LE FILM DU TOURNOI – Le Real Madrid a décroché son troisième trophée de l'année 2016 à l'issue de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA disputée au Japon. C'est la deuxième consécration des Merengues dans ce tournoi, au cours duquel l'hégémonie des clubs européens s'est confirmée, avec 9 titres mondiaux sur les 13 attribués.

"Kashima nous a surpris. Ils ont couru comme des motos. Ils ont des joueurs qui pourraient évoluer sans problème en Espagne. L'important est que nous sommes champions", a commenté Zinedine Zidane au terme d'une finale serrée.

Le triplé de Cristiano Ronaldo, grâce auquel le Portugais s'est adjugé le Ballon d'Or adidas du tournoi, a permis au Real de s'imposer 4:2. Mais la partie a été beaucoup plus disputée que ne le laisse penser l'aspect définitif du tableau d'affichage. Finalistes inattendus, les Kashima Antlers concèdent l'ouverture du score dès la neuvième minute, avant de renverser la vapeur pour mener 2:1. Les Madrilènes égalisent à l'heure de jeu sur un penalty converti par Ronaldo, mais dans les dernières minutes du temps réglementaire, les champions d'Europe en titre se retrouvent dans les cordes sous les coups de boutoir du vainqueur de la dernière J.League, qui finit cependant par céder dans la prolongation. Une nouvelle fois, c'est Ronaldo qui fait la différence, trompant à deux reprises un gardien – Hitoshi Sogahata – qui a été l'un des rouages essentiels de la formation dirigée par Masatada Ishii tout au long de l'épreuve.

Le Real Madrid a dû s'employer pour contenir un Gaku Shibasaki imperturbable après chacun de ses buts. Keylor Navas, de son côté, a vécu une finale complètement différente de la demi-finale contre le Club América, où il avait fêté ses 30 ans de façon plutôt tranquille, n'ayant pratiquement aucun arrêt à réaliser. En finale, le gardien du Real Madrid a en revanche été très sollicité par les Japonais.

Disciplinés, tactiquement impeccables et d'un dynamisme hallucinant sur le plan physique, les Japonais ont prouvé en finale que leur parcours depuis le début de la compétition ne devait rien au hasard. Pour leur entrée en matière, ils se sont imposés en toute fin de partie contre une équipe d'Auckland City qui, pour sa septième participation à l'épreuve, a de nouveau chuté dès la première haie. Au vu de cette première prestation, Kashima n'a pas donné l'impression de pouvoir aller très loin dans la compétition, impression démentie dès la deuxième sortie des champions du Japon dans cette Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, face aux Sud-Africains de Mamelodi Sundowns. À cette occasion, la formation nipponne a d'abord résisté aux assauts des champions d'Afrique, avant d'affirmer sa supériorité et de faire la différence en deuxième période.

En demi-finales contre l'Atlético Nacional, vainqueur de la dernière Copa Libertadores, les Antlers ont exercé une domination tout à fait inattendue, avec à la clé l'une des grosses surprises du tournoi sous la forme d'un succès 3:0 sur les Colombiens. Dans ce match disputé à Osaka, les Japonais ont pris l'avantage sur un penalty accordé grâce à l'assistance vidéo. C'est la première action signalée avec l'aide de la vidéo, technologie utilisée pour la première fois dans un tournoi de la FIFA. Dans cette partie, El Verdolaga a beaucoup tenté, mais a systématiquement buté sur un adversaire solide en défense et avec suffisamment de ressources physiques pour faire plier son rival dans les dernières minutes.

L'échec des hommes de Reinaldo Rueda dès les demi-finales a produit une finale atypique. Sur les 13 éditions de la compétition, les Sud-Américains n'ont manqué que trois finales, les Européens une (lors de l'édition inaugurale).

Une "petite finale" 100% américaine
Au deuxième tour, le Club América de Ricardo La Volpe a eu toutes les peines du monde à venir à bout du champion d'Asie pour éviter de reproduire l'échec de l'année dernière. D'abord menés au score, les Mexicains ont inversé les choses grâce à deux buts de Silvio Romero, s'ouvrant ainsi les portes d'une demi-finale contre le Real Madrid, belle façon en même temps de fêter leur centenaire. Les Águilas ont dans un premier temps bien neutralisé les attaques des joueurs de Zinedine Zidane, mais ils n'ont pas réussi à trouver l'antidote à la spécialité madrilène de marquer lors du temps additionnel. Les deux buts encaissés lors des arrêts de jeu de la première puis de la deuxième période ont été fatals aux Azulcremas.

Le match pour la médaille de bronze entre le Club América et l'Atlético Nacional a été palpitant à tous points de vue, avec des occasions des deux côtés, beaucoup d'erreurs également, et une conclusion à l'issue d'une série de tirs au but au cours de laquelle la balance a finalement penché en faveur des Colombiens.

Une expérience inoubliable
"Je connaissais mon équipe au niveau continental, maintenant je connais son potentiel à l'échelle mondiale. Je sais sur quoi nous devons travailler pour pouvoir  revenir encore plus forts", a déclaré Pitso Mosimane, l'entraîneur des Sundowns, après la défaite de ses joueurs dans le match pour la cinquième place contre les Sud-Coréens de Jeonbuk Hyundai Motors. Les carences de Mamelodi sur le plan du physique et de la rapidité ont coûté le match aux champions d'Afrique lors de leurs deux confrontations contre des adversaires asiatiques.

Jeonbuk termine cinquième et n'aura donc pas su profiter de l'élan de sa victoire en Ligue des champions de l'AFC une semaine avant le début de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Après la défaite des Sud-Coréens contre l'América, leur entraîneur Choi Kanghae affichait tout de même sa satisfaction après une saison intense et fructueuse. "Ce tournoi nous a donné des leçons extrêmement intéressantes qui vont nous permettre de progresser, aussi bien les joueurs que moi-même. Tout ce que je souhaite est que nous soyons de nouveau présents à ce rendez-vous mondial l'année prochaine", a-t-il conclu.

Classement final
1. Real Madrid
2. Kashima Antlers
3. Atlético Nacional
4. Club América
5. Jeonbuk Hyundai Motors
6. Mamelodi Sundowns
7. Auckland City

Stades
Stade international de Yokohama
Stade de la ville de Suita d'Osaka

Nombre de buts : 28 (moyenne de 3,5 par match)

Meilleurs buteurs :
Cristiano Ronaldo, 4 buts
Karim Benzema, 2 buts (1 passe décisive)
Mu Kanazaki, 2 buts (1 passe décisive)

Prix :
Ballon d'Or adidas : Cristiano Ronaldo (Real Madrid)
Ballon d'Argent adidas : Luka Modrić (Real Madrid)
Ballon de Bronze adidas : Gaku Shibasaki (Kashima Antlers)

Prix du Fair-Play de la FIFA : Kashima Antlers