Ce dimanche 4 novembre 2012, la finale de la Ligue des champions de la CAF met aux prises l'Espérance de Tunis, tenant du titre, et Al Ahly, le club le plus titré de la compétition. FIFA.com profite de cette occasion pour dresser le bilan des confrontations de ces deux pays dans la plus prestigieuse compétition de clubs continentale.

Le football égyptien a enchaîné les succès dès la création de la Coupe d'Afrique des Clubs Champions. Le premier titre a été décroché par Ismaily face aux Congolais du TP Mazembe en 1969 devant un public record de 110 000 personnes, au stade Nasser. Après plusieurs années de vaches maigres, les clubs égyptiens ont refait parler d'eux dans les années 80 grâce à Zamalek et à Al Ahly. Ce dernier a même été désigné "club du siècle" en Afrique de par son palmarès exceptionnel, qui place l'Égypte largement en tête au classement des victoires en compétitions de clubs africaines.

Les Tunisiens ont dû attendre 22 ans de plus pour remporter le titre. Le Club Africain a été le premier à s'imposer, en 1991, (7:3 score cumulé) face aux Ougandais de Villa SC. Même si les clubs égyptiens et en particulier Al Ahly ont dominé les compétitions africaines, il faut reconnaître que ces dix dernières années, les équipes tunisiennes tiennent le haut du pavé et figurent sur pratiquement tous les podiums. L'Espérance peut également se targuer de posséder le palmarès le plus varié du continent.

Histoire des finales
Les clubs tunisiens et égyptiens se sont rencontrés quatre fois en finale de la Ligue des champions de la CAF, avec un bilan équilibré de deux victoires de chaque côté.

En 1994, Zamalek a affronté l'Espérance de Tunis, qui est parvenue à faire match nul (0:0) au Caire pour sa première finale, avant de confirmer sa supériorité à El Menzah (3:1). Dirigés par Faouzi Benzarti, les Choukri El Ouaer, Tarek Thabet, Hedi Berrekhissa, Ali Ben Neji, Ayadi Hamrouni et autres Abdelkader Ben Hassen ont été les grands artisans de ce triomphe.

Onze ans plus tard, Al Ahly a vengé l'Égypte en disposant de l'Étoile du Sahel grâce à des joueurs d'exception comme le gardien Essam El Hadary, l'intraitable défenseur Wael Gomaa, Mohamed Shawki, Mohamed Aboutrika, Mohamed Barakat et le tandem offensif composé d'Emad Moteab et Flavio. Comme en 1994, le match aller s'est terminé sur un nul vierge au stade de Sousse, avant qu'Al Ahly ne confirme son invincibilité au Caire (3:0).

La finale de 2006 est considérée comme la plus marquante entre les deux pays, avec la victoire d'Al Ahly, emmené par le légendaire entraîneur portugais Manuel José, sur le CS Sfax. Après un nul (1:1) au Caire, les Tunisiens se voyaient déjà offrir à leur pays sa première Ligue des champions de la CAF nouvelle formule mais Mohamed Aboutrika a inscrit l'unique but de la finale retour à la dernière minute. Al Ahly décroche une nouvelle couronne africaine au terme d'une finale haletante.

En 2007, c'est l'Étoile du Sahel qui a pris le dessus sur Al Ahly. Après  un match aller aussi stérile que les années précédentes au stade de Sousse, les Tunisiens sont allés l'emporter (1:3) au Caire à la surprise générale, grâce aux exploits du gardien Aymen Mathlouthi et de l'attaquant Amine Chermiti.