Le jeune prodige belge Eden Hazard a été l'un des grands artisans du succès de Chelsea sur Monterrey, en demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. "C'est un peu étrange pour moi", confie l'ancien Lillois au micro de FIFA.com. "Quand Chelsea a remporté la Ligue des champions, je ne faisais pas encore partie de l'équipe. J'ai donc l'impression de profiter du travail et du succès de mes coéquipiers en me trouvant ici aujourd'hui."

Auteur d'une performance de haut vol face à Monterrey, l'international belge a d'ores et déjà remboursé le prix de son billet pour le Japon. Associé aux champions du monde Fernando Torres et Juan Mata et au Brésilien Oscar, Hazard a semé la panique dans la défense mexicaine. Sous l'impulsion de ce quatuor, les Blues se sont découvert des velléités offensives.

L'ancien Lillois a offert une passe décisive à Torres mais son apport ne se résume pas à de simples statistiques. En effet, ses percées sur les ailes ont causé d'énormes problèmes à ses adversaires.  "C'est fantastique d'entrer dans le tournoi de cette manière", poursuit le Diable Rouge en arpentant les couloirs du stade international de Yokohama. "Notre performance de ce soir me convient tout à fait. L'essentiel était d'obtenir un bon résultat et c'est ce que nous avons fait."  

Élu meilleur joueur de Ligue 1 deux années de suite sous les couleurs de Lille, Hazard était évidemment très courtisé au moment de quitter le nord de la France. Il s'est ainsi livré à un petit pas de deux avec Manchester United et Manchester City, avant d'opter finalement pour Chelsea. En dépit du départ anticipé de Roberto Di Matteo et de l'élimination prématurée de son équipe en Ligue des champions de l'UEFA, il assure n'avoir aucun regret. "Je ne serais pas plus heureux ailleurs", assure le jeune homme. "J'ai la chance de jouer tous les jours aux côtés de grands guerriers. Les supporters de Chelsea sont incroyables. La Premier League est un excellent championnat, dans lequel il y a toujours de belles affiches. Je suis exactement là où je voulais être."

Un bon début
Seule ombre au tableau, Hazard rencontre encore quelques difficultés avec la langue de Shakespeare. Même s'il n'a pas contribué à la conquête de la Ligue des champions de l'UEFA la saison passée, il se considère d'ores et déjà comme un membre du club à part entière. "Je suis un joueur de Chelsea aujourd'hui et je vais tout faire pour aider mon équipe à ramener la Coupe du Monde des Clubs à Stamford Bridge."

Hazard appartient à l'une des générations les plus talentueuses de l'histoire du football belge depuis celle des Enzo Scifo et autres Jan Ceulemans, qui avaient mené les Diables Rouges en demi-finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1986™. "Il nous reste encore à prouver que nous méritons ces commentaires élogieux, en validant notre billet pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil", tempère Hazard  

En attendant, le Belge est totalement concentré sur la finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, qui aura lieu ce dimanche 16 décembre. "Nous avons fait le nécessaire. C'est un bon début. Maintenant, nous pouvons nous reposer. Ça ne sera pas du luxe car nous avons joué beaucoup de matches et nous avons beaucoup voyagé. En finale, nous allons disputer une rencontre difficile. Nous devrons être bien préparés, mentalement et physiquement."

"Tout le monde connaît Corinthians", estime le jeune Belge de 21 ans. "Cette formation fait partie des poids lourd du football mondial. Comme toutes les équipes brésiliennes, elle sera certainement très dure à manœuvrer. Nous allons étudier ses forces et ses faiblesses grâce à la vidéo et nous serons prêts le moment venu."