L'attaquant Hisato Sato a été le fer de lance de l'attaque de Sanfrecce Hiroshima qui a remporté cette saison pour la première fois la J-League. Le meilleur buteur de l'exercice est impatient de débuter en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

Sato a joué 31 fois et marqué quatre buts avec leJapon, mais n'a jamais participé à une Coupe du Monde de la FIFA™. Pour ce joueur de 30 ans, la perspective de disputer la compétition suprême des clubs à l'échelle mondiale en est d'autant plus alléchante. "Je suis impatient de voir à quel niveau se situe Hiroshima par rapport à des équipes d'autres pays", annonce Sato à FIFA.com. "Je veux me préparer très sérieusement et faire le nécessaire pour gagner."

L'adversaire de Sanfrecce en match d'ouverture sera Auckland City FC, première équipe à participer à quatre Coupes du Monde des Clubs de la FIFA. Dans le camp néo-zélandais, le capitaine et expérimenté défenseur Ivan Vicelich n'a pas l'intention de faciliter la tâche au représentant de la nation hôte. "Nous sommes en forme et nous travaillons pour être au top lorsque le tournoi débutera", a-t-il confié à FIFA.com.

Face à une défense d'Auckland physiquement impressionnante, Sato s'attend à souffrir du haut de son mètre 70. Mais comme le prouve son total de 22 buts en 34 matches cette saison, Sato est adroit devant le but adverse. Sa faculté de se trouver au bon endroit au bon moment pourrait poser des problèmes à la formation océanienne.

Buteur et symbole
Après avoir fait ses classes au centre de formation de JEF United Ichihara, Sato a porté les couleurs de Cerezo Osaka et Vegalta Sendai, avant de rejoindre Hiroshima en 2005. Lorsque le club a été relégué en deuxième division en 2007, il n'a pas quitté le navire et est devenu depuis un véritable emblème à Sanfrecce. Quand son ancien compère en attaque Tadanari Lee a quitté le Japon à destination de Southampton en janvier dernier, Sanfrecce a craint de ne plus avoir suffisamment d'armes offensives pour jouer le titre. Mais Sato a apporté le meilleur démenti qui soit en réalisant une saison exemplaire, dans un système à un seul attaquant, avec deux milieux offensifs en soutien.

Son efficacité doit beaucoup à son partenariat avec le milieu offensif Yojiro Takahagi, dont les passes précises et l'habileté sur les frappes lointaines ont largement étoffé le potentiel de Sanfrecce en attaque. Sato et Takahagi ont disputé les 34 journées de la saison 2012 au Japon, une performance égalée par l'infatigable gardien des Samouraïs bleus, Shusaku Nishikawa.

La saison éblouissante réussie par Takahagi a été inspirée en partie par une volonté d'apporter un peu de bonheur dans sa ville natale d'Iwaki, située dans la préfecture de Fukushima, très lourdement touchée par le désastre de mars 2011. La maison de sa famille a été endommagée par le tsunami. "Lorsque je joue, je pense souvent à la façon dont je peux aider les gens dans les zones affectées par la catastrophe et leur donner du courage", affirme Takahagi, pur produit du centre de formation de Sanfrecce, réputé pour sa qualité.

Un objectif de rêve
Si les buts de Sato ont souvent fait la une, la défense a elle aussi joué un rôle essentiel. Les médias japonais n'ont pas tari d'éloges pour l'entraîneur Hajime Moriyasu, dont c'était la première saison sur le banc. L'ancien milieu défensif de Sanfrecce et du Japon a poursuivi dans la veine offensive mise en place par son prédécesseur Mihailo Petrovic, en ajoutant toutefois de la solidité dans l'arrière-garde. Sur toute la saison, son équipe a concédé une moyenne d'un but par match, ce qui en fait la deuxième meilleure défense de la J-League 2012.

Moriyasu a dépassé les attentes en offrant le titre national à Sanfrecce, mais il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Le meilleur résultat du Japon à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA est la troisième place décrochée par Urawa Reds en 2007 et par Gamba Osaka en 2008. Si les joueurs de Moriyasu parviennent à prendre le dessus sur Auckland City, ils devront affronter Al Ahly en quart de finale avant, en cas de victoire, de s'inviter alors dans une demi-finale de rêve contre Corinthians, champion d'Amérique du Sud. Sato, qui a joué aux côtés de Moriyasu à Sendai, espère que l'année 2012 lui réserve encore une ou deux bonnes surprises.