En arpentant les couloirs du stade international de Yokohama, Fernando Torres a du mal à masquer sa déception. David Luiz affiche lui aussi sa mine des mauvais jours. Il suffit de voir les yeux gonflés et rougis du défenseur brésilien pour comprendre que la défaite face aux Corinthians, l'équipe qu'il supportait enfant, a laissé des traces. Branislav Ivanovic semble à la fois furieux et désemparé.

"Nous avons eu des occasions ce soir", regrette Victor Moses, qui feint de ne pas entendre les chants assourdis des supporters brésiliens. "Malheureusement, il arrive que le gardien adverse réussisse le match parfait. C'est ce qui s'est passé aujourd'hui."  

Désireux d'apporter un peu de puissance et de vivacité à sa ligne offensive, Rafael Benitez a accordé sa confiance à l'ancien joueur de Crystal Palace. L'international nigérian s'est procuré quelques-unes des meilleures occasions de la rencontre. Lancé dans le dos de la défense brésilienne en fin de première mi-temps, Moses a décoché une frappe puissante qui semblait promise à la lucarne… jusqu'à ce que Cassio se détende et écarte le danger. "J'étais déjà en train de fêter mon but. Il a vraiment sauvé son équipe ce soir mais c'est le jeu. Il faut l'accepter."  

Chelsea renouera avec la compétition dès mercredi 19 décembre, à l'occasion d'un match de Coupe de la Ligue contre Leeds United. Le 23, les Blues donneront la réplique à Aston Villa en Premier League. De son côté, Moses assure que l'échec de son équipe au Japon n'aura aucune conséquence fâcheuse sur les prochaines échéances. "Nous sommes des professionnels, tout de même", rappelle l'ancien international espoir anglais, tandis que des joueurs des Corinthians en liesse le dépassent. "Nous allons nous ressaisir au plus vite. Nous avons eu une mauvaise journée. Les choses ne se sont pas passées comme nous le voulions mais nous allons oublier tout ça très rapidement."  

Affronter la réalité
Infatigable travailleur du milieu de terrain, Ramires n'a visiblement pas digéré la défaite. "C'est compliqué", admet-il au micro de FIFA.com. "Nous étions sur une pente ascendante collectivement. Nous ne nous attendions pas à perdre mais c'est le football. Si nous gagnions tous nos matches, nous serions champions de tout. Mais aujourd'hui, nous avons perdu."  

"Cette défaite doit nous servir de leçon", ajoute-t-il. "Elle nous donne l'occasion de montrer de quel bois nous sommes faits. La Premier League n'est pas jouée. Nous avons aussi l'UEFA Europa League. Nous ne pouvons pas passer notre temps à nous plaindre de ce qui nous arrive. Si nous commettons cette erreur, nous allons continuer à perdre jusqu'à la fin de la saison."

David Luiz ne partage visiblement pas l'optimisme de son compatriote. Le deuxième meilleur joueur du tournoi a été durement touché par ce revers. "Le match s'est joué sur des détails", constate-t-il avec amertume. Interrogé sur ses larmes au coup de sifflet final, il ne se défile pas : "Je suis un joueur ambitieux, fier et entier. Si vous me demandez si j'aime perdre, la réponse est non. J'ai du cœur et mes émotions ont pris le dessus. Je me suis laissé déborder."