En fin d’année, les Émirats Arabes Unis enfileront leur tenue de gala pour accueillir les champions des différentes confédérations ainsi que le vainqueur du championnat local. Le coup d’envoi est encore loin, mais la course à la qualification pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2017 a déjà commencé sur toute la planète football. Dans certaines zones, le verdict est même imminent.

FIFA.com vous propose donc de faire un point sur les qualifications à la prestigieuse épreuve programmée du 6 au 16 décembre à Abou Dabi et Al-Ain.

La CONCACAF a été la première dans les starting-blocks puisque la Ligue des champions y a débuté en août dernier et approche de son dénouement. Et malgré la présence de eux représentants de la MLS dans le dernier carré -le FC Dallas et les Vancouver Whitecaps- le tournoi va à nouveau couronner un club mexicain. Le premier participant à EAU sera connu le 26 avril et aura donc pour identité, soit Pachuca soit Tigres, qui s'affrontent en finale.

L’UEFA, d’où sont issus les vainqueurs des quatre dernières éditions de la Coupe du Monde des Clubs, entre dans la phase cruciale de la Ligue des champions. On connaît désormais les huit clubs qui participeront aux quarts de finale. L’Espagne, avec trois équipes, et l’Allemagne, avec deux clubs, sont les pays les mieux représentés. Le Vieux Continent aura-t-il encore pour porte-drapeau un club espagnol, comme lors des trois dernières éditions ? Réponse le 3 juin à Cardiff, ou peut-être avant…

Un mois plus tôt, le 6 mai pour être précis, nous connaîtrons le club qui défendra les couleurs de l’Océanie aux Émirats. Détenteur du record de participations à la Coupe du Monde des Clubs (sept), l’Auckland City de Ramón Tribuleix sera cette année encore le grand favori. Il faudra toutefois compter sur le Team Wellington, son adversaire lors des deux dernières finales continentales et vainqueur du dernier championnat de Nouvelle-Zélande, pour lui barrer la route dans une Ligue des champions au nombre de participants record.

En Asie, 32 clubs sont actuellement en lice dans la phase de groupes de la Ligue des champions de l’AFC, avec l’espoir d’accéder à la phase finale. Pour la première fois de l’histoire de l’épreuve, une équipe masculine est dirigée par une femme. Il s’agit de Chan Yuen Ting, à la tête du club hongkongais des Eastern Long Lions. Encore une fois, les représentants de l’Extrême Orient partiront avec l’étiquette de favoris, eux qui ont remporté neuf des 11 dernières éditions de la compétition.

Le débarquement de grandes stars internationales dans les grosses écuries chinoises ajoute une touche de prestige supplémentaire à une compétition dont on connaîtra l’issue le 25 novembre.

En Amérique du Sud, la mythique Copa Libertadores fait peau neuve avec un nouveau calendrier et un record de participants (47 en comptant les phases préliminaires). Les observateurs sont impatients de savoir si la traditionnelle domination des clubs argentins et brésiliens sera encore bousculée, comme l’an dernier avec le sacre des Colombiens de l’Atlético Nacional. Le 29 novembre, nous connaîtrons le représentant de la CONMEBOL, qui tentera de reprendre le flambeau du club brésilien de Corinthians, dernier représentant sud-américains à avoir remporté le titre mondial, en 2012.

C’est également au mois de novembre que l’on connaîtra le représentant de l’Afrique. La 53ème édition de la Ligue des champions de la CAF est marquée par le passage de huit à seize équipes dans une phase de groupes qui démarre le 12 mai. Cette année encore, il faut prévoir un combat entre les grosses cylindrées de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne.  Al-Ahly (Égypte), club le plus titrés de la compétition (à égalité avec le TP Mazembe), Mamelodi Sundowns, tenant du titre, seront les têtes d’affiche de l’épreuve continentale.

Aux six champions continentaux viendra se joindre le vainqueur du championnat des Émirats Arabes Unis. Al-Ain et Al-Ahli, qui se sont partagé les cinq dernières éditions, font figure de sérieux candidats. En tout cas, le représentant du pays hôte pourra s’inspirer de la belle prestation du club japonais de Kashima Antlers, finaliste de l’édition 2016 après avoir donné du fil à retordre au Real Madrid, futur vainqueur.