L’Aigle et le Coq, un vieux compte à régler
© Getty Images

"Amical". L’adjectif colle parfaitement aux relations entre la France et l’Allemagne depuis quelques années sur le plan diplomatique, économique ou politique. En revanche, dès qu’on le rapporte au football, il semble toujours aussi mal adapté, tant les matches entre les sélections des deux pays ont créé une féroce rivalité. Du coup, lorsque les deux équipes s’affronteront au Stade de France ce 6 février, elles disputeront officiellement un "match amical", mais ajouteront surtout un chapitre à la grande fable du Coq et de l’Aigle.

A l’occasion du 25ème match entre les deux équipes, FIFA.com se penche sur les moments marquants de ce derby européen qui, curieusement, est à l’avantage des Français sur le plan statistique, avec 11 victoires françaises, pour 7 succès allemands et 6 nuls, mais moralement dominé par les Allemands grâce à des matches d’anthologie qui ont tourné en leur faveur.

15 mars 1931 : France 1:0 Allemagne
Même si les Fédérations française et allemande ont vu le jour respectivement en 1919 et en 1908, il faut attendre 1931 pour une première confrontation. Celle-ci a lieu à Colombes devant 40 000 spectateurs, dont 15 000 Allemands, dans une excellente ambiance. Les Bleus s’imposent mais l’histoire retiendra que l’unique buteur de ce premier choc est un Allemand, le malheureux Reinhold Münzenberg contre son camp. Clin d’œil du destin, l’un des meilleurs défenseurs des années 30, qui deviendra architecte à la fin de sa carrière, oubliera finalement ce douloureux souvenir puisqu’il décèdera en 1986, quelques heures après avoir regardé la victoire des Allemands sur la France en Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1986™...

21 mars 1937 : Allemagne 4:0 France
Six ans plus tard, après un nul en Allemagne (3:3, le 19 mars 1933) et la première victoire allemande (1:3 le 17 mars 1935), l’ambiance dans les tribunes a bien changé. L’Allemagne accueille la France au Stade Adolf Hitler de Stuttgart dans un climat politique sombre, annonçant la guerre prochaine. La rencontre tourne au cauchemar pour les Français, et notamment pour leur défenseur noir d’origine sénégalaise Raoul Diagne qui, outre quatre buts, encaisse aussi les mots doux venus des tribunes. L’atmosphère est à oublier mais la Nationalmannschaft, elle, laisse déjà une trace dans les mémoires françaises : celle d’une équipe puissante, efficace et réaliste. Autant de qualités que, après la division du pays, la R.F.A. développera jusqu’à remporter sa première Coupe du Monde de la FIFA™ en 1954.

16 octobre 1954 : R.F.A. 1:3 France
C’est une équipe fraichement championne du monde qui reçoit la France à Hanovre, mais privée de nombreux cadres, dont le légendaire Fritz Walter. Principale attraction chez les visiteurs, le vétéran Larbi Ben Barek, 40 ans, rappelé six ans après sa dernière convocation. Mais la Perle Noire se blesse rapidement et cède sa place à Jacques Foix. Ce sera l’heure de gloire du remplaçant, qui marquera trois buts en sept sélections, dont deux ce jour-là.

28 juin 1958 : France 6:3 R.F.A.
La "petite finale" est la première rencontre en compétition officielle entre les deux équipes. Tenante du titre, la Mannschaft ne peut pas défendre sa couronne mondiale, battue en demi-finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Suède 1958™ par le pays hôte. Avec leurs stars Uwe Seeler, Fritz Walter et le gardien titulaire Fritz Herkenrath sur le banc, les Allemands tombent sur un Just Fontaine en état de grâce qui inscrit quatre des 13 buts qu’il réussira dans cette compétition. Avant le match pourtant, Justo s’était fait le porte-parole des remplaçants pour qu’ils jouent au moins un match dans le tournoi, même si du coup, l’attaquant serait resté sur le banc. "Il n'en est pas question", avait répondu le sélectionneur Paul Nicolas. "Nous alignerons la meilleure équipe possible parce que je vous le rappelle, seuls les noms des trois premiers figurent sur le palmarès." Celui de Fontaine reste aujourd’hui encore comme celui du meilleur buteur de l’histoire du tournoi sur une édition.

