"Voilà ce que je fais", lance Beverly Wallace-Whitfield avec une voix qui respire la confiance et en tournant le regard vers le terrain de sable où les joueurs du Paraguay et de Tahiti s'échauffent avant un quart de finale crucial.

Elle fait partie des nombreux bénévoles à la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Bahamas 2017. Les volontaires du Comité Organisateur Local (COL) rythment le tournoi par leurs activités aussi diverses qu'indispensables.

"J'ai été fonctionnaire pendant de nombreuses années. Je suis le genre de personne qui aime faire quelque chose. Je ne supporte pas l'oisiveté. C'est pour ça que je me suis lancée dans le bénévolat", poursuit la femme de 90 ans.

Sa générosité dans l'effort s'est exprimée de multiples façons tout au long de sa vie. Elle a été bénévole pour la Croix-Rouge des Bahamas, a vendu des billets de tombola pour un certain nombre d'œuvres caritatives et a participé, toujours comme volontaire, à la première édition des Relais mondiaux de l'IAAF en 2014, chaque fois comme bénévole accréditée. "Je veux rendre de ce que la vie m'a apporté. Voilà, c'est ce que je fais encore aujourd'hui."

Pourquoi continuer à travailler, lorsqu'on peut faire autre chose ? "J'ai eu une vie bien remplie, merveilleuse. J'ai trois enfants, j'ai beaucoup voyagé, je suis allée aux Jeux Olympiques l'an dernier au Brésil. J'adore le sport, donc c'était naturel pour moi d'y aller. Et puis, en tant que retraitée, j'ai du temps et il faut bien que je le remplisse. Je ne suis pas oisive. Ce n'est pas ma nature, donc je me consacre à ce qui me plaît."

Supportrice numéro 1 des Bahamas
Wallace-Whitfield est par ailleurs une fan inconditionnelle de ses couleurs. "Je ne retiens pas mon enthousiasme quand l'équipe des Bahamas joue. C'est évident ! Vous auriez dû me voir l'autre soir quand ils ont gagné ! (Rires) Ce que je retiendrai, c'est qu'ils ont remporté un match. Travailler en coulisse et ensuite assister à une rencontre dans les tribunes m'a permis de voir les deux faces du miroir."

"Je pense que l'organisation a été fantastique. Tout a été mis en place à la perfection et ensuite nous avons pu venir assister au spectacle gratuitement. Je pense que c'était réellement parfait."

Quel conseil donnerait-elle aux jeunes qui souhaitent se lancer dans le bénévolat à l'avenir ? "Je pense que c'est quelque chose que vous devez à vous-même et à votre pays. Il faut s'impliquer dans la mesure du possible. L'être humain n'est pas une île. On ne peut pas vivre seulement pour soi-même. Il faut vivre avec les autres et interagir avec eux. Par conséquent, il faut donner aux autres et faire des choses pour eux, chaque fois que possible. Je pense qu'il est important de partager sa propre personne."

Tous ceux et toutes celles qui ont interagit aux Bahamas avec la remarquable Wallace-Whitfield dans le cadre de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA sont sans aucun doute reconnaissants que cette formidable dame ait choisi… le partage.