Maazou y croit jusqu'au bout
© AFP

Il aura fallu attendre 450 minutes mais cela n'a rien enlevé à la joie du Niger de marquer le premier point de son histoire en Coupe d'Afrique des Nations de la CAF grâce au match nul obtenu face à la RD Congo, le 24 janvier dernier à Port Elizabeth. Le Mena a obtenu un point contre les Léopards pour sa deuxième sortie dans le Groupe B de la CAN 2013 et le cinquième match de son histoire dans le tournoi, auquel il participe pour la deuxième fois consécutive.

"C'est un jour historique pour le football nigérien", estime l'attaquant et capitaine nigérien Moussa Maazou au micro de FIFA.com. "Nous dédions ce résultat à tous les Nigériens. Ils vont être très heureux et faire la fête, et cette génération de joueurs est également très heureuse de ce que nous avons réussi jusqu'ici."

À 24 ans, le buteur de l'Étoile du Sahel est la star d'un Niger fier de s'être invité parmi les grands du football africain. Il y a un an, le Niger disputait le premier match de son histoire en CAN, avec à la clé une défaite 0:2 contre le Gabon, co-organisateur de l'épreuve en 2012. Abstraction faite de ces considérations historiques, ce point pris par le Niger est crucial car il permet au Mena de continuer à espérer décrocher un billet pour les quarts de finale. Pour cela, il faudra montrer le meilleur visage possible ce 28 janvier au Nelson Mandela Bay Stadium, contre un Ghana quadruple vainqueur de l'épreuve. 

Mais l'écart qui existe entre les deux équipes n'inquiète pas Maazou outre mesure. "Le Ghana veut absolument gagner et nous visons aussi la victoire", annonce-t-il. "Ce sera un match difficile, mais nous sommes motivés. Nous ne lâcherons rien. Nous avons marqué notre premier point et maintenant, nous visons une première victoire. Si nous y arrivons, nous atteindrons les quarts de finale pour la première fois de notre histoire. C'est ce que nous allons essayer de faire."

L'expérience dans la balance
En 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale, le Niger était l'un des trois néophytes dans l'épreuve, avec la Guinée équatoriale et le Botswana. Au premier tour de la phase finale, dans un groupe où figuraient également le Maroc, la Tunisie et le Gabon, le Mena avait quitté la compétition après trois défaites et cinq buts encaissés. "Nous étions dans un groupe très difficile", se souvient Maazou. "Chaque rencontre a été dure et même de plus en plus compliquée match après match. C'était la première fois pour nous et nous avons beaucoup souffert. Nous n'avions pas l'expérience."

Du coup, l'attaquant chevronné et ses coéquipiers ont débarqué en Afrique du Sud avec une ambition bien définie : "Notre objectif est simple, nous voulons faire mieux que l'année dernière", espère l'ancien Monégasque. "Nous ne sommes pas obsédés par la victoire. L'élément le plus important est d'avoir un impact, quels que soient les résultats. Nous sommes très motivés et nous espérons faire mieux".

Maazou n'a pas encore marqué, mais il explique que cela n'est pas une obsession pour lui et qu'il préfère se concentrer sur le jeu collectif. "J'aimerais marquer, mais si je n'y arrive pas, je dois aider mes collègues à le faire. C'est pour l'intérêt de l'équipe, pas pour le mien. Nous travaillons ensemble dans le même but, pour que le Niger sorte gagnant."