L'édition 2015 de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA s'est achevée sur la victoire (3:0) du FC Barcelone sur River Plate à Yokohama, devant 66 853 spectateurs. Lionel Messi, buteur en première mi-temps, et Luis Suarez, auteur d'un doublé au retour des vestiaires, ont été les grands artisans de ce triomphe. Les lauréats de la Ligue des champions de l'UEFA 2015 sont devenus à cette occasion la première équipe à remporter par trois fois la Coupe du Monde des Clubs, après leurs triomphes en 2009 et 2011. 

Le Barça a validé son billet pour la finale aux dépens de Guangzhou Evergrande (3:0). Luis Suarez en a profité pour faire son entrée dans l'histoire du tournoi en devenant le premier joueur à signer un triplé dans cette compétition. L'attaquant uruguayen de 28 ans s'est adjugé un nouveau record quelques jours plus tard : en marquant à deux reprises contre River Plate, il est le seul homme à avoir inscrit cinq buts en une seule édition du tournoi.  

De son côté, Lionel Messi a dû renoncer à disputer la demi-finale en raison d'une colique néphrétique. Pour fêter son retour sur le terrain, le candidat au FIFA Ballon d'Or 2015 a ouvert le score en finale. L'Argentin est ainsi devenu le premier joueur à trouver le chemin des filets lors de trois éditions de la Coupe du Monde des Clubs.

La sortie d'Auckland et l'invasion argentine
Les spectateurs n'ont pas eu à attendre bien longtemps pour assister au premier but de Japon 2015. Une erreur de Jacob Spoonley dès la neuvième minute de jeu a scellé le sort d'Auckland City dans cette compétition. Auteur d'une parade peu inspirée, le gardien néo-zélandais a remis le ballon directement sur Yusuke Minagawa, qui a donné l'avantage à Sanfrecce Hiroshima. Le remplaçant Shiotani a doublé la mise à 20 minutes du terme sur une frappe déviée qui est ensuite passée entre les jambes du malheureux Spoonley. Battus 2:0, les champions d'Océanie ne se sont pas attardés au Japon.

Sanfrecce a livré une performance similaire contre le TP Mazembe à Osaka, en quart de finale. L'entraîneur Hajime Moriyasu avait pourtant laissé entendre que l'état de forme physique et mentale de ses joueurs n'incitait guère à l'optimisme. Les absences pour blessures de quelques cadres côté japonais rendaient en outre cette rencontre encore plus incertaine. Pourtant, les champions de J-League ont aisément disposé de leurs adversaires grâce à trois réalisations signées Shiotani, Chiba et Asano pour rejoindre River Plate en demi-finale.

En dépit de l'avantage du terrain, les Japonais ont trouvé face à eux des supporters argentins venus en très grand nombre soutenir leur équipe. Avec leurs chansons, leurs banderoles et leur passion, les fans de River Plate ont donné à cette rencontre une ambiance digne des plus grandes affiches sud-américaines. Sur la pelouse, Lucas Alario s'est chargé d'inscrire l'unique but de la partie à la 72ème minute. Pourtant, les tenants de la Copa Libertadores ont souvent souffert et sans quelques interventions décisives du gardien Marcelo Barovero, l'issue de la partie aurait pu être différente.

Les Asiatiques au rendez-vous
Le FC Barcelone a automatiquement validé son billet pour les demi-finales de la Coupe du Monde des Clubs en dominant la Juventus 3:1 à Berlin, en finale de la Ligue des champions. Les Chinois de Guangzhou, quant à eux, n'ont pas ménagé leurs supporters avant de se hisser à ce niveau de la compétition.

Menés (1:0) par le Club América à dix minutes de la fin des quarts de finale, les hommes de Luiz Felipe Scolari ont dû s'en remettre aux remplaçants pour sauver une situation largement compromise. Lin Gao s'est tout d'abord fendu d'une somptueuse remise à destination de Long Zheng sur l'égalisation. Dans la foulée, Paulinho a repris un corner de Yu Hanchao à la dernière minute du temps additionnel pour donner la victoire à son équipe.

Suite à ce succès, le technicien brésilien a demandé à ses joueurs "d'oser rêver", mais ce FC Barcelone avait trop de classe pour se laisser surprendre par une froide soirée d'hiver à Yokohama. Au bout du compte, on retiendra surtout de cette confrontation le superbe triplé de Suarez. Personne n'avait plus réalisé pareil exploit à ce niveau depuis Pelé, auteur d'un coup du chapeau lors de la victoire 5:2 de Santos sur Benfica en finale de la Coupe Intercontinentale 1962. 

Lors du match pour la troisième place, Scolari a pu goûter à sa propre médecine. Un temps mené, Sanfrecce Hiroshima a réussi à inverser la tendance. Le Brésilien Paulinho avait donné l'avantage aux Chinois mais un doublé du remplaçant Douglas en deuxième mi-temps a propulsé les Japonais sur la troisième marche du podium, avant que Barcelone ne vienne à bout de River Plate en finale.

A retenir 
Équipes : 7
Dates : 10-20 décembre 2015
Finale : Barcelone 3:0 River Plate
Matches : 8
Buts : 21 (moyenne : 2,63 par match)
Affluence totale : 272 312 (moyenne : 34 039 par match)