Les chiffres ne mentent pas : la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA réussit rarement aux clubs de la CONCACAF. À l'exception de Necaxa en 2000 et du Deportivo Saprissa en 2005, aucun représentant de la région n'est parvenu à monter sur le podium de la compétition suprême des clubs à l'échelle mondiale.

Mais 2012 pourrait se transformer en une année cruciale. Si le calendrier maya annonce la fin du monde, le CF Monterrey a l'opportunité de mettre un terme à une autre histoire, celle des échecs répétés des équipes de la CONCACAF dans le dernier carré de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Les Rayados ont fait un pas dans la bonne direction en battant Ulsan Hyundai en quart de finale.

La formation mexicaine s'apprête maintenant à essayer de créer la surprise face à Chelsea. En cas de victoire contre les Anglais, l'équipe aztèque deviendrait la première de la région à atteindre la finale du tournoi. "Comme on dit chez nous, nous apprenons à danser avec la plus laide", en l'occurrence Chelsea. Mais nous avons confiance en nos moyens", affirme l'entraîneur Manuel Vucetich au sujet de la demi-finale du 13 décembre prochain à Yokohama.

La confiance du stratège mexicain est partagée par José María Basanta, patron de la défense et capitaine de l'équipe : "Nous savons qu'aucun autre club de la CONCACAF n'est parvenu à atteindre la finale et nous voulons être les premiers à le faire. C'est notre principal rêve à l'heure actuelle", reconnaît Basanta au micro de FIFA.com. L'Argentin a le sourire. Il paraît soulagé par la victoire 3:1 contre Ulsan Hyundai en quart de finale. C'est à ce stade de la compétition précisément que les Rayados étaient tombés l'année dernière, éliminés par les Japonais de Kashiwa Reysol.

"Nous rêvions de jouer contre Chelsea, c'est la vérité. Nous ne voulions pas l'exprimer avant, car nous étions totalement concentrés sur le premier match. Si nous n'avions pas été à 100 % pour cette rencontre, nous aurions risqué d'avoir une très mauvaise surprise, comme l'année dernière", poursuit le joueur de 28 ans, qui a déjà disputé trois rencontres en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Quand on demande au joueur passé par Estudiantes de La Plata et Olimpo de Bahía ce qu'il attend de ce choc contre Chelsea, il répond avec franchise : "90 minutes très compliquées, devant un adversaire très expérimenté dans ce genre de compétitions. L'important sera de jouer tranquillement, sans jamais perdre de vue que tout peut arriver."

Sur un air de tango
Outre Basanta, cousin du buteur de Cruz Azul Mariano Pavone, Monterrey compte dans ses rangs deux Argentins dont le rôle est essentiel dans le rendement de l'équipe : Neri Cardozo, qui participe à sa troisième Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, et César Delgado. L'ancien Lyonnais est le plus proche de Basanta. Les deux hommes partagent volontiers repas et tournées de maté aussi bien durant les stages de préparation qu'à leurs domiciles respectifs au Mexique.

"Quand il est inspiré, il prend une autre dimension", affirme Basanta au sujet de son compatriote. "Cela s'est vu sur le terrain contre Ulsan. Il a fait la différence et a marqué deux buts superbes." Entre alors Delgado. Visiblement intimidé par les éloges de son coéquipier, le natif de Rosario baisse les yeux.

"Maintenant, c'est Chelsea ? Tant mieux. Il y aura du spectacle", annonce, de son côté Delgado avec un sourire. Quand on lui demande son analyse sur cette demi-finale à venir, son visage se ferme immédiatement : "Nous savons qu'ils vont jouer différemment d'Ulsan, avec beaucoup moins de longs ballons vers l'avant. Je crois que leur style de jeu va nous permettre de pratiquer un meilleur football".

L'ancien attaquant de l'Argentine et de Cruz Azul parle posément. Sa taille relativement peu élevée et sa voix discrète contrastent beaucoup avec l'audace et la vivacité qu'on lui connaît sur le terrain. "Jouer contre Chelsea représente une responsabilité importante, mais nous savons que nous pouvons créer la surprise", ajoute-t-il avec confiance, parfaitement conscient qu'une victoire ferait entrer Monterrey dans les annales de la CONCACAF.

Mais l'ambition de Monterrey ne s'arrête pas là. Celle de Delgado non plus : "Nous espérons atteindre cette finale inédite. Peu importe si c'est Chelsea ou une autre équipe qui se trouve sur notre passage. Le vainqueur du tournoi doit battre tous les adversaires qui se présentent sur son chemin, n'est-ce pas ? C'est notre ambition : atteindre la finale et la gagner. C'est pour ça que nous sommes venus".