En grande partie parce qu'ils ont tous les deux Benfica comme plus grand rival, le FC Porto et le Sporting Portugal s'affrontent lors d'un classico qui peut être considéré comme le troisième dans la hiérarchie des grands duels du football portugais, les deux premiers opposant chacune de ces deux équipes à la formation encarnada. Cela ne rend pas pour autant moins passionnante la confrontation qui fête ses 90 ans en 2012.

Grâce à la dévotion de leurs supporters, à leur riche histoire ponctuée de titres et bien sûr à la rivalité entre les deux plus grandes villes du pays, Dragões et Leões s'affrontent régulièrement pour donner lieu à des épisodes marquants de l'histoire du football lusitanien.

Les origines
En juin 1922, les deux équipes croisent le fer pour la première fois. Dans l'édition inaugurale du Campeonato de Portugal, ancêtre de la Coupe du Portugal, le FC Porto et le Sporting ont rendez-vous au Campo da Constituição, l'ancien stade des Dragões. Ces derniers s'imposent 2:1, sur deux buts de Tavares Bastos. Mais le titre ne reviendra définitivement aux Dragões qu'à l'issue du troisième match de la série, remporté une nouvelle fois par Porto devant son public. Les Tripeiros soulèvent ainsi leur premier trophée.

C'est ensuite le grand calme pendant plusieurs années, jusqu'au milieu de la décennie 1930, avec deux gros scores qui vont marquer l'histoire de la rivalité. En 1936, dans la Liga Nacional, ancêtre de l'actuelle Liga ZON Sagres, le FC Porto bat le Sporting 10:1, mais les Lisboètes se vengent dès la saison suivante en passant un non moins impressionnant 9:1 à leur grand rival du nord.

À cette époque, l'avantage du terrain compte beaucoup. Le FC Porto devra attendre jusqu'à 1949 avant de s'imposer pour la première fois à Lisbonne, après 22 tentatives infructueuses. Cette longue traversée du désert n'est pas sans raison. Du côté du Sporting, on dispose d'un quintette irrésistible en attaque, composé de Jesus Correia, Vasques, Albano, Peyroteo et Travassos. Les Cinq Violons donnent le tournis aux défenses adverses et permettent au Sporting de dominer le football portugais.

Quelques chiffres
Depuis la première édition du classico en 1922, les chiffres sont équilibrés : 77 victoires pour les Dragões, 76 pour les Leões et 60 matches nuls.

Jardel est l'étranger qui a marqué le plus grand nombre de buts dans le classico : six en 11 rencontres. À noter que le Colombien Falcao Garcia a réussi la même prouesse en tout juste cinq matches. Mais les deux hommes sont loin des records en la matière, détenus par Peyroteo pour le Sporting et par Pinga pour le FC Porto. Enfin, José Mourinho a lui aussi connu les deux côtés de la grande rivalité, en tant qu'adjoint de Bobby Robson, avant d'entraîner lui-même et de briller avec le FC Porto.

Anecdotes et petites phrases
C'est à cette époque également que le ballon rond commence à faire son apparition au cinéma. Il sert de toile de fond au film O Leão da Estrela. Sorti en 1947, ce long-métrage raconte l'histoire d'un supporter fanatique du Sporting qui se rend à Porto en famille pour assister au classico. Preuve s'il en est qu'entre les deux équipes, la rivalité grandit. Presque 30 ans plus tard, elle s'enrichira d'un chapitre curieux et polémique. Dans un Estádio das Antas tapissé de neige, le FC Porto est mené 2:0, mais recolle au score grâce à une aide extérieure.

La visibilité sur le terrain est difficile en raison du brouillard. Fernando Mendes place une tête et, profitant de la confusion, un ramasseur de balle pousse le ballon au fond des filets sans que quiconque ne s'en aperçoive. Malgré les réclamations, le but est validé, mais les Leões finiront par l'emporter 3:2. La victoire répare l'injustice, mais n'empêche pas la formation lisboète d'entrer dans une période sombre, au cours de laquelle elle ne parvient pas à gagner à Porto pendant 19 matches d'affilée. Cette série ne prendra fin qu'en 1997.

Trois ans plus tard, le classico disputé au stade José de Alvalade et comptant pour la 26ème journée a une saveur spéciale pour le Sporting. En s'imposant 2:0, les Vert et Blanc dépassent leur adversaire du jour au classement et décrochent leur premier championnat du Portugal depuis 18 ans, le 17ème de leur histoire.

Outre un certain nombre de matches décisifs, l'histoire du classico a gagné en caractères grâce aux nombreux joueurs qui ont porté les deux maillots : Maniche, Helder Postiga, Derlei, Ricardo Quaresma, Paulo Futre, Fernando Gomes, Antonio Sousa et, plus récemment, João Moutinho. L'un d'eux occupe une place particulière dans la mémoire des supporters des deux clubs. Il s'agit du Brésilien Mário Jardel, Soulier d'Or du football européen avec le FC Porto en 1999, et le Sporting en 2002, après avoir inscrit 42 buts en 30 matches.

Aujourd'hui
À l'image de l'hégémonie du Sporting dans les années 1940 et 1950, le football portugais en général et ce classico en particulier ont été dominés par le FC Porto. Au cours des 11 derniers matches entre les deux équipes, Porto n'a perdu que deux fois. En 2010, il a battu le Sporting 5:2 en Coupe du Portugal et en 2012, les Dragões ont gagné leur 26ème championnat national dès l'avant-dernière journée en battant les Leões 2:0.

Malgré ces chiffres récents, les classicos entre le FC Porto et le Sporting sont généralement passionnants et sont attendus avec impatience par les supporters des deux clubs, ainsi que ceux de Benfica, qui éprouvent toujours toutes les peines du monde à choisir leur camp...