vida". En réponse, les supporters ont offert une standing ovation aux deux équipes. "Nous leur avons fait cadeau de quelques maillots officiels parce que c’était notre dernier match et que nous voulions remercier le public de son soutien", a expliqué Yahya al Araimi, défenseur omanais.

Une célébration prémonitoire : À la fin de la première période de Portugal - Argentine, Alan a subi une faute qui l’a obligé à quitter le terrain. Il a été remplacé par Madjer, accueilli par les fans portugais avec des célébrations traditionnellement associées à un but. Ils ne s’y sont pas trompés : d’une frappe puissante, le capitaine portugais a inscrit le deuxième but du match.

Un entraîneur qui marque : Le sélectionneur de la Suisse Angelo Schirinzi avait été contraint de coucher son nom dans la liste des joueurs avant le début de la compétition. Face à l'Italie, c'est du terrain qu'il a entamé la rencontre pour un remplacement de dernière minute. Mais il ne s’est pas arrêté là : d’un superbe retourné acrobatique, il a marqué le deuxième but helvétique ! Il faut croire que le beach soccer est comme le vélo : une fois qu’on sait faire, on n’oublie jamais.

L’angoisse du gardien de but : Non pas au moment des tirs au but, mais lors des adieux du Sénégal à la Coupe du Monde. Al Seyni Ndiaye s’est distingué dans les cages africaines, mais dès le coup de sifflet final, il s’est écroulé sur le sable comme s’il ne parvenait pas à accepter que tout était terminé. "Je suis très déçu, je pensais qu’on allait gagner", a expliqué le portier.

La stat
5 - C
omme le nombre de présences du Japon en quarts de finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, en huit participations.

Entendu...
"Malgré ces trois défaites, c’était une expérience positive" - Danny Johnson, ailier du Costa Rica

"C’était notre premier succès en phase finale d’une Coupe du Monde. Ça n’était pas difficile de motiver les joueurs pour ce match, puisque les fans s’en sont chargés" - Talib al Thanawi, sélectionneur d’Oman

"C’était un match décisif, mais à vrai dire, on n’a pas ressenti de pression particulière. C’est normal d’être un peu nerveux et je veux dédier cette victoire aux milliers de fans qui nous soutiennent" - Madjer, capitaine du Portugal

"Nous avons joué extrêmement mal ! La défense n’a pas marché et nous sommes éliminés" - Rodrigo Lopez, pivot de l’Argentine

"Les quarts étaient notre objectif prioritaire, donc nous sommes contents. Même après les trois buts du Sénégal, je n’ai jamais arrêté d’y croire" - Shingo Terukina, gardien de but du Japon

"Le Japon est une équipe très physique et il peut s’appuyer sur Ozu, un géant qui gère très bien la défense. Mais si nous faisons un bon match, nous pouvons nous imposer" - Gabriele Gori, pivot de l’Italie

"Nous ne ressentons pas de pression particulière avant ce quart de finale contre le Portugal. Je pense que ce seront eux qui seront nerveux" - Mo Jaeggy, défenseur de la Suisse

Prochaine journée, mardi 14 juillet
Groupe C
Mexique - Iran (13h00)
Brésil - Espagne (17h30)

Groupe D
Russie - Tahiti (14h30)
Paraguay - Madagascar (16h00)