Quand l'Ouest fait perdre le Nord
© Getty Images

Sept des huit équipes présentes en quarts de finale de la la Coupe d'Afrique des Nations 2013 étaient issues de l'Afrique de l'Ouest. Seule l'Afrique du Sud a réussi à se glisser parmi les heureux élus. Pourtant, avec le premier sacre africain de la Tunisie, sur ses terres en 2004, l'Afrique du nord a entamé un règne sans partage en CAN. Entre 2004 et 2010, l'Égypte a remporté par trois fois l'épreuve reine, le Maroc a disputé la finale de l'édition 2004, tandis que l'Algérie a terminé quatrième en 2010. Au total, les pays du nord comptent dix titres à leur actif.

L'Afrique du nord avait déjà reçu un sérieux avertissement en 2012. La Tunisie avait été la seule à surmonter la phase de groupes au Gabon et en Guinée équatoriale. Un an plus tard en Afrique du Sud, aucune des trois sélections du Maghreb n'a réussi à accéder aux quarts de finale.

Pourtant, le sélectionneur marocain Rachid Taoussi refuse d'envisager l'idée d'un déclin. "En ce qui nous concerne, nous avons été éliminés sans perdre un seul match", rappelle-t-il. "Nous menions encore devant l'Afrique du Sud à quelques minutes de la fin. Les équipes d'Afrique du nord ont bien joué et elles méritent le respect, même si elles n'ont pas pu aller plus loin. La Tunisie n'a été écartée qu'à la différence de buts, alors qu'elle comptait quatre points".

Remise en question
Invaincu depuis son arrivée à la tête de l'équipe nationale en septembre dernier, le technicien de 53 ans se dit convaincu que les pays d'Afrique du nord retrouveront vite le devant de la scène. "Le Maroc organisera la prochaine édition de la CAN en 2015. Je suis sûr que nous serons compétitifs", annonce celui connaît qui a mené la sélection U-20 de son pays au titre continental en 1997. "Si j'ai amené une équipe si jeune en Afrique du Sud, c'est justement pour préparer les joueurs à cette échéance."

Ancien sélectionneur de la Côte d'Ivoire et vainqueur de la Ligue des champions de la CAF avec le Raja Casablanca, Vahid Halilhodzic ne partage pas l'optimisme de son collègue. "Cela fait maintenant dix ans qu'une équipe du Maghreb n'a plus remporté la CAN", constate l'entraîneur de l'Algérie. "Il est temps pour ces pays de se remettre en question et de se retrousser les manches. Il y a des progrès à accomplir dans le domaine de la détection et de la formation. Si rien n'est fait, les pays d'Afrique de l'ouest conserveront un temps d'avance."

Marcel Desailly, fin connaisseur du football africain et présent en Afrique du Sud, a lui aussi observé le phénomène. Selon son analyse, "il a manqué de l'impact physique aux équipes du Maghreb pour pouvoir exprimer leurs qualités tactiques et techniques. Contre les pays d'Afrique de l'Ouest, il faut être bien préparé physiquement pour s'imposer dans les duels. L'Egypte était tellement complète techniquement, tactiquement et physiquement qu'elle était capable de rivaliser contre n'importe quelle équipe du continent", notait le champion du monde.  

Les équipes d'Afrique du nord ont bien joué et elles méritent le respect, même si elles n'ont pas pu aller plus loin. La Tunisie n'a été écartée qu'à la différence de buts, alors qu'elle comptait quatre points
Rachid Taoussi, sélectionneur du Maroc

À en croire Edema Fuludu, les résultats de cette CAN 2013 témoignent d'une profonde évolution du football africain. "Tout cela démontre que l'Afrique de l'ouest a pris le pouvoir", estime l'ancien international, qui a participé au sacre du Nigeria en 1994. "Des équipes comme le Togo, le Burkina Faso ou le Cap-Vert ont longtemps été déconsidérées. Aujourd'hui, elles obtiennent d'excellents résultats. Pendant un temps, les pays d'Afrique du nord ont dominé les débats. L'Afrique de l'ouest a pris la relève."

Une performance historique
Jamais quatre équipes issues de la même région ne s'étaient retrouvées en demi-finales de la CAN. Le Ghana, le Mali, le Nigeria et le Burkina Faso ont donc écrit une nouvelle page de l'histoire du football africain. L'an dernier, seuls les Black Stars, les Aigles et la Côte d'Ivoire avaient franchi le premier tour sans encombre. Si la présence des Ghanéens, des Nigérians et des Maliens à ce stade n'est pas une surprise, les Super Eagles ont cependant étaient moins attendus dans le dernier carré.

Deuxièmes de leur groupe derrière le Burkina Faso, ils se sont mesurés à la Côte d'Ivoire en quart de finale. Les Nigérians sont sortis vainqueurs (2:1), grâce à Emmanuel Emenike et Sunday Mba. La présence du Burkina Faso est encore plus étonnante. Les Étalons ont devancé le Nigeria et la Zambie, championne d'Afrique en titre, dans le Groupe C. Au tour suivant, les Burkinabés ont dû en passer par la prolongation pour venir à bout du Togo d'Emmanuel Adebayor (1:0).

Les équipes d'Afrique de l'ouest ont également le vent en poupe dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Le Nigeria, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et le Bénin pointent tous en tête de leur groupe. D'autres sélections de la région sont également bien placées, à un point des leaders. Enfin, l'un des membres de la WAFU (Union des fédérations ouest-africaines de football) aura la chance de représenter le continent en Coupe des Confédérations de la FIFA et affrontera l'Espagne, l'Uruguay et Tahiti dans le Groupe B, en juin au Brésil.