Lemmouchia fait son trou dans le terrier des Fennecs
© Getty Images

"Il est arrivé au bon moment car l’équipe était abattue. Il y a eu une cassure après la Coupe du Monde et il a su faire des choix difficiles en écartant des cadres." Sur la révolution entamée par Vahid Halilhodzic aux commandes de l’Algérie, Khaled Lemmouchia dresse un bilan élogieux. Absent à la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™ malgré sa participation aux qualifications, le milieu de terrain du Club Africain, en Tunisie, est devenu un membre régulier de l’Algérie new look construite par le sélectionneur bosnien.

Nommé à l’été 2011 avant les deux derniers écueils sur le chemin de la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF 2012, l’ancien entraîneur du Paris Saint-Germain a su façonner une sélection à son image, quitte à laisser sur le bas-côté des figures alors incontournables des Verts. Yazid Mansouri, Rafik Saïfi, Hassan Yebda, Karim Ziani, Antar Yahia et Nadir Belhadj payent la nouvelle stratégie et disparaissent de la circulation. Sans expérience professionnelle européenne à 31 ans, Lemmouchia symbolise le changement instauré par "Coach Vahid."

"Depuis 14 mois on travaille vraiment bien, avec un groupe jeune et sain. On a progressé et l’envie de réussir est énorme", explique-t-il à FIFA.com. "Le message du sélectionneur passe parfaitement et tout le monde adhère à ses méthodes. Pour l’instant elles nous tirent vers le haut, les joueurs le voient bien et c’est aussi dans leur intérêt individuel. J’ai connu l’avant Halilhodzic et je peux dire que dans la préparation des matches et les entraînements, il y a de grosses améliorations. Il apporte de l’exigence et de la rigueur et franchement, tout le groupe est demandeur. Il a changé les mentalités : les joueurs comme la fédération ont compris quand dans le football de haut niveau, on n’avait rien sans rien."

La confiance et l'orgueil
Formé à l’Olympique lyonnais mais snobé par les clubs de l’Hexagone au moment de signer son premier contrat professionnel, le natif de Givors passe quatre ans à l’AS Lyon-Duchère avant de s’exiler sur la terre de ses parents. Sous le maillot de l’ES Sétif, le milieu de terrain remporte deux championnats et honore ses premières sélections. Transféré au Club Africain en août dernier après une autre saison en Ligue professionnelle 1 avec l’USM Alger, Lemmouchia savoure presque une nouvelle carrière sur le tard. "Je n’ai pas pu jouer au haut niveau en Europe mais je n’ai pas de regrets car j’ai vécu de ma passion", estime-t-il. Je m’éclate dans le championnat tunisien. J’ai appris au fil des expériences et avec ma longévité et mon statut, je peux aujourd’hui être un cadre légitime en sélection. J’ai des messages à faire passer et je me sens à la hauteur de le faire auprès des plus jeunes."

Visiblement, le message passe puisque les Fennecs ont déjà atteint leur premier objectif : la qualification pour la CAN 2013. Versé dans le "Groupe de la mort" avec la Côte d’Ivoire, la Tunisie et le Togo, El Khadra se rend en Afrique du Sud, sans marge d’erreur. Mais pour Lemmouchia, la grand-messe continentale doit servir de révélateur, pas d’aboutissement. "C’est un vrai test mental car à part le Mali, on n’a pas rencontré de grosses nations africaines", observe le trentenaire. "On va pouvoir se situer et ça arrive à point nommé avant les matches de qualification pour la Coupe du Monde. On en rêve tous, c’est un objectif primordial. Cette CAN doit valider le travail effectué depuis 14 mois et consolider notre confiance. Elle va permettre aux jeunes de gagner en expérience."

Lemmouchia est aussi conscient que la défaite est une option à envisager, mais il refuse de "devoir encore tout recommencer en cas d’un échec", et reste persuadé que le discours de Halilhodzic est le bon. "Il ne parle pas beaucoup mais quand il le fait, il est franc et j’aime ça. Il est clair dans ses critiques et joue beaucoup sur l’orgueil des joueurs." Il faudra sans doute y faire encore appel pour se sortir d’un groupe aussi relevé. "Nous avons l’ambition d’aller loin. Nous en sommes capables", annonce Lemmouchia.