Transformer la déception en optimisme. Trouver la motivation après une frustration lourde. Ce sont des processus complexes que Reinaldo Rueda a dû accélérer pour remettre ses joueurs sur pied. La compétition est ainsi faite. Il n’y a pas le temps de s’enfermer et d’attendre que les blessures cicatrisent toutes seules. Il faut retourner sur le terrain pour se battre. "Pour effacer ce mauvais souvenir, il faut rejouer et décrocher un résultat positif", explique le coach de l’Atlético Nacional à FIFA.com.

Les joueurs ont déjà relevé la tête. Ils marchent d’un pas ferme vers Yokohama. Leurs regards sont pleins de détermination. Après la frustration de la défaite face à Kashima, une seule solution s’offre à eux : obtenir un bon résultat dans le match pour la troisième place de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2016, contre le Club América.

"Ce sera un match très compliqué, très tendu, avec une véritable opposition de styles et la même envie de bien faire, avertit le technicien de 59 ans. Le football mexicain est très offensif, très vertical. Ricardo La Volpe a toujours su tirer le meilleur profit de ses systèmes en 3-5-2 et 3-3-4. Il aligne toujours des équipes très équilibrées et ce sera un beau match entre CONCACAF et CONMEBOL. Nous nous sentons capables d’en sortir vainqueurs".

"Ç’a été très compliqué de remobiliser le groupe, parce qu’on y croyait vraiment en arrivant au Japon. Ces derniers jours ont été très pénibles, on a travaillé individuellement avec les joueurs pour repartir de l’avant. Venir jusqu’ici et s’incliner dès l’entrée en lice, c’était vraiment très frustrant", avoue-t-il.

Une dette et une leçon
Désormais, le regard est tourné vers la suite. Le mot le plus souvent prononcé dans l’hôtel de l’équipe paisa est ‘dignité’. Il faut clore cette participation à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA de la meilleure façon possible.

Le groupe s’est ressoudé pour offrir une bonne nouvelle à tous ses supporters. Ces derniers jours, l’on comptait plus de 5000 fans du Verdolaga au pays du Soleil levant. Ils sont venus depuis Medellín, depuis le Canada et même depuis Melbourne pour soutenir leur équipe. Plus de 600 représentants du kop "Los del Sur" seront présents dans les gradins du Stade international de Yokohama. Ils sont nombreux à avoir vendu leur moto ou leur voiture. D’autres ont pris un crédit et hypothéqué leur maison pour se payer le déplacement. "Toujours présents", peut-on lire sur leurs banderoles. Et les joueurs ont très envie d’être à la hauteur de cet amour en remportant ce match. Même s’il s’agit de la consolante. Car une médaille de bronze leur permettrait de grimper sur le podium.

"Il faut tirer les leçons de cette expérience. Ç’a été très dur à vivre mais cela va nous aider. L’expérience de cette Coupe du Monde va nous apporter beaucoup de choses positives pour l’avenir", assure le stratège, qui a déjà pris part à quatre épreuves de la FIFA : deux Coupes du Monde U-21 avec la Colombie (1993 et 2003) et deux Coupes du Monde la FIFA, Afrique du Sud 2010 avec le Honduras et Brésil 2014 avec l’Équateur.

L’entraîneur va profiter des dernières heures avant la rencontre pour peaufiner son équipe et trouver les éléments qui permettront d’optimiser ses atouts tout en entravant ceux de l’adversaire. Avec une seule idée en tête : "Réussir une bonne prestation et décrocher la victoire".