27 septembre 1967 : R.F.A. 5:1 France
L’Allemagne est toujours au sommet et a perdu la finale d’Angleterre 1966 l’année précédente. Les Français, qui avaient eux quitté le tournoi dès le premier tour sans la moindre victoire, vont prendre conscience de l’écart qui s’est creusé entre leur équipe et une génération exceptionnelle qui compte dans ses rangs des Franz Beckenbauer, Sepp Maier, Wolfgang Overath et autres Gerd Müller. Der Bomber inscrit ce jour-là à Berlin le quatrième but de la démonstration des locaux. L’écart se maintient pendant plus d’une décennie où l’Allemagne remportera l’UEFA EURO 1980 et, la même année, croquera la France (4:1) avec une nouvelle génération emmenée par Harald Schumacher, Manfred Kaltz, Karl Heinz Förster, Hans Peter Briegel et Horst Hrubesch, face à celle de Michel Platini, Jean Tigana et Marius Trésor.

8 juillet 1982 : R.F.A. 3:3 a.p. (5:4 t.a.b.) France
On retrouve tout ce petit monde en demi-finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Espagne 1982™. Tout a été dit sur ce match d’anthologie, que vous pouvez revivre ICI. Pierre Littbarski et Platini marquent dans le temps réglementaire, Alain Giresse et Trésor croient qualifier le Coq français pour sa première finale mondiale en prolongation, Karl Heinz Rummenigge et Klaus Fischer permettent à l’Aigle allemand de justifier la maxime de Gary Lineker. L’Allemagne gagne à la fin et, pendant ce temps, Patrick Battiston est à l’hôpital après un choc avec Schumacher. Le portier allemand s’est depuis excusé, et Maxime Bossis, qui a manqué le dernier tir au but, a tout résumé : "Celui qui n'a pas vu ce match n'a pas vu un match de football, celui qui n'a pas vu ce match n'a pas vu un match de Coupe du Monde…"

25 juin 1986 : France 0:2 R.F.A.
De nombreux rescapés sont encore présents quatre ans plus tard au même stade de la compétition. Côté français, tout un pays s’est enflammé après un nouveau match de légende face au Brésil en quart de finale et espère effacer le cauchemar de Séville. Mais les Bleus y ont laissé trop de forces et ne peuvent que constater la supériorité de l’Allemagne, qui s’impose sans trembler grâce à un but précoce d’Andreas Brehme et un autre tardif de Rüdi Völler. Il n’y aura pas de revanche. Et il n’y aura plus de Coupe du Monde pour la France avant 1998, alors que l’Allemagne perdra sa deuxième finale consécutive au Mexique avant de décrocher son troisième trophée mondial lors de l’édition suivante.

15 novembre 2003 : Allemagne 0:3 France
Les Français sont devenus champions du monde des matches amicaux. Invaincus depuis 1987 face à leur meilleur ennemi - série toujours en cours -, ils frappent un grand coup à Gelsenkirchen face aux vice-champions du monde en titre. Thierry Henry ouvre le score de la tête sur un centre parfait de Bixente Lizarazu. Au sommet de son art, l’attaquant français réalise ensuite un sprint phénoménal sur l’aile gauche pour laisser toute la défense allemande derrière lui et servir un caviar à David Trezeguet. Enfin, le buteur franco-argentin met le point final à cette démonstration en reprenant une passe de Zinedine Zidane.

6 février 2013 : France - Allemagne
A vous de le dire ! Qui sortira vainqueur de la 25ème confrontation ? La France poursuivra-t-elle sa série d’invincibilité ? L’Allemagne prendra-t-elle sa revanche après la défaite de février 2012 (1:2) ? Qui sera l’homme du match ? Quel est votre pronostic ? La parole est à vous en cliquant sur "Votre opinion ?" ci-dessous.