• Ali Karim Albalooshi a pris part à la première Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA des EAU en 2007
  • Il a disputé les 12 matches des quatre Coupes du Monde des Émirats Arabes Unis et inscrit six buts
  • Il espère enfin franchir le premier tour à Bahamas 2017

Les Émirats Arabes Unis ont participé à quatre Coupes du Monde de Beach Soccer de la FIFA et sont à quelques jours de disputer la cinquième, sur les plages des Bahamas.

Voilà dix ans que les Émirats ont disputé leur première épreuve à Rio de Janeiro. Douze joueurs avaient alors porté le flambeau de ce nouveau sport dans un pays qui possède des plages magnifiques au sud du Golfe persique. Les années ont passé mais l'objectif est resté le même pour trois d'entre eux, qui sont encore dans l'équipe.

Mohamed Almazmi est désormais sélectionneur, avec sous ses ordres Rami Almesaabi et Ali Karim Albalooshi. Durant les dernières qualifications asiatiques en Malaisie, un supporter émirati avait pleuré dans les tribunes lors de la demi-finale face au Japon, scellant la qualification pour la Coupe du Monde après quatre ans d'absence.

Un nouvel exploit
L'homme en pleurs est descendu sur le terrain pour saluer le reste des joueurs. Il s'agissait d'Ali Karim Albalooshi, pilier de l'équipe, suspendu pour ce match, soulagé que son absence n'ait pas eu un impact négatif. "Je n'ai jamais été dans cette situation", confie Ali Albalooshi à FIFA.com. "Je voulais aider mes coéquipiers dans le match le plus important, comme dans les qualifications de 2013 quand j'ai inscrit deux buts face à l'Australie dans le match pour la troisième place. Cette fois je n'étais pas sur le terrain et je n'ai pas pu me retenir à la fin à cause de la tension vécue. J'ai pleuré de joie après la qualification. Je savais que nous allions y arriver après les efforts fournis."

Le saviez-vous ?
Ali Karim est un ancien joueur de football et de beach soccer. Il officie actuellement comme arbitre dans cette discipline. Il a pratiqué le beach soccer au niveau professionnel avec Seattle Sounders et le club hongrois de Golden Palace.

Faire un cartoon
Dans les matches, on entend "Tom" lorsque la balle lui arrive dans les pieds. "J'aime courir depuis tout petit et on m'a surnommé Tom car je cours vite (Rires). C'est le nom du chat dans le dessin animé Tom et Jerry", révèle-t-il. "Ce surnom m'est resté en grandissant et les partenaires m'appellent ainsi. J'ai désormais deux jumeaux, Hassan et Amina, et je m'assois parfois avec eux pour regarder quelques épisodes".

Ali Tom se souvient de sa première participation à la Coupe du Monde, après qu'il a été découvert par le sélectionneur brésilien Marcelo Mendes et sélectionné de justesse pour Rio 2007. Il a alors adopté le beach soccer. "Je ne pensais pas pouvoir passer des gazons au sable mais les matches internationaux m'ont rapproché du beach soccer", explique-t-il. "J'ai travaillé pour progresser techniquement et j'ai conservé ma place en équipe nationale, puis disputé trois autres éditions de la Coupe du Monde. Durant ces années, la passion n'a pas diminué, bien au contraire. Nous avons désormais un mélange de joueurs expérimentés et de jeunes motivés, et nous pouvons aller plus loin qu'auparavant".

Il n'a manqué aucun match durant les quatre Coupes du Monde disputées par les Émiratis. Son bilan est de six buts en 12 rencontres. Aux Bahamas, il espère augmenter son compteur mais surtout atteindre le second tour.