Chelsea a été accueilli comme il se doit au Japon par un groupe de fans locaux qui comptent bien voir triompher les Blues lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2012. Avec à la clé un sursaut de popularité pour le club londonien.

Si la Premier League anglaise a la cote au Pays du Soleil Levant, c’est Manchester United et Southampton qui se taillent la part du lion en matière d’exposition médiatique. Un phénomène qui s’explique par la présence en leurs rangs de joueurs du cru, à savoir Shinji Kagawa et le défenseur Maya Yoshida respectivement.

Teruhito Komatsu, un fan de 24 ans, croise les doigts pour que Chelsea grignote son retard grâce à l’épreuve reine des clubs. Membre du fan club japonais officiel du club londonien, Komatsu a eu le coup de foudre pour le beau jeu en tombant par hasard sur un match de Gianfranco Zola. En 2002/03, Komatsu ne prêtait guère attention au ballon rond. Tout a changé lorsqu’il a vu à l’œuvre l’ancien meneur de jeu vedette des Blues.

Littéralement soufflé par les qualités techniques du maestro italien, le jeune Komatsu s’est alors passionné pour le football. Il s’est plongé dans l‘histoire du beau jeu avec une telle soif de connaissances qu’il a même remporté un quiz télévisé sur le football lorsqu’il était étudiant. En guise de premier prix, il avait alors remporté un billet pour la finale de la Ligue des champions de l'UEFA 2008 à Moscou, perdue par Chelsea aux tirs au but contre Manchester United. "Tout est venu de Zola", glisse Komatsu, qui fait partie de Chelsea Pitch Owners, la structure ayant racheté le stade de Stamford Bridge pour éviter que celui-ci ne tombe aux mains de promoteurs immobiliers.

Cette année, Komatsu avait fait le voyage à Munich, à ses frais cette fois-ci, pour assister à la grande victoire des Londoniens en finale de la Ligue des champions aux dépens du Bayern Munich. Frais émoulu de l’université, Komatsu s’est rapidement vu proposer un poste de journaliste sportif. Mais il a refusé pour partir en Angleterre grâce à ses économies. "Je veux aller là-bas à tout prix pour vivre le football de l’intérieur", avance-t-il fièrement.

Avant cela, il verra ses protégés en action le 13 décembre à Yokohama face aux Mexicains du CF Monterrey. Komatsu en est persuadé : un triomphe en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA donnerait un coup de fouet à la notoriété des Blues au Japon."J’espère que Chelsea décrochera ce titre prestigieux", annonce-t-il. "Comparé au fan club japonais de Manchester United, nous faisons pâle figure. Quand Luiz Felipe Scolari a été désigné comme nouvel entraîneur, les médias anglais ont titré 'Super Chelsea'. Ici au Japon, cela est passé totalement inaperçu. Avec cette compétition, Chelsea a une superbe occasion de faire parler de lui."

Une tournée d'été à prévoir
Un sentiment partagé par Ryota Matsumoto, journaliste sportif tokyoïte de 23 ans qui supporte Chelsea depuis près de 10 ans. Celui-ci est membre du fan club des Blues à Tokyo, qui compte une centaine d’adhérents et organise des sorties pour assister aux matches de Chelsea ainsi que des tournois à 5 contre 5 face à d’autres fans clubs basés au Japon. "Je n’oublierai jamais la fois où Chelsea TV a réalisé un reportage sur notre fan club à Tokyo un jour de match. Nous avons même eu droit à un article dans le magazine officiel du club. J’irai les voir jouer à Yokohama, même si je suis déçu que John Terry ne soit pas là", regrette Matsumoto, le capitaine des Blues étant indisponible pour une blessure au genou.

Matsumoto, dont la carrière de fan de Chelsea a débuté avec l’achat du maillot de Juan Sebastian Veron, espère que cette visite de son club favori ne sera pas la dernière. "Chelsea est toujours considéré comme un club mineur ici. Les bulletins sportifs n’en ont que pour Barcelone ou Manchester United, tout cela parce que Kagawa joue là-bas. Mais grâce à cette compétition, Chelsea est davantage sous le feu des projecteurs", affirme Matsumoto. "J’espère que les Japonais seront plus nombreux à soutenir ce club. Chelsea a déjà disputé des tournées estivales en Corée du Sud et dans d’autres pays d’Asie, mais jamais au Japon. Si l’équipe sent une vraie ferveur populaire autour d’elle, peut-être qu'elle finira par venir nous voir un été !"

Environ 200 fans de Chelsea venus du monde entier sont attendus pour participer à une fête à Tokyo samedi 15 décembre, la veille de la finale et du match pour la troisième place. Si Fernando Torres, Frank Lampard, Peter Cech et consorts remplissent leur contrat, une fièvre bleue pourrait bien s’emparer du Japon.