Romao a des regrets et des projets
© Getty Images

Après avoir débuté son parcours en Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2013 par une courte défaite 2:1 face à la Côte d'Ivoire, le Togo espère renouer avec le succès dès ce 25 janvier face à l'Algérie à Rustenburg. International depuis 2006, Alaixys Romao fait partie des rares rescapés à avoir participé à l'aventure des Éperviers en Coupe du Monde de la FIFA™.

Le milieu de terrain entend bien franchir le cap du premier tour, malgré ce revers initial. "Nous sommes très déçus d'avoir perdu mais nous ne devons pas céder à la frustration", assure le Lorientais au micro de FIFA.com. "Il nous reste encore deux matches à disputer. Nous avons déjà oublié la Côte d'Ivoire et nous allons maintenant concentrer toute notre attention sur l'Algérie."  

Les Togolais pensaient pourtant avoir fait le plus difficile en répondant par Jonathan Ayité à l'ouverture du score de Yaya Touré, mais Gervinho, à la 88ème minute, a finalement fait pencher la balance en faveur des Éléphants. Le Togo a souvent souffert face à l'un des poids lourds du continent mais Romao et ses partenaires ont eu le mérite de lutter jusqu'au bout. "Les Ivoiriens ont marqué suite à des erreurs individuelles de notre part", regrette Romao. "Si nous voulons les corriger, nous devons rester en alerte du début à la fin du match. Nous devrons également mieux exploiter nos propres occasions."  

Peu en réussite, Emmanuel Adebayor a notamment perdu un duel en début de match avec le gardien ivoirien Boubacar Barry. Mais à en croire Romao, l'apport de l'attaquant de Tottenham ne se limite pas à son sens du but. "Son expérience nous est précieuse", assure romao. "En plus de ses qualités techniques et physiques, il y a sa personnalité. Sa présence nous fait toujours beaucoup de bien."  

Une affaire de famille
Au lendemain de sa qualification historique pour Allemagne 2006, le Togo a entamé une traversée du désert. Désormais, les Éperviers ne figurent plus parmi les favoris et les doutes sont légitimes quant à leur capacité à s'extraire d'un Groupe D très relevé. Romao et ses coéquipiers espèrent profiter de leur séjour sud-africain pour redorer leur blason, à défaut de remporter le tournoi et de valider leur billet pour la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013.   

En poste depuis 2012, le sélectionneur Didier Six s'est immédiatement attaché à inverser cette "spirale négative". L'ancien international français a hérité d'un groupe durement éprouvé par la tragédie de Cabinda, survenue en marge de la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2010. "Six nous a beaucoup apporté, il fait souffler un vent nouveau", estime le joueur de 28 ans. "C'est sa première expérience à la tête d'une équipe nationale. Il a lui-même beaucoup joué en sélection et il essaye de nous faire profiter de son expérience."    

De l'aveu de Romao, l'entraîneur français s'est montré déçu de voir son équipe céder en toute fin de match. Les Togolais semblent pourtant avoir bien digéré ce revers. Ils travaillent désormais d'arrache-pied pour préparer le match contre l'Algérie, qui s'est elle-même inclinée dans les derniers instants face à la Tunisie (1:0). "Il faut aborder ce deuxième match avec un esprit neuf", annonce Romao. "Nos séances d'entraînement se sont concentrées autour de la récupération. Nous avons l'habitude d'affronter des équipes du Maghreb. Nous avons joué contre le Maroc en amical, il y a deux mois. Nous savons à quoi nous attendre."

Marié à une femme d'origine algérienne, Romao bénéficiera peut-être d'un petit surcroît de motivation. "Nous laisserons les émotions et la famille de côté pour ce match", plaisante-t-il. "C'est un rendez-vous important pour le Togo et pour moi. Nous allons tout donner pour gagner. Nous sommes une famille mixte alors je m'attends à ce que les deux équipes bénéficient du même soutien."