Khumalo tourne le dos à la nostalgie
© Getty Images

Bongani Khumalo deviendra le 19 janvier le troisième capitaine de l'histoire à mener l'Afrique du Sud dans une grande compétition internationale organisée sur ses terres. Il succèdera ainsi à Neil Tovey lors de la CAN 1996, et Aaron Mokoena lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2009 et de la Coupe du Monde de la FIFA 2010™. 

Vétéran de la Coupe des Confédérations 2009 et d'Afrique du Sud 2010, le défenseur possède, à 25 ans, un certain vécu du très haut niveau. Actuellement prêté au PAOK Salonique par Tottenham, le défenseur n'a encore jamais eu l'occasion de porter le brassard dans une compétition de cette envergure.

Khumalo est d'autant plus décidé à briller que le vainqueur de cette CAN 2013 validera son billet pour la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013. "J'ai du mal à exprimer ce que je ressens à l'idée de mener mon équipe en tant que capitaine", confie-t-il à FIFA.com. "C'est un rêve qui se réalise. Je n'aurais jamais imaginé vivre quelque chose d'aussi fort. Je suis très reconnaissant au sélectionneur et à tous ceux qui m'ont témoigné leur confiance. J'ai reçu un grand honneur et je compte bien tout faire pour motiver mes partenaires au maximum."

Fabriquer de nouveaux souvenirs
À l'approche du coup d'envoi de la compétition, les souvenirs de l'épopée victorieuse des Bafana Bafana en 1996 se font naturellement plus présents, au risque d'irriter les internationaux sud-africains... "On nous parle sans arrêt des champions d'Afrique 1996", s'emporte Khumalo. "C'était un grand moment dans l'histoire du football sud-africain. Mais nous sommes en 2013 et il est temps de nous fabriquer de nouveaux souvenirs. Personne n'oubliera jamais ce qui a été fait. Je pense simplement que nous devons écrire notre propre histoire. Nous avons foi en notre équipe."

Ironie de l'histoire, le nouveau capitaine a débuté sa carrière à Arcadia Shepherds, là même où un certain Mark Fish, champion d'Afrique en 1996, avait fait ses premiers pas. Plutôt que de se retourner sur le passé, Khumalo préfère évoquer l'avenir : "Nous avons des joueurs de qualité, nous voulons nous faire un palmarès et nous voulons nous montrer. En football, les résultats sont primordiaux. Nous avons la chance d'évoluer à domicile. Nous devons donc en faire encore plus, pour aller encore plus loin".

Versée dans le Groupe A, l'Afrique du Sud se mesurera au Cap-Vert, à l'Angola et au Maroc. Pour l'heure, Khumalo ne s'intéresse qu'au match d'ouverture. "Il y a beaucoup de grandes équipes sur la ligne de départ mais nous devons nous concentrer sur notre premier rendez-vous", assure-t-il. "Il faut impérativement prendre un bon départ face au Cap-Vert car ce match risque de peser lourd par la suite."

Un vent de fraîcheur
Steven Pienaar, prédécesseur de Khumalo au poste de capitaine, a finalement renoncé à participer à la CAN 2013. Le défenseur, lui, ne s'imagine pas faire un jour le même choix. "Je ne suis pas là pour juger ceux qui ne veulent plus venir en équipe nationale mais, en ce qui me concerne, c'est un honneur d'être appelé", commente Khumalo. "Quand j'étais plus jeune, je suivais tous les matches de l'équipe nationale. Aujourd'hui, je considère encore chaque sélection comme un honneur, quelle que soit mon expérience. Il y a toujours énormément de gens qui nous regardent et qui attendent beaucoup de nous. Si mon pays a besoin de moi, je répondrai toujours présent."

Né au Swaziland où sa mère faisait ses études, le capitaine sud-africain a rejoint l'Université de Pretoria en provenance d'Arcadia, avant de s'engager à SuperSport United. À l'issue de la Coupe du Monde de la FIFA 2010™, Khumalo a séduit Tottenham. Après quelques expériences infructueuses en Angleterre, il semble avoir aujourd'hui trouvé sa place au sein de la défense du PAOK.

Il espère désormais que l'arrivée de Gordon Igesund aux commandes va permettre aux Bafana Bafana de franchir un palier. "Le sélectionneur est arrivé juste avant une grande compétition. Il a de nouvelles idées et une nouvelle façon de travailler. Il a fait souffler un vent de fraîcheur, par exemple en renouvelant le groupe et son encadrement. Personnellement, je suis convaincu que ses idées vont nous mener au succès", conclut-il, avec l'espoir d'offrir de nouveaux grands souvenirs à l'Afrique du Sud.