Tahiti mène la révolution pacifique
© FIFA.com

Pour la première fois en 39 ans, une autre équipe que l'Australie et la Nouvelle-Zélande a remporté la Coupe des Nations de l'OFC. La victoire de Tahiti promet des qualifications océaniennes pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ passionnantes, en présence de la Nouvelle-Calédonie, de la Nouvelle-Zélande et des Iles Salomon, les trois autres demi-finalistes du tournoi qui s'est déroulé à Honiara.

Il y a quelques années déjà, les Tahitiens avaient surpris le monde entier en se qualifiant pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Égypte 2009. En 2011, ils ont confirmé en s'invitant à la phase finale de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA en Italie. L'équipe qui est montée sur le toit de l'Océanie ce dimanche 10 juin 2012 comporte précisément plusieurs joueurs présents en Égypte en 2009. Tahiti sera également la première équipe du Pacifique à participer à la Coupe des Confédérations de la FIFA, l'an prochain au Brésil.

Le sacre de Tahiti, ainsi que la place de finaliste de la Nouvelle-Calédonie, sont d'autant plus remarquables que la Nouvelle-Zélande a elle-même beaucoup progressé sous la houlette de Ricki Herbert. Les Kiwis ont bâti pendant six ans, avec à la clé une qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA 2010™, où elle a été la seule équipe de la compétition à ne pas connaître la défaite.

Concurrence féroce
Avec cinq matches disputés en dix jours pour les deux finalistes, la fatigue a pesé sur les organismes autant que la chaleur. Mais contrairement aux éditions précédentes du tournoi, les matches à sens unique ont été peu nombreux. À l'exception des cinq parties impliquant le Vanuatu ou les Iles Samoa, une seule des 11 rencontres a été remportée par plus d'un but d'écart. Et encore, cela s'est produit en demi-finale, alors que la Nouvelle-Zélande, menée 1:0, a été surprise en contre à la fin de son match face à la Nouvelle-Calédonie.

Les Fidji ont été le grand perdant du tournoi continental. Éliminés dès la phase de groupes, les Fidjiens ne participeront pas aux qualifications pour la prochaine Coupe du Monde, alors qu'ils avaient été les seuls à battre la Nouvelle-Zélande durant le tournoi préliminaire pour Afrique du Sud 2010. Cette fois, les Fidji ont d'abord concédé une défaite étriquée (1:0) face à la Nouvelle-Zélande, ont ensuite partagé les points (0:0) avec les Iles Salomon, avant de rechuter contre la Papouasie-Nouvelle-Guinée sur un but encaissé en toute fin de partie.

Ancien sélectionneur de l'Australie, Frank Farina était cette fois aux commandes d'une sélection de Papouasie-Nouvelle-Guinée qui effectuait son grand retour à ce niveau. Après deux défaites par un but d'écart contre la Nouvelle-Zélande et les Salomon, l'équipe a enfin été récompensée de ses efforts en battant les Fidji à l'occasion de sa dernière sortie.

La Nouvelle-Zélande a manqué son objectif, qui était de se qualifier pour la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013. Heureusement, la route est toujours ouverte pour Brésil 2014. "Je suis extrêmement déçu", reconnaissait Herbert juste après l'élimination en demi-finale contre la Nouvelle-Calédonie. "Cela fait 52 matches que je suis entraîneur de cette équipe et c'est l'un de mes pires moments." Pour les qualifications pour Brésil 2014™, les All Whites enregistreront le retour de leur capitaine Ryan Nelsen et de son coéquipier de la défense, Winston Reid, qui cruellement manqué à leurs partenaires.

Les Iles Salomon ont montré qu'elles étaient une vraie terre de football, avec des foules impressionnantes dans la cuvette naturelle du Lawson Tama Stadium, en particulier à chaque fois que les Bonitos étaient en action. Malgré la déception liée à la défaite (1:0) en demi-finale contre Tahiti, les Salomonais peuvent aborder les qualifications pour Brésil 2014 avec optimisme. Après tout, ils ont tenu en échec (1:1) la Nouvelle-Zélande. Ils se sont également découvert un buteur très efficace en la personne de Benjamin Totori, auteur de quatre réalisations en tout dans le tournoi.

Finale francophone
Le conte de fées de cette Coupe des Nations de l'OFC est incontestablement la finale 100% francophone entre Tahiti et la Nouvelle-Calédonie. Pour qui a suivi les performances des deux équipes au cours de l'année écoulée, l'événement n'était qu'une demi-surprise. En effet, la Nouvelle-Calédonie a remporté les Jeux du Pacifique l'an dernier, tandis que le club tahitien de l'AS Tefana a atteint la finale de l'O-League de l'OFC, après que les diverses sélections tahitiennes ont elles aussi obtenue des résultats probants.

Mais à l'avant-dernière édition du tournoi continental, Tahiti vivait encore à l'heure de l'humiliation avec une défaite 9:0 contre l'Australie et une place de lanterne rouge à la Coupe des Nations de l'OFC 2004. La même année, la Nouvelle-Calédonie s'affiliait à la FIFA.

"C'est incroyable, complètement incroyable", confiait l'entraîneur de Tahiti Eddy Etaeta, en larmes après le coup de sifflet final. "Cette aventure a commencé il y a 12 ans et aujourd'hui, nous atteignons enfin notre objectif, qui était d'aller à la Coupe des Confédérations." Les frères Tehau - Jonathan, Lorenzo et Alvin - et leur cousin Teaonui ont inscrit 15 buts à eux quatre. Le capitaine Nicolas Vallar a été élu meilleur joueur du tournoi.

Quant à la Nouvelle-Calédonie, une fois passée la déception de la défaite en finale, elle pourra se dire qu'il faudra compter avec elle dans les qualifications pour Brésil 2014. Le sélectionneur Alain Moizan se réjouira des six buts inscrits par Jacques Haeko, qui termine meilleur réalisateur du tournoi.