• Le Brésil en quête d'un premier titre depuis 2009
  • Pour la première fois, quatre confédérations représentées en demi-finales
  • L'Italie (2008) et Tahiti (2015) veulent revenir en finale

LE PROGRAMME DE LA JOURNÉE - Les quatre équipes encore en lice aux Bahamas possèdent toutes un pedigree impressionnant. Mais, à l'exception du Brésil, aucune n'a jamais réussi à soulever le trophée de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA.

Très vite, le Brésil a imposé sa domination sur le tournoi. Entre 2006 et 2009, la Canarinha a remporté quatre éditions consécutives de la Coupe du Monde de Beach Soccer. Moins en vue ces dernières années, les Brésiliens ont une bonne raison de croire en leurs chances cette fois-ci : la Russie n'est pas présente aux Bahamas.

En quart de finale de l'édition 2017, les Russes avaient sorti les Brésiliens sans ménagement. En 2013, ces mêmes Brésiliens avaient baissé pavillon devant l'Espagne dans le dernier carré, avant que la Russie ne remporte le titre. Deux ans plus tôt, la Sbornaja avait dominé la Seleçao 12:8 en finale, à Ravenne. 

Cette fois, c'est l'Italie qui se dresse en travers de la route du Brésil en demi-finale. Emmenés par un Gabriele Gori auteur de 14 buts depuis le début de la compétition, les Azzurri ne font plus mystère de leurs ambitions.

La première affiche de la journée opposera l'Iran à Tahiti. Au tour précédent, les Iraniens ont battu la Suisse au terme d'une rencontre haletante. Ils devront cependant compter sur le talent de leur capitaine Mohammad Ahmadzadeh (meilleur buteur de l'équipe avec six réalisations) et de leur gardien Peyman Hosseini pour aller plus loin. 

Ils trouveront face à eux une sélection tahitienne expérimentée, au sein de laquelle le danger peut venir de partout. Les Tiki Toa ont disputé les deux dernières finales de la Coupe du Monde de Beach Soccer. Réussiront-ils la passe de deux aux Bahamas ?

Les matches
Samedi 6 mai

Tahiti-Iran
Italie-Bésil

Ce qu'il faut savoir
1. La série victorieuse du Brésil : Le Brésil n'a plus perdu un match de beach soccer depuis les quarts de finale de Portugal 2015. La Canarinha est invaincue depuis, toutes compétitions confondues, et aborde le choc contre l'Italie forte d'une série de 33 victoires consécutives.

2. Gori entre dans l'histoire : Gabriele Gori restera comme l'un des grands animateurs de l'édition 2017 aux Bahamas. L'attaquant italien a démontré qu'il était capable de marquer de plusieurs façons différentes, quel que soit l'adversaire. Avec 14 réalisations à son actif, il tourne à une moyenne d'un triplé par match. S'il marque à trois reprises contre le Brésil, il égalera le deuxième meilleur total sur une seule édition [N.d.l.r. : le Portugais Madjer conserve le record absolu avec 21 buts à Rio en 2006]. "Nous savons que les Brésiliens sont très forts, mais nous avons du talent, nous aussi. Si nous jouons bien, nous avons nos chances", assurait le buteur à l'issue de la victoire (5:1) sur le Sénégal en quart de finale.

3. L'Iran veut entrer dans l'histoire régionale : Si les Iraniens s'imposent devant Tahiti dans le dernier carré, ils seront les premiers Asiatiques à atteindre la finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer. À ce jour, la quatrième place du Japon en 2005 reste la meilleure performance du continent.

4. Un absent de poids côté tahitien : En demi-finale, les Tiki Toa seront privés du Ballon d'Or adidas de Portugal 2015, Heimanu Taiarui, pour cause de suspension. Ils se consoleront en constatant que quatre de leurs joueurs ont inscrit au moins trois buts depuis le début de Bahamas 2017 : Patrick Tepa (4), Heiarii Tavanae (4), Raimana Li Fung Kuee (3) et Naea Bennett (3).