• Septième succès continental de suite pour Auckland City
  • Un nouveau format, avec un plateau élargi, pour la Ligue des champions de l'OFC
  • Auckland participera à sa neuvième Coupe du Monde des Clubs de la FIFA - un record

La Ligue des champions de l'OFC avait opté pour un nouveau format cette saison. Malgré cette innovation, pour la septième fois de suite, Auckland City règne sur l'Océanie. Avec neuf couronnes continentales au total, les Navy Blues ont amélioré leur propre record du nombre de victoires consécutives dans une compétition continentale.

Le cinglant 5:0 infligé à leurs compatriotes de Team Wellington sur l'ensemble des deux manches de la finale ne laisse aucune place au doute : Auckland City représentera l'OFC en Coupe du Monde des Clubs aux Émirats Arabes Unis. Au cours des huit participations précédentes, les Néo-Zélandais se sont distingués à plusieurs reprises, malgré leur statut d'équipe semi-professionnelle.

Élargir ses horizons
La Ligue des champions réunissait cette années 18 clubs, de sorte que l'ensemble des 11 associations membres de l'OFC étaient représentées. La compétition a débuté fin janvier, avec l'entrée en lice de quatre nations polynésiennes au tour préliminaire. Les champions des Samoa Américaines et de Tonga ont baissé pavillon d'entrée, victimes de Puaikura (îles Cook) et de Lupe o le Soaga (Samoa).

Les 16 équipes qualifiées pour la phase de groupes ont ensuite été réparties en quatre de groupes de quatre, chaque section étant basée sur un site différent. Bénéficiant de l'avantage du terrain, l'AS Magenta a validé son billet pour la suite du tournoi, après avoir remporté tous ses matches. L'autre club néo-calédonien, Hienghene Sport, devant son public, n'a pu empêcher Team Wellington de repartir avec un bilan impeccable et une place pour les demi-finales. Sans surprise, Auckland City a enchaîné trois victoires à domicile. Comme deux autres hôtes, l'AS Tefana a franchi l'obstacle, même si les Salomonais de Marist lui ont donné du fil à retordre.

Depuis quelques années, l'écart entre les deux représentants néo-zélandais et les autres aspirants au titre semblait s'être réduit ; l'année 2017 a démontré qu'il restait encore du chemin à parcourir. En demi-finale, Auckland City a battu Tefana à deux reprises, sur un score identique (2:0). De son côté, Team Wellington s'est offert une démonstration de force aux dépens de Magenta, écrasé 9:3 en cumulé.

Les Navy Blues un cran au-dessus
Incontournable à l'échelle continentale, Auckland City a connu quelques difficultés face à Team Wellington. Quelques semaines avant la finale de la Ligue des champions, le club de Wellington lui a ravi le titre de champion de Nouvelle-Zélande pour la deuxième année de suite.

Mais en finale, les hommes de Ramon Tribulietx n'ont laissé aucune chance à leurs rivaux. Emmené par un Joao Moreira auteur d'un doublé, Auckland s'est imposé 3:0 à domicile. Au retour, City a fait la différence en seconde période pour creuser encore l'écart sur l'ensemble des deux manches.

Auckland n'a encaissé qu'un but en sept matches et a enchaîné six rencontres d'invincibilité défensive. Les Néo-Zélandais ont enregistré au passage la plus large victoire de l'histoire de la compétition, un 11:0 infligé aux Malampa Revivors (Vanuatu).

Logiquement, les Navy Blues ont également fait main basse sur les récompenses individuelles : Moreira termine meilleur buteur du tournoi avec six réalisations, Enaut Zubikarai a été élu meilleur gardien, tandis que le capitaine Angel Berlanga a remporté le ballon d'or du meilleur joueur.

"L'équipe change de visage d'une année sur l'autre et il devient de plus en plus difficile de gagner", estime l'entraîneur Ramon Tribulietx. "Mais dans ce genre de rendez-vous, mes joueurs répondent toujours présent. Tout le monde ici sait ce que représente la perspective d'une participation à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA pour ce club."