Quand on lui demande les raisons de la popularité de Tahiti auprès du public d'Espinho, Raimana Li Fung Kuee donne la réponse avant même d'avoir prononcé le moindre mot : il esquisse un large sourire. Les Tiki Toa offrent autant de sympathie en dehors du terrain que de talent sur le sable. Depuis leur arrivée il y a un peu plus d'un mois à Espinho afin de se préparer pour la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, les joueurs tahitiens sont quasiment devenus citoyens honoraires de la ville.

"C'est la principale richesse de notre pays : la gentillesse, les sourires. C'est notre marque de fabrique, pour ainsi dire. Le fait de pouvoir voyager à l'étranger et de partager cela avec d'autres peuples, c'est ce que le sport nous a offert de plus beau ces dernières années", explique Kuee au micro de FIFA.com. Lors de la dernière édition du Mondial, à Tahiti précisément, Kuee avait reçu le Ballon de Bronze adidas et les Tiki Toa avaient réalisé un parcours remarquable jusqu'en demi-finale. "Espinho est devenu notre maison. Nous nous entraînons sans arrêt sur la plage, et nous avons visité les écoles de surf, car nous en avons aussi pas mal dans notre pays. Nous sommes allés à Porto, nous avons échangé des cadeaux. La population locale s'est habituée à nous. Après le tournoi, je vais encore rester ici quelques jours pour visiter la région avec ma famille."

Les Tahitiens se sentent tellement à l'aise depuis leur arrivée sur la Costa Verde en dehors des entraînements, qu'ils mélangent des activités touristiques et d'autres qui le sont moins. C'est ainsi que le gardien Jonathan Torohia, qui travaille comme pompier à Tahiti, a visité la caserne des pompiers bénévoles d'Espinho. "Pour moi, c'était très intéressant de rencontrer des collègues, de voir comme ils travaillent, l'équipement qu'ils utilisent", explique - lui aussi avec un grand sourire - le dernier rempart océanien.

Sympathiques et favoris
Les Tahitiens ont déjà eu l'occasion de susciter la sympathie de leurs hôtes, notamment à la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013, où le public brésilien avait pris fait et cause pour les représentants de l'Océanie. Mais la grande différence entre l'expérience vécue au Brésil en 2013 et celle de 2015 au Portugal, c'est que là où la sélection tahitienne de football à onze était tout à fait satisfaite de participer quels que soient ses résultats, l'équipe de beach soccer fait partie des meilleures du monde dans sa discipline.

De sa première participation à un tournoi de la FIFA, à l'occasion de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Égypte 2009, à son parcours épique dans le Mondial de beach soccer il y a deux ans à domicile, en passant par sa qualification pour Ravenne 2011, le football tahitien s'est métamorphosé ces dernières années. "Tout est allé très vite et dans le cas du beach soccer, notre développement a été tel que nous sommes aujourd'hui capables de rivaliser avec les meilleures équipes du monde. À la base, ce n'était pas donné à une petite île du Pacifique", affirme Kuee peu de temps après le succès tahitien sur le Paraguay, qui a garanti une place en quarts de finale aux Tiki Toa, alors qu'il reste encore une journée à jouer dans leur poule. "Nous ne sommes plus une surprise et les gens s'attendent à nous voir aller assez loin. Je pense que nous ne gérons pas mal ces attentes, qui créent toujours une certaine pression. De toute façon, quelle que soit notre étiquette, outsiders ou favoris, nous aurons toujours le sourire. Tahiti est comme ça."