Aldo De Nigris sourit à nouveau. Malgré une frustration palpable, il attend patiemment l'intervention des interprètes pour répondre une par une aux questions des journalistes japonais. La défaite 3:1 face au Chelsea FC a été une grande désillusion pour le football mexicain et le Club de Futbol Monterrey doit accepter son élimination de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Mais l'attaquant semble décidé à prouver, une fois de plus, que la persévérance est bien l'une de ses qualités principales.

Même lorsque son équipe était menée 0:30, le Mexicain n'a jamais baissé les bras et a continué à bousculer la défense londonienne. Au sol, de la tête, au corps à corps ou en débordements, De Nigris a insisté jusqu'à sauver l'honneur des Rayados. "Ce n'est pas le résultat que nous attendions, mais on a tout donné sur le terrain", assure l'attaquant au micro de FIFA.com. "On a bien terminé la première mi-temps, mais les deux buts encaissés au retour des vestiaires nous ont assommés. Il ne restait plus qu'à persévérer et à nous battre pour essayer de marquer un but. On a au moins réussi ça", soupire-t-il.

De Nigris peut se mordre les doigts : une victoire sur Chelsea aurait été synonyme d'une finale inédite pour un représentant de la CONCACAF dans cette compétition. Mais pour l'ancien pensionnaire de Tigres, Veracruz et Necaxa, ce revers s'explique le plus simplement du monde. "Au début du match, notre respect pour eux confinait presque à la crainte. On avait tellement peur de leur laisser des espaces qu'on n'a pas osé se déployer vers l'avant. On aurait dû prendre davantage l'initiative, comme on l'a fait en fin de première période. De la 25ème à la 45ème minute, lorsqu'on a mis le pied sur le ballon et qu'on a tenté des choses, on a fait jeu égal avec Chelsea."

Vite tourner la page
Désigné artilleur en chef de Monterrey suite à la blessure d'Humberto Suazo, De Nigris garde un goût amer dans la bouche. Cette douloureuse défaite face aux Blues le prive de finale, même s'il a rempli son contrat d'un point de vue individuel. "Un joueur essaie toujours de servir au mieux son équipe et de la faire gagner. Alors, ça fait plaisir de marquer, surtout contre une formation de cette qualité, qui possède l'une des défenses les plus solides au monde. Ça a été une bonne expérience."

Grand admirateur de Gabriel Batistuta, Filippo Inzaghi et du Fenômeno Ronaldo, qu'il décrit comme "l'attaquant le plus complet qu'il ait jamais vu", De Nigris estime pouvoir quitter le Japon la tête haute. "J'ai démontré que je pouvais rivaliser avec les meilleurs défenseurs du monde et je me suis prouvé à moi-même que j'étais prêt pour jouer en Europe."

Avant leur vol retour en direction du Mexique, De Nigris et Monterrey sont attendus dimanche 16 décembre pour disputer la petite finale face à Al Ahly. Un rencontre importante puisque Necaxa et le Deportivo Saprissa sont les seules formations de la CONCACAF à ce jour à avoir décroché la troisième place du tournoi. "Ça fait mal mais on va vite s'en remettre. On doit tourner la page et se concentrer sur le dernier match", affirme le buteur qui, avant de partir retrouver ses camarades, envoie un ultime message aux défenseurs égyptiens : "Nous voulons cette troisième place et allons tout faire pour aller la chercher. Ce match compte pour nous et cela se verra sur le terrain". Le passage des paroles aux actes ne devrait pas poser de problème.