Quelques minutes après la grande finale, on pouvait entendre à l'extérieur de l'Estádio da Praia da Baía le chant "Portugal allez". Dans le tunnel menant au vestiaire, les Portugais font la fête. Madjer, un drapeau du Portugal sur les épaules, a les yeux brillants de bonheur et tient son fils par la main, qui lui-même a en main le Ballon de Bronze adidas gagné par son papa. Le capitaine portugais s'arrête, reprend son souffle, puis répond aux questions de FIFA.com.

"Je ne sais même pas ce que je ressens. Les émotions sont très fortes." Madjer regarde vers les tribunes vides qui, il y a une demi-heure encore, étaient garnies de 3 500 Portugais en liesse, qui fêtaient le premier sacre de leur pays dans une Coupe du Monde senior de la FIFA. "C'est une sensation incroyable, indescriptible. Mais nous l'avons mérité. Nous sommes les seuls à savoir combien nous avons souffert pour gagner ce titre. Il faut féliciter tout le monde."

Il y a dix ans, le Portugal perdait la finale de la première édition de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, organisée par le Brésil. Dix ans, c'est une longue attente pour une génération de joueurs de football sur sable qui n'ont pas cessé de courir après le sacre mondial. "C'est une récompense méritée pour beaucoup de joueurs qui sont en sélection depuis un certain temps déjà. C'est également une bonne chose pour les nouveaux, pour tout l'encadrement technique, pour l'entraîneur, pour le public. Nous avons créé une famille très unie", explique Madjer, un compétiteur né dont le regard est déjà tourné vers l'avenir. "Ce titre mondial est la cerise sur le gâteau, mais les choses ne s'arrêtent pas là", poursuit le capitaine portugais en référence à la prochaine édition qui aura lieu aux Bahamas en 2017.

Mais il y a le temps et aujourd'hui, l'heure est aux célébrations et à la fierté d'avoir gagné un trophée individuel de plus. "Je pense avoir un endroit chez moi où exposer mon Ballon de Bronze. Mais je ne sais pas si je vais avoir la place dans mon salon pour mettre toutes les photos prises aujourd'hui", plaisante le deuxième meilleur buteur de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA 2015. "C'est sans aucun doute le plus beau moment de ma carrière sur le plan collectif. C'est un titre mérité pour tous les Portugais, qui n'ont jamais cessé de nous soutenir, même quand nous avons perdu contre le Sénégal. Voilà ce que c'est d'être Portugais".

Un titre pour les supporters
Pensionnaire de l'équipe du Portugal depuis très longtemps déjà, Alan a reçu le Ballon d'Argent adidas. La première réaction du vétéran lusitanien a été de remercier non pas ses coéquipiers, mais d'autres Portugais. "Les fans portugais sont fantastiques et ils ont été à la hauteur de leur réputation dans ce Mondial. Ils ont fait la queue dès l'aube et pendant des heures pour avoir des billets pour les matches, et ils nous ont soutenus de tout leur cœur. Ce titre est avant tout pour eux", raconte-t-il au micro de FIFA.com.

À 40 ans, Alan envie de partager son Ballon d'Argent adidas avec toute l'équipe, "car sans elle je n'aurais rien gagné. Est-ce que je serai aux Bahamas en 2017 ? J'espère que oui. Certains coéquipiers plaisantent en me disant qu'après ce titre, je n'ai plus rien à gagner. Personnellement, je ne sais pas ce qui peut se passer d'ici deux ans. Mais si je me sens toujours en forme, j'aimerais bien être présent aux Bahamas". Pour défendre un titre de champion du monde conquis de façon inoubliable à Espinho…