Mamelodi Sundowns représentera l'Afrique lors de la prochaine Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, après avoir remporté la 52ème édition de la Ligue des champions de la CAF. Une fois parvenus en finale, les Masandawana (les "Brésiliens") ont pris une sérieuse option sur le titre en s'imposant 3:0 à domicile devant Zamalek. Si les quintuples champions d'Afrique ont pris leur revanche au stade Borg El Arabi d'Alexandrie grâce à Stanley Ohawuchi (1:0), ils n'ont pas réussi inverser une situation largement compromise.

Le champion
Les Sundowns ont connu leurs premières frayeurs dès le tour préliminaire, en s'inclinant 1:0 face aux Zimbabwéens de Chicken Inn. Ils ont cependant arraché leur billet pour le premier tour grâce à un succès 2:0 à domicile. Par la suite, les Sud-Africains ont pris le meilleur sur l'AC Léopards. L'aventure des Brésiliens a connu un nouveau rebondissement lors des barrages pour la phase de groupes. Ils sont éliminés par le Vita Club avant d'être réintégrés quelques semaines plus tard, le club de RD Congo ayant aligné un joueur inéligible lors d'un tour précédent.

Revenus de nulle part, les Sundowns ont lancé leur parcours en phase de groupes grâce à deux victoires en Afrique du Nord. Ils ont commencé par battre l'ES Sétif - qui sera exclu de la compétition à l'issue de la partie - et ont ensuite dominé Zamalek au Caire. Ces résultats leur ont rapidement ouvert les portes des demi-finales, à une journée du terme. Opposés à Zesco United dans le dernier carré, les Brésiliens ont démontré leur force de caractère en arrachant la qualification à domicile, après avoir été battus 2:1 à l'aller.  

L'ancien sélectionneur des Bafana Bafana Pitso Mosimane a construit une équipe sans buteur attiré. Les 19 réalisations du club en Ligue des champions sont l'œuvre de 11 joueurs différents, plus deux buts contre son camp. Aucun Brésilien n'a inscrit plus de deux buts. Pour la deuxième fois, un club sud-africain inscrit son nom au palmarès près Orlando Pirates en 1995.

Les moments-clés
Mfon Udoh, d'Enyimba, termine meilleur buteur avec neuf réalisations. L'attaquant nigérian a frappé à sept reprises avant la phase de groupes, signant notamment un triplé lors d'une victoire 3:0 sur l'Étoile du Sahel, champion d'Afrique en 2007. Malheureusement, sa baisse de régime a sonné le glas des ambitions du People’s Elephant dans cette compétition. Quand Udoh a retrouvé le chemin des filets en phase de groupes, son équipe avait déjà abandonné tout espoir de qualification pour les demi-finales. Derrière, Reda Hajhouj (Wydad de Casablanca) et Idriss Mbombo (Zesco United) terminent avec six et cinq réalisations respectivement.

Tenant du titre, le TP Mazembe a baissé pavillon avant la phase de groupes, suite à une défaite 2:0 sur le terrain du Wydad. Les Corbeaux, tenus en échec 1:1 en RD Congo par les Marocains, ont dit adieu à leur rêve d'une sixième couronne continentale. Al Ahly, l'équipe la plus titrée du continent, a renoué avec la phase de groupes, après deux ans d'absence. Toutefois, les Diables Rouges n'ont pas fait honneur à leur réputation. Avec un point à l'issue de leurs trois premières sortie, dont deux à domiciles, ils ont dû se contenter d'un rôle de figuration. Les Soudanais n'ont guère brillé non plus. Demi-finalistes en 2015, Al Merreikh et Al Hilal ont calé avant la phase de groupes. Le second s'est laissé surprendre par les Libyens d'Al Ahly, tandis que le premier a subi la loi de l'ES Sétif.   

La stat
7 - 
Comme le nombre de matches remportés à domicile par les Sundowns. Au cours de cette séquence, ils ont inscrit 14 buts et n'en ont encaissé que deux. L'efficacité défensive des Sud-Africains devant leur public a été l'une des clés de leur sacre.   

Le saviez-vous... ?
Les Sundowns sont, à ce jour, les seuls à avoir remporté la Ligue des champions après en avoir été éliminé la même année. Battus par les Congolais du Vita Club en barrages, les Sud-Africains ont été reversés en Coupe de la Confédération. L'expérience a cependant été de courte durée puisqu'ils ont à nouveau été éliminés en barrages, cette fois par les Ghanéens de Medeama. Ils ont ensuite fait leur retour dans la plus prestigieuse des compétitions de clubs en Afrique suite à la disqualification du Vita Club. Propulsés directement en phase de groupes, les Sundowns ont su saisir leur chance.

Entendu…
"Les meilleurs ont gagné, mais nous avons été les plus forts au retour. Nous avions absolument besoin de marquer rapidement, ce que nous n'avons pas su faire. Ça nous aurait mis en confiance." - Moemen Soliman, entraîneur de Zamalek  

"Ça n'a pas été facile. Nous avons dû surmonter beaucoup d'épreuves, mais nous avons gagné le droit d'affronter les meilleures équipes de la planète en Coupe du Monde des Clubs." - Khama Billiat, milieu de terrain de Mamelodi Sundowns