La milieu de terrain offensive japonaise Homare Sawa a été pendant deux décennies l’emblème des Nadeshiko. Légende du football féminin, elle a annoncé sa retraite le jour même où River Plate a dominé Sanfrecce Hiroshima en demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015, et bouclera cette année mémorable en remettant le trophée au vainqueur de la compétition.

Sawa a effectué ses débuts internationaux à l’âge de 15 ans. Elle a joué à 205 reprises sous le maillot du Japon et a participé à six éditions consécutives de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, de 1995 à 2015. La capitaine des Nadeshiko a notamment mené son équipe à la victoire lors d’Allemagne 2011, un triomphe qui a apporté un peu de réconfort à toute une nation, lourdement touchée quelques mois plus tôt par un tremblement de terre et un tsunami meurtriers.

Alors qu’il avait échoué dès le premier tour lors des Coupes du Monde 1999, 2003 et 2007, le Japon a terminé deuxième du Groupe B en 2011, se qualifiant ainsi pour la phase à élimination directe. Les Japonaises ont battu l’Allemagne 1:0 en quart de finale, avant de dominer la Suède 3:1 en demi-finale. Elles n’avaient pas la faveur des pronostics en finale, face aux États-Unis, qui ont ouvert la marque, avant de se faire reprendre en fin de match. Les Américaines ont à nouveau pris l’avantage lors de la prolongation, mais Sawa a redonné espoir à son équipe en égalisant à la 117ème minute. Le Japon est ensuite sorti vainqueur de la séance de tirs au but pour décrocher la première Coupe du Monde de la FIFA de son histoire. Cerise sur le gâteau, Sawa a été désignée meilleure joueuse du tournoi, avant de devenir la première Asiatique à recevoir le trophée de Joueuse Mondiale de l’Année de la FIFA.

La Japonaise a également connu une année 2015 inoubliable, sur et en dehors des terrains. Elle a de nouveau participé au parcours du Japon jusqu'en finale de la Coupe du Monde, sans pouvoir répéter l’exploit de 2011 face à des Américaines intraitables. Les supporters n’auront plus l’occasion d’admirer les exploits de la joueuse de 37 ans ballon au pied, mais ils verront la néo-retraitée à remettre le trophée au vainqueur de la finale River Plate - FC Barcelone. Juste avant, elle s’est confiée à FIFA.com à propos de la Coupe du Monde des Clubs, de Lionel Messi et d’une année qu’elle n’est pas prête d’oublier.

Homare, la Coupe du Monde des Clubs est revenue au Japon cette année. Qu’avez-vous pensé du tournoi jusqu’ici ?
Je suis la Coupe du Monde des Clubs depuis des années. C’est formidable de voir les meilleurs clubs de chaque continent au Japon et d’avoir la chance de voir évoluer en chair et en os les meilleurs joueurs de la planète.

Qu’est-ce qui vous impressionne le plus dans le jeu proposé par Sanfrecce Hiroshima ?
Sanfrecce peut passer en un clin d’œil de la défense à l’attaque et inversement. L’équipe marque beaucoup de buts tout en encaissant très peu. Chaque joueur sait où se positionner afin de maintenir l’équilibre de l’ensemble. C’est une équipe très intéressante à regarder.

En tant qu’ancienne spécialiste du poste, que pensez-vous du style du jeu de Lionel Messi, qui dispute actuellement le tournoi ?
Je ne suis pas vraiment en mesure de critiquer Messi. Je pense que c’est le meilleur joueur au monde en termes de qualité technique, d’envie de marquer, d’endurance et de vitesse.

Etes-vous impatiente de remettre le trophée de la finale de la Coupe du Monde des Clubs ?
Je ne suis pas certaine de mériter un tel honneur, mais je suis ravie d’avoir été choisie pour cette tâche privilégiée. Je ferai de mon mieux lors de la cérémonie.

Quels sont vos plus beaux souvenirs de 2015 ?
En tant que joueuse, je suis heureuse d’avoir atteint la finale de la Coupe du Monde Féminine. D’un point de vue personnel, mon mariage. Et j’ai récemment annoncé ma retraite. L’année 2015 a donc été riche en émotions, je ne l’oublierai jamais.