Éric Abidal a vécu des moments marquants les dernières années de sa carrière. Personne n'a oublié son émouvant triomphe en finale de la Ligue des champions de l'UEFA 2011 avec le FC Barcelone, quelques mois après avoir surmonté un cancer. En 2006, il était de la finale de la Coupe du Monde de la FIFA™ perdue par la France face à l'Italie au terme d'une éprouvante séance de tirs au but.

Tout au long de sa carrière, il a soulevé 21 trophées. Toutefois, sa seconde Ligue des champions remportée à Wembley tient une place à part dans ses souvenirs. "Le premier tournant de ma carrière, je l'ai vécu le jour où j'ai signé mon premier contrat avec le FC Barcelone", raconte a sc.qa, le site officiel de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, l'ancien défenseur de l'Olympique lyonnais. "Mais par-dessus tout, je garde un souvenir ému de cette victoire en Ligue des champions 2011, après une lutte très difficile face à une terrible maladie. Je me souviens de la camaraderie qui régnait dans cette équipe, du courage et de notre volonté farouche de gagner des titres."

Lorsqu'on lui demande qui a eu l'idée de lui faire soulever le trophée à Wembley en 2011, le Français n'a rien oublié. "Carles Puyol et Pep Guardiola me l'ont proposé, en présence des capitaines de l'époque, Lionel Messi, Andrés Iniesta, Xavi et Victor Valdes. C'était un moment extraordinaire pour moi. J'ai été le premier à soulever la coupe", rappelle-t-il. 
"Cette victoire ne revenait pas seulement à Barcelone, mais aussi à tous ceux qui m'avaient aidé. Je pense à ma femme, à ma famille, aux supporters de Barcelone et à tous ceux qui aiment le football."  

C'est l'occasion pour les supporters du monde entier de découvrir cette région, de visiter les pays voisins et de contribuer à une meilleure compréhension entre les cultures

Eric Abidal, à propos de Qatar 2022

Cinq ans après ce triomphe, le FC Barcelone se prépare à défier l'Atlético de Madrid en quart de finale retour de la Ligue des champions de l'UEFA. Abidal se dit confiant quant aux chances des Blaugranas de renouveler l'exploit réalisé à domicile. "Ce sera dur, évidemment, mais nous allons tout donner, comme nous l'avons fait au Camp Nou. Barcelone ne peut pas se permettre de perdre deux matches d'affilée, surtout face à des Madrilènes", insiste-t-il. "De ce point de vue, la victoire de la semaine dernière était très importante. Maintenant, il faut se concentrer sur le match de Madrid. Quand on regarde notre effectif, on peut dire que nous avons les moyens de remporter à nouveau la Ligue des champions. Messi est un phénomène. C'est même beaucoup plus que ça."

Une région passionnée
L'ancien latéral a certes raccroché les crampons, ce qui ne l'empêche pas de se tourner vers l'avenir. Selon lui, l'heure est venue pour le monde arabe de marquer l'histoire du football, à l'occasion de Qatar 2022. "On peut voir que les gens dans cette région adorent le football. Ce sont de vrais passionnés", confie-t-il dans le cadre d'une visite de contrôle des progrès réalisés dans les préparatifs de l'épreuve mondiale au Qatar. "Les joueurs seront ravis de ne pas avoir à voyager d'un site à l'autre. J'ai participé à deux Coupes du Monde et en Afrique du Sud, il fallait parcourir de longues distances en avion entre deux rencontres. Le Moyen-Orient mérite d'accueillir ce tournoi. En tant que musulman, j'en suis ravi. C'est l'occasion pour les supporters du monde entier de découvrir cette région, de visiter les pays voisins et de contribuer à une meilleure compréhension entre les cultures."

Avant la compétition mondiale de 2022, il faut d'abord se tourner vers celle des sélections sélections européennes, l'UEFA EURO 2016. Pour cette épreuve disputée à domicile, Abidal a sa préférence sur le joueur à aligner en pointe. "Je n'ai pas de préférence entre Karim Benzema et Olivier Giroud. Ils ont tous les deux fait leurs preuves, chacun dans son style", assure-t-il. "Benzema traverse une période difficile en équipe de France. De son côté, Giroud ne joue pas beaucoup à Arsenal. Benzema va devoir attendre le verdict du sélectionneur mais pour ma part, je le placerais en position de titulaire, avec Giroud en doublure